Love Comes Down in the Storms/L’amour est descendu sous les orages

sunset-991941_1280The book of  Acts clearly illustrate the valiant believers in the early Church, as critical events demonstrated their God-sized courage, determination and an incredible willingness to die for Christ that the gospel may be proclaimed.

Paul the Apostle is our chief example of courage under crisis. After many years spent preaching the gospel in the gentile nations north of Judah, the brave missionary arrived to worship at his beloved Jerusalem, despite warnings not to go in city after city.

There Paul, standing bald before a bearded crowd, with four other young Nazarites who had consecrated themselves to holiness, worshiped God.

When the scribes and Pharisees spotted Paul in the crowd of worshipers, all hell broke loose. Immediately a mob of outraged religious seized the apostle. Cries of outrage filled the temple as the people protested against this man who had been commissioned to persecute believers and instead had spent years declaring Jesus Christ as Messiah to Jews and Gentiles alike.

Quickly, Roman guards captured Paul to quell the riot, intending to beat him but were stopped by Paul’s surprising announcement of his Roman citizenship. Uneasy at mishandling a political mess, Paul was moved to seek judicial counsel in Caesarea, the only place deemed safe enough, since Jewish zealots had vowed not to eat nor drink until Paul was dead.

For three long years, Paul remained in prison, as he witnessed to the roman Governor Felix, King Agrippa and Queen Beatrice and finally to Governor Festus, before Paul appealed to speak to Caesar in his pursuit for justice.

2014-08-09 19.43.38When Paul was finally granted permission to speak to Ceasar, he journeyed as a political prisoner, under guard by a centurion named Julius, to Rome.  Since sailing was quicker than land travel, they boarded a ship from Adramyttium. In Lycia, Julius, the captain of the Imperial Regiment and commander of the mission, chose a cargo ship from Alexandria, but sailed with great difficulty, as the wind pushed the ship off course, forcing the crew to port at Fair Havens.

In Fair Havens, Paul warned the crew that the time to sail was over, saying, “This voyage is going to be disastrous and bring great loss to ship and cargo and to our own lives, also” (Acts 27:10) but the centurion heard only the assurances of the pilot and owner of the ship. They set sail trying to reach Phoenix, a port in Crete, to harbor there for the winter instead.

Soon a hurricane force wind began to blow the ship hard, past the island of Crete.  The lifeboat had to be pulled in and secured to the ship.  Cables were girded to the ship to keep it from breaking apart under the force of the fierce wind and waves.  The crew lowered anchors to try and slow the driven ship down, but by the next day, the ship was so damaged, the crew had to start throwing off cargo to keep it from sinking.

By the third day, the ship’s tackle was thrown overboard to further lighten the storm-driven ship which was ravaged by tempest winds.  In those days, the stars acted as a guide for navigation, but the storm was so dark, the crew couldn’t see the sun or stars for many days.  Driven far from land into the open sea, Luke reflects “as the storm continued raging, we gave up all hope of being saved” (acts 27:20). Unlike the Perfect Storm, which lasted only hours, long days passed without sunlight, hope or rest. No one was able to eat, and tossed by the seas, of course and helpless, the crew desperately worked to keep afloat.

Finally Paul announced crucial news to the desperate sailors,

Men, you should have listened to me, and not have sailed from Crete and incurred this disaster and loss. And now I urge you to take heart, for there will be no loss of life among you, but only of the ship. For there stood by me this night an angel of the God to whom I belong and whom I serve, saying, ‘Do not be afraid, Paul; you must be brought before Caesar; and indeed God has granted you all those who sail with you.’ Therefore take heart, men, for I believe God that it will be just as it was told me. However, we must run aground on a certain island.”[i]

By the fourteenth night, the sailors sensed they were nearing land.  They took soundings and discovered that the water was only a hundred and twenty feet deep, then ninety feet deep. Fearing shipwreck against rocks of a land they could not see, the crew dropped four anchors off the boat to try and slow down as they prayed for daylight.

Some sailors tried to escape with the lifeboat, but Paul stopped them, saying to Julius, “Unless these men stay with the ship, you cannot be saved.”  So the soldiers went to work and cut the lifeboat off the ship leaving death or life with the ship the only option.

Just before dawn, Paul urged the crew and passengers to eat, imploring them to prepare for the next part of their journey, “Therefore I urge you to take nourishment, for this is for your survival, since not a hair will fall from the head of any of you.[ii]”  Paul took bread and broke it, giving thanks to God and ate. The rest of the 276 passengers were encouraged and ate.  Then the passengers, sailors and soldiers threw the grain into the sea to lighten the ship, in the hopes that it would not get stuck on shallow rocks and be broken apart by the gale forces and the pounding of the waves.

2014-09-11-17-44-32When daylight came, the crew discovered land before them.  Hoping to run aground a sandy beach in a bay, they tried to make a run for it.  The crew let loose the anchors, cut loose the rudders and hoisted a sail for the first time in fourteen days, hoping to sail quick and hard into the shelter of the bay.  Unfortunately, the ship hit a sandbar and as the front of the ship stuck, the back of the ship began to break apart in the tremendous storm.

The soldiers drew their swords, planning to kill all prisoners in case they escaped, but Julian forbid his troops, since he wanted to spare Paul’s life.  Julius ordered all who could swim to jump overboard and those who couldn’t swim, grabbed planks and pieces of the ship and used them as flotation devices as they paddled inland to safety.

Once inland, the islanders of Malta built a huge fire to dry up and warm off.  Paul helped with the firewood and as he threw some brushwood on the fire, a viper, driven out by the heat fastened itself on Paul’s hand.  Paul shook off the snake into the fire and suffered no illness from the poisonous snake.

The islanders were very superstitious.  They went from thinking that the gods were punishing Paul by sending a snake to kill him off since the seas didn’t do its job, to thinking Paul was a god since he seemed impervious to harm.  Neither was the case, as the islanders soon discovered.

Paul prayed for all the sick, beginning with the chief’s father and all on the island were healed in the Name of Jesus.  After three months enjoying the kind hospitality of the Maltese, Paul set sail once again for Rome and arrived safely, just as the angel had promised in the thick of that horrifying storm.

Storm free living only occurs in heaven.  Paul, in facing the storm, was diligent to warn the crew that they were out of sync with the season, that the journey would end in severe hardship, but he wasn’t heard.  At the command of Julius, the group of captives, soldiers and sailors foraged ahead to disastrous results.

Rather than sit back and wait for heaven, Paul prayed and sought God,  Once he heard God’s perspective on their crisis, Paul shared the encouraging news with the ship’s passengers, giving hope and leadership in a terrifying set of circumstances.

 

Paul knew His Father in the midst of many storms.  He told the church at Corinth:

Five times I received at the hands of the Jews the forty lashes less one. Three times I was beaten with rods. Once I was stoned. Three times I was shipwrecked; a night and a day I was adrift at sea; on frequent journeys, in danger from rivers, danger from robbers, danger from my own people, danger from Gentiles, danger in the city, danger in the wilderness, danger at sea, danger from false brothers; in toil and hardship, through many a sleepless night, in hunger and thirst, often without food, in cold and exposure.(2 Cor 11:25-27)

sunsetGod will never leave us or forsake us.  Paul, having been shipwrecked three times, stoned, whipped, caned, persecuted, hungry and sleepless knew  God’s grace was enough for every experience he had endured.  My question is, what will God allow us to experience to show us His mighty Hand in our life?

Let us pray:  Father, thank You for every trial we have endured by Your Grace. We each have a long history of your kindness and protection and provision when the storms have come.  Help us, Holy Spirit to hear Your voice, that we may shine as light in the darkness as a witness to those who have not yet encountered Your Love.  Lord Jesus, for every part of the journey, we, like Paul, cry, “You are worth it!”  Thank You for being our Rock, our Fortress, our Strength and for always being with us. Love, You always come down in the storms of life.  We believe in You, Almighty God, and we count on You every day, no matter what it holds.  Amen.

[i] Acts 27:21-26, NKJV
[ii] Acts 27: 34, NKJV

This Week’s Reading:  Acts 15-28

Next Week’s Reading:  Romans 1-16

Study Questions:

  1. In these turbulent times, sometimes we are caught in circumstances beyond on control.  As we face storms, do we pray and hear God’s perspective and speak it as a word of truth in the midst of crisis?  Or will we, like those Luke, give up all hope to be saved?
  2. Can we demonstrate peace in crisis?
  3. Can we be the calm voice to the fearful cries, even give thanks unto God, and encourage others to do the same, when our lives are battling furious waves and tempestuous winds?
  4. Who encourages you when you can’t see the stars for days?
  5. What loads are you carrying that you need to toss overboard, to face the storm and lighten the load?

Le livre des Actes illustre clairement les vaillants croyants de l’Église primitive, car les événements critiques ont démontré leur courage, leur détermination et leur incroyable volonté de mourir pour le Christ pour que l’Évangile puisse être proclamé.

crossPaul l’Apôtre est notre principal exemple de courage dans la crise. Après de nombreuses années passées à prêcher l’évangile dans les nations païennes au nord de Juda, le brave missionnaire est arrivé pour adorer à sa bien-aimée Jérusalem, malgré les avertissements de ne pas aller en ville après ville.

Là, Paul, debout devant une foule barbu, avec quatre autres jeunes Nazaréens qui s’étaient consacrés à la sainteté, adoraient Dieu.

Lorsque les scribes et les pharisiens aperçurent Paul dans la foule des adorateurs, tout l’enfer se déchaîna. Immédiatement une foule de religieux outragés saisit l’apôtre. Des cris d’indignation ont rempli le temple alors que le peuple protestait contre cet homme qui avait été chargé de persécuter les croyants et avait plutôt passé des années à déclarer Jésus-Christ comme Messie aux Juifs et aux Gentils.

Rapidement, les gardes romains ont capturé Paul pour calmer l’émeute, ayant l’intention de le battre mais ont été arrêtés par l’annonce surprenante de Paul de sa citoyenneté romaine. Inquiet de manier un désordre politique, Paul fut poussé à demander conseil à Césarée, le seul endroit jugé assez sûr, puisque les zélotes juifs avaient juré de ne pas manger ni boire tant que Paul n’était pas mort.

Pendant trois longues années, Paul est resté en prison, comme il a été témoin du gouverneur romain Félix, du roi Agrippa et de la reine Béatrice et enfin du gouverneur Festus, avant que Paul ait appelé à parler à César dans sa poursuite pour la justice.

Lorsque Paul reçut enfin la permission de parler à César, il partit comme prisonnier politique, sous la garde d’un centurion nommé Jules, à Rome. Puisque la navigation était plus rapide que le voyage terrestre, ils ont embarqué dans un navire d’Adramyttium. En Lycie, Julius, capitaine du régiment impérial et commandant de la mission, choisit un navire de charge d’Alexandrie, mais il navigua très difficilement, lorsque le vent poussa le navire hors de course, obligeant l’équipage à se rendre à Fair Havens.

Dans Fair Havens, Paul a averti l’équipage que le temps de la voile était terminé, en disant: «Ce voyage va être désastreux et apporter une grande perte pour le navire et le fret et à nos propres vies, aussi» (Actes 27:10), mais le Centurion n’entendit que les assurances du pilote et du propriétaire du navire. Ils se mirent à la voile pour rejoindre Phoenix, un port de Crète, pour s’y réfugier pour l’hiver.

IMG_1601Bientôt un vent de force d’ouragan a commencé à souffler le bateau dur, après l’île de Crète. L’embarcation de sauvetage a dû être tirée et sécurisée au navire. Des câbles étaient attachés au vaisseau pour l’empêcher de se briser sous la force du vent féroce et des vagues. L’équipage a abaissé les ancrages pour essayer de ralentir le navire, mais le lendemain, le navire a été tellement endommagé, l’équipage a dû commencer à jeter le fret pour l’empêcher de couler.

Au troisième jour, l’attirail du navire a été jeté par-dessus bord pour alléger davantage le navire mené par la tempête qui a été ravagé par les vents de tempête. En ce temps-là, les étoiles servaient de guide pour la navigation, mais la tempête était si sombre, que l’équipage ne pouvait voir le soleil ou les étoiles pendant plusieurs jours. Conduit loin de la terre en pleine mer, Luc se réfléchit «alors que la tempête continuait à ravager, nous avons renoncé à tout espoir d’être sauvés» (Actes 27:20). Contrairement à la tempête parfaite, qui n’a duré que quelques heures, de longues journées ont passé sans soleil, sans espoir ou sans repos. Personne ne pouvait manger, et jeté par les mers, bien sûr et impuissant, l’équipage désespérément travaillé pour rester à flot.

Finalement Paul annonça des nouvelles cruciales aux marins désespérés,

Hommes, vous auriez dû m’écouter et ne pas avoir navigué de Crète et avoir encouru ce désastre et cette perte. Et maintenant je vous exhorte à prendre courage, car il n’y aura pas de perte de vie parmi vous, mais seulement du navire. Car voici que j’étais un ange du Dieu à qui j’appartiens et que je servais, en disant: Ne crains pas, Paul; Vous devez être amené devant César; Et Dieu vous a accordé tous ceux qui naviguent avec vous. Prenez donc courage, hommes, car je crois à Dieu que ce sera comme il m’a été dit. Cependant, nous devons échouer sur une certaine île. “[I]

A la quatorzième nuit, les marins sentirent qu’ils approchaient de la terre. Ils ont pris des sondages et ont découvert que l’eau n’avait que cent vingt pieds de profondeur, puis quatre-vingt-dix pieds de profondeur. Craignant le naufrage contre des rochers d’une terre qu’ils ne pouvaient pas voir, l’équipage a laissé tomber quatre ancres hors du bateau pour essayer de ralentir pendant qu’ils priaient pour la lumière du jour.

Quelques marins ont essayé de s’échapper avec l’embarcation de sauvetage, mais Paul les a arrêtés en disant à Julius, «à moins que ces hommes restent avec le navire, vous ne pouvez pas être sauvés.» Les soldats sont allés travailler et couper la canot de sauvetage du bateau laissant la mort ou la vie Avec le navire la seule option.

Juste avant l’aube, Paul exhorta l’équipage et les passagers à manger, implorant qu’ils se préparent pour la prochaine partie de leur voyage, «Par conséquent, je vous exhorte à prendre la nourriture, car c’est pour votre survie, car pas un poil tombera de la tête De l’un de vous. [Ii] «Paul prit du pain et le brisa, rendant grâces à Dieu et mangeant. Le reste des 276 passagers ont été encouragés et ont mangé. Alors les passagers, les marins et les soldats jetèrent le grain dans la mer pour alléger le navire, dans l’espoir qu’il ne serait pas coincé sur des roches peu profondes et être brisé par les forces de vent et le martèlement des vagues.

Quand le jour est venu, l’équipage a découvert la terre devant eux. En espérant échouer sur une plage de sable dans une baie, ils ont essayé de faire une course pour elle. L’équipage a lâché les ancrages, coupé les gouvernails et a hissé une voile pour la première fois en quatorze jours, en espérant naviguer rapidement et dur dans l’abri de la baie. Malheureusement, le navire a frappé un banc de sable et comme l’avant du navire coincé, l’arrière du navire a commencé à se briser dans l’énorme tempête.

Les soldats tiraient leurs épées, prévoyant de tuer tous les prisonniers au cas où ils échapperaient, mais Julian interdit ses troupes, puisqu’il voulait épargner la vie de Paul. Julius ordonna à tous ceux qui pouvaient nager de sauter par-dessus bord et à ceux qui ne savaient pas nager, attrapaient des planches et des morceaux du navire et les utilisaient comme des dispositifs de flottaison alors qu’ils remuaient à l’intérieur du pays en toute sécurité.

Une fois à l’intérieur, les insulaires de Malte ont construit un immense feu pour se tarir et se réchauffer. Paul a aidé avec le bois de chauffage et comme il a jeté quelques broussailles sur le feu, une vipère, chassée par la chaleur s’est attachée sur la main de Paul. Paul secoua le serpent dans le feu et ne souffrit aucune maladie du serpent venimeux.

Les insulaires étaient très superstitieux. Ils sont allés de penser que les dieux punissaient Paul en envoyant un serpent pour le tuer car les mers ne faisaient pas son travail, à penser que Paul était un dieu puisqu’il semblait imperméable au mal. Ce n’était pas non plus le cas, comme les insulaires l’ont vite découvert.

Paul a prié pour tous les malades, en commençant par le père du chef et tous sur l’île ont été guéris dans le Nom de Jésus. Après trois mois de goûteuse hospitalité maltaise, Paul remit en route pour Rome et arrive en toute sécurité, comme l’ange l’avait promis au milieu de cette horrible tempête.

IMG_0911La vie sans tempête ne se produit que dans le ciel. Paul, en face de la tempête, a été diligent pour avertir l’équipage qu’ils étaient en désaccord avec la saison, que le voyage se terminerait dans de graves difficultés, mais il n’a pas été entendu. Sous le commandement de Jules, le groupe des captifs, des soldats et des marins se dirigea vers des résultats désastreux.

Plutôt que de s’asseoir et attendre le ciel, Paul a prié et a cherché Dieu. Une fois qu’il a entendu la perspective de Dieu sur leur crise, Paul a partagé les nouvelles encourageantes avec les passagers du navire, donnant l’espoir et le leadership dans un ensemble terrifiant de circonstances.

Paul connaissait son Père au milieu de nombreuses tempêtes. Il dit à l’église de Corinthe:

Cinq fois j’ai reçu aux mains des Juifs les quarante coups moins un. Trois fois, j’ai été battu avec des tiges. Une fois j’ai été lapidé. Trois fois, j’étais naufragé; Une nuit et un jour j’étais à la dérive en mer; Le danger de la part des gens, le danger des peuples, le danger dans la ville, le danger dans le désert, le danger en mer, le danger des faux frères; En fatigue et en épreuve, à travers une nuit sans sommeil, dans la faim et la soif, souvent sans nourriture, dans le froid et l’exposition (2 Co 11, 25-27).
Dieu ne nous laissera jamais ni ne nous abandonnera. Paul, ayant été naufragé trois fois, lapidé, fouetté, cané, persécuté, affamé et sans sommeil, savait que la grâce de Dieu suffisait pour chaque expérience qu’il avait endurée. Ma question est: qu’est-ce que Dieu nous permettra d’expérimenter pour nous montrer sa main puissante dans notre vie?

d98e5-farmfeb2012005Prions: Père, merci pour toutes les épreuves que nous avons endurées par Votre Grâce. Nous avons chacun une longue histoire de votre gentillesse et la protection et la fourniture lorsque les tempêtes sont venus. Aide-nous, Esprit Saint à entendre ta voix, afin que nous puissions briller comme lumière dans les ténèbres comme témoin de ceux qui n’ont pas encore rencontré ton Amour. Seigneur Jésus, pour chaque partie du voyage, nous, comme Paul, nous crions: “Tu en vaux la peine!” Merci d’être notre Rocher, notre Forteresse, notre Force et d’être toujours avec nous. Amour, Vous descendez toujours dans les tempêtes de la vie. Nous croyons en Toi, Dieu Tout-Puissant, et nous comptons sur Toi tous les jours, peu importe ce qu’il détient. Amen.

[I] Actes 27: 21-26, NKJV

[Ii] Actes 27: 34, NKJV

Lecture de cette semaine: Actes 15-28

Prochaine lecture de la semaine: Romains 1-16

Questions d’étude:

  1. En ces temps turbulents, parfois nous sommes pris dans des circonstances au-delà de la commande. Lorsque nous faisons face à des tempêtes, prions-nous et entendons-nous la perspective de Dieu et la parlons-nous comme une parole de vérité en pleine crise? Ou allons-nous, comme ceux de Luc, abandonner tout espoir d’être sauvé?
    2. Peut-on démontrer la paix en crise?
    3. Pouvons-nous être la voix calme aux cris de peur, même rendre grâces à Dieu, et encourager les autres à faire de même, lorsque nos vies combattent des vagues furieuses et des vents tempétueux?
    4. Qui vous encourage quand vous ne pouvez pas voir les étoiles pendant des jours?
    5. Quelles sont les charges que vous transportez que vous avez besoin de lancer par-dessus bord, face à la tempête et alléger la charge?

Love Came Down with Accord/L’amour est venu pour rester avec un accord

https://static.pexels.com/photos/1317/sky-clouds-field-path.jpgWhen Jesus our King knelt before our Father in submission to the cross, He asked for only one thing:

that they all may be one, as You, Father, are in Me, and I in You, that they also may be one in Us, so that the world may believe that You have sent Me. And I have given them the glory which You have given Me, that they may be one, even as We are one,  I in them, and You in Me, that they may be made perfect in one; and that the world may know that You have sent Me and have loved them as You have loved Me (John 17:21-23)

To His Son’s plea, the Father released the Holy Spirit.  As Holy Spirit descended, a new reality came to the Church. Homothumadon, being in one accord, was released as a gift of heaven to God’s children on earth.

“Homothumadon is a compound of two words meaning to “rush along” and “in unison”, cites the KJV New Testament Greek Lexicon, “The image is almost musical; a number of notes are sounded which, while different, harmonize in pitch and tone. As the instruments of a great concert under the direction of a concert master, so the Holy Spirit blends together the lives of members of Christ’s church”.[i]

When the Holy Breath of God blew into the Upper Room, Jesus’ friends were already gathered, as “these all continued with one accord in prayer and supplication”(Acts 1:14) Though fearful for their lives, marked as apostates, Christ’s believers huddled together as they obeyed the Lord’s command and prayerfully waited in Jerusalem:

And when the day of Pentecost was fully come, they were all with one accord in one place. And suddenly there came a sound from heaven as of rushing mighty wind, and it filled all the house where they were sitting .And there appeared unto them cloven tongues like as of fire, and it sat upon each of them. And they were all filled with the Holy Ghost, and began to speak with other tongues, as the Spirit gave them utterance (Acts 2:1-4)

Within days, the church metamorphosed into a powerful community marked by its unity:

And they continued steadfastly in the apostles’ doctrine and fellowship, and in breaking of bread, and in prayers. And fear came upon every soul: and many wonders and signs were done by the apostles. And all that believed were together, and had all things common; and sold their possessions and goods, and parted them to all men, as every man had need. And they, continuing daily with one accord in the temple, and breaking bread from house to house, did eat their meat with gladness and singleness of heart, praising God, and having favour with all the people. And the Lord added to the church daily such as should be saved (Acts 2:42-47).

OAK TREE

A love revolution burst forth on the streets of Jerusalem, as the church flowed with great harmony in the Spirit (see Acts 4:24 and 5:12).  When the religious establishment roared their outrage and demanded the disciples to cease and desist, Stephen, mighty in power, would not back down.  As he confronted his leaders with their history as a people who refused to accept God’s truth, a devouring mob, unity in hatred, erupted:

When they heard these things, they were cut to the heart, and they gnashed on him with their teeth. But he, being full of the Holy Ghost, looked up steadfastly into heaven, and saw the glory of God, and Jesus standing on the right hand of God, and said, Behold, I see the heavens opened, and the Son of man standing on the right hand of God. Then they cried out with a loud voice, and stopped their ears, and ran upon him with one accord, and cast him out of the city, and stoned him (Acts 7:54-57)

The Church dispersed to the nations.  The same holy passion and unity arrived to Samaria through the Spirit:

Then Philip went down to the city of Samaria, and preached Christ unto them. And the people with one accord gave heed unto those things which Philip spake, hearing and seeing the miracles which he did. For unclean spirits, crying with loud voice, came out of many that were possessed with them: and many taken with palsies, and that were lame, were healed. And there was great joy in that city. (Acts 8: 1-11)

As Holy Spirit released a passion and unity in the hearts of the believers, throughout Acts, we see how believers rushed forward to embrace the truth of the gospel.

The disciples leaned heavily on Holy Spirit’s leading and guarded the unity in the Spirit as essential for the advancement of the gospel. When the issue of circumcision, the covenant sign of the Jews, erupted into a serious debate, the Church leaders gathered, sought the wisdom of God and then walked in unity, as they sent out a delegation to inform the Gentile churches of their decision:

It seemed good unto us, being assembled with one accord, to send chosen men unto you with our beloved Barnabas and Paul, men that have hazarded their lives for the name of our Lord Jesus Christ. We have sent therefore Judas and Silas, who shall also tell you the same things by mouth (Acts 15: 24-27).

Paul the Apostle understood the power of agreement both for good and for evil.  In Corinth, Jews banded together to destroy Paul.  “The Jews made insurrection with one accord against Paul, and brought him to the judgment seat” (Acts 18:12)  In Ephesus, the church was violently persecuted as silver idol makers in Ephesus seized Paul’s companions, dragging them into the Greek theatre, as they shouted, “ Great is Diana of the Ephesians!” for two hours in unison, the whole city in an uproar and great confusion.  Everywhere Paul preached the gospel, accord erupted, either for good, for evil or both.

As the gospel spread, Paul urged believers to practice unity in love through the Spirit, which defined Christ’s Church:

Therefore if there is any consolation in Christ, if any comfort of love, if any fellowship of the Spirit, if any affection and mercy, fulfill my joy by being like-minded, having the same love, being of one accord, of one mind. Let nothing be done through selfish ambition or conceit, but in lowliness of mind let each esteem others better than himself. Let each of you look out not only for his own interests, but also for the interests of others. Let this mind be in you which was also in Christ Jesus.(Philippians 2:1-5)

Glory TrailHomothumadon is the essence of revival.  All through Acts, when the Holy Spirit transforms selfish humans into like-minded lovers of Jesus Christ and the Church walked in the grace and mercy of community together, the gospel advanced with great power. Paul pleaded for believers to walk together without selfish ambition or conceit, caring for others and living with the same passionate unity that Jesus enjoyed with the Father, knowing that this reality of loving united community is counter-cultural, all-encompassing and always shakes the nations.

Let us pray: O God our Father, release Your homothumadon reality, that holy united passion into Your Church by Your Spirit, that we may rush forward with humility and grace to bring love down to this needy world.  Holy Spirit, help us esteem others before ourselves, to live in one accord as we release heaven’s heart to earth’s sorrow. Holy Spirit, we hear Your cry to walk with one accord, to live the gospel in a radical love revolution.  We ask for your power and grace to change the world through our loving united community.  Change our hearts, Lord Jesus, that we may have your mind and live a life of intentional holy love for Your Glory. We ask this in Your Name, Lord Jesus. We reverently thank You, Father,  for Your beautiful “Yes” to the cry that we would be one with You even as You are One with each other. We are forever loved by You, O God and we live humbled in deep praise for Your grace to us all. Amen

[i] Thayer and Smith. “Greek Lexicon entry for Homothumadon”. “The KJV New Testament Greek Lexicon“.

This Week’s Bible Reading:  Acts 15-28

Next Week’s Bible Reading:  Acts 1-28 (Just one more week in this foundational text before we keep moving forward through the Bible, ok?)

Study Questions:

  1. How do you feel about communal sharing of property?  Do you think it has context for today?
  2. How do you feel about gathering daily with believers?  How would that stretch you? Do you feel gathering together is directly proportional to church growth?
  3. How do the two ideas of shared property and shared fellowship get realized in your Christian community?  If they  are not a reality, why or why not?
  4. Holy Spirit released the gift of unity to the church.  Prayer for that same gift for your family, for your marriage, for your relationships.  Does it matter to you, that you would walk in unity with these?  Why or why not?
  5. Paul saw unity as the essential element for spiritual growth in a community.  How do you advance or block unity in your faith community?  Why do you suppose you need the mind of Christ to understand this worldview of homothumadon?

Français Ici!

IMG_1291Quand Jésus notre Roi s’est agenouillé devant notre Père en soumission à la croix, Il a demandé une seule chose:

Afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en Moi, et Moi en Toi, afin qu’ils soient un en nous, afin que le monde croie que tu m’as envoyé. Et je leur ai donné la gloire que Tu m’as donnée, afin qu’ils soient un, comme nous sommes un, moi en eux et toi en Moi, afin qu’ils soient parfaits en un; Et que le monde sache que tu m’as envoyé et que tu m’as aimé comme tu m’as aimé (Jean 17: 21-23)

À la demande de Son Fils, le Père a libéré le Saint-Esprit. Lorsque l’Esprit Saint est descendu, une nouvelle réalité est venue à l’Église. Homothumadon, étant un accord, a été libéré à la communauté des croyants du Christ comme un don du ciel aux enfants de Dieu sur la terre.

Homothumadon est un composé de deux mots signifiant” se précipiter “et” à l’unisson “, cite le Lexique grec du Nouveau Testament du KJV,” L’image est presque musicale, un certain nombre de notes sont sonnées qui, bien que différentes, harmonisent en tangage et En tant qu’instruments d’un grand concert sous la direction d’un maître de concert, ainsi le Saint-Esprit mêle la vie des membres de l’Église du Christ “[i]

Quand le Saint souffle a soufflé dans le Cénacle, les amis de Jésus étaient déjà rassemblés, car «tous ont continué d’un commun accord dans la prière et la supplication» (Actes 1: 14) Bien que craintifs pour leur vie, marqués comme des apostats, Comme ils ont obéi à l’ordre du Seigneur et attendu en prière dans Jérusalem:

Et quand le jour de la Pentecôte était venu, ils étaient tous d’accord en un seul endroit. Et soudain, un bruit venant du ciel jaillit, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Et il leur apparut des langues déchiquetées comme de feu, et elle était assise sur chacune d’elles. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et commencèrent à parler en d’autres langues, comme l’Esprit leur donnait l’expression (Actes 2: 1-4)

IMG_1326En quelques jours, l’église s’est métamorphosée en une communauté puissante marquée par son unité:

Et ils continuèrent fermement dans la doctrine et la communion des apôtres, et dans la fraction du pain et dans les prières. Et la crainte est venue sur chaque âme: et beaucoup de prodiges et de signes ont été faits par les apôtres. Et tous ceux qui croyaient étaient ensemble, et avaient toutes choses communes; Et ils vendirent leurs biens et leurs biens, et les séparèrent de tous les hommes, comme tout homme en avait besoin. Et ils, continuant tous les jours dans le temple, et partageant le pain d’une maison à l’autre, ils mangeaient leur chair avec joie et célibat de cœur, louant Dieu et jouissant de la faveur de tout le peuple. Et le Seigneur ajoutait quotidiennement à l’église ceux qui devaient être sauvés (Actes 2: 42-47).

Une révolution d’amour a éclaté dans les rues de Jérusalem, alors que l’Église coulait avec une grande harmonie dans l’Esprit (voir Actes 4:24 et 5:12). Lorsque l’establishment religieux rugit leur indignation et exigea que les disciples cessent et cessent, Stephen, puissant dans le pouvoir, ne reculerait pas. Alors qu’il affrontait ses dirigeants avec leur histoire comme un peuple qui refusait d’accepter la vérité de Dieu, une foule dévorante, l’unité dans la haine, éclata:

Lorsqu’ils entendirent ces choses, ils furent coupés au cœur, et ils lui grinçaient avec leurs dents. Mais lui, plein du Saint-Esprit, leva les yeux vers le ciel, et vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu, et dit: Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l’homme debout À la droite de Dieu. Puis ils crièrent à haute voix, et ils arrêtèrent leurs oreilles, et ils coururent sur lui d’un commun accord, le jetèrent hors de la ville et le lapidèrent (Actes 7: 54-57)

Glory TrailL’Église se dispersa dans les nations. La même sainte passion et l’unité sont arrivés à Samarie par l’Esprit:

Alors Philippe descendit à la ville de Samarie, et prêcha le Christ à eux. Et le peuple, d’un seul accord, prêta attention à ce que Philippe parlait, en entendant et en voyant les miracles qu’il faisait. Car les esprits impurs, criant à haute voix, sortaient d’un grand nombre d’entre eux qui étaient possédés d’eux; et beaucoup de paralysés, et ceux qui étaient boiteux, furent guéris. Et il y avait une grande joie dans cette ville. (Actes 8: 1-11)

Alors que l’Esprit Saint a libéré une passion et une unité dans le cœur des croyants, tout au long des Actes, nous voyons comment les croyants se sont précipités pour embrasser la vérité de l’Évangile.

Les disciples se penchaient lourdement sur la direction de l’Esprit Saint et gardaient l’unité dans l’Esprit comme étant essentielle à l’avancement de l’Évangile. Lorsque la question de la circoncision, le signe de l’alliance des Juifs, éclata dans un débat sérieux, les dirigeants de l’Église se rassemblèrent, cherchèrent la sagesse de Dieu et marchèrent en unité, envoyant une délégation pour informer les Églises Gentils de leur décision:

Il nous a semblé bon, en nous réunissant d’un commun accord, de vous envoyer des hommes choisis avec nos bien-aimés Barnabas et Paul, hommes qui ont menacé leur vie au nom de notre Seigneur Jésus-Christ. Nous avons envoyé donc Judas et Silas, qui vous diront aussi par la bouche (Actes 15: 24-27).

Paul comprenait le pouvoir de l’accord à la fois pour le bien et pour le mal. En Corinthe, les Juifs se sont unis pour détruire Paul. Actes déclare que «les Juifs ont fait l’insurrection d’un commun accord contre Paul et l’ont amené au tribunal» (Actes 18:12). A Ephèse, l’église fut violemment persécutée, comme les écrivains d’Ephèse, saisis les compagnons de Paul, Théâtre, comme ils ont crié, “Grande est Diane des Éphésiens!” Pendant deux heures à l’unisson, toute la ville dans un tumulte et une grande confusion.

Alors que l’Evangile se répandit, Paul exhortait les croyants à se rappeler l’unité dans l’amour à travers l’Esprit défini par l’Église du Christ:

Par conséquent, s’il y a une consolation dans le Christ, si quelque consolation de l’amour, si quelque communion de l’Esprit, si affection et miséricorde, accomplissent ma joie en étant semblables, ayant le même amour, étant d’accord, d’un même esprit . Que rien ne se fasse par ambition égoïste ou par vanité, mais dans l’humilité de l’esprit, chacun estime les autres mieux que lui. Que chacun de vous regarde non seulement pour ses propres intérêts, mais aussi pour les intérêts des autres. Que cette pensée soit en vous, qui était aussi en Jésus-Christ (Philippiens 2: 1-5).

Niagara Falls in FallHomothumadon est l’essence de la renaissance. Tout au long des Actes, lorsque l’Esprit Saint transforme les êtres égoïstes en amants semblables à Jésus-Christ et que l’Église marchait dans la grâce et la miséricorde de la communauté ensemble, l’Évangile avançait avec une grande puissance. Paul a plaidé pour les croyants de marcher ensemble sans ambition égoïste ou de vanité, en prenant soin des autres et vivant avec la même unité passionnée que Jésus a aimé avec le Père, sachant que cette réalité d’aimer la communauté unie est contre-culturelle, englobant et toujours secoue le Nations.

Prions: O Dieu notre Père, relâche ton homothumadon, cette sainte et unie passion dans Ton Eglise par Ton Esprit, afin que nous puissions nous précipiter avec humilité et grâce pour amener l’amour vers ce monde nécessiteux. Esprit Saint, aidez-nous à estimer les autres avant nous-mêmes, pour vivre en accord uni que nous libérons le cœur du ciel à la tristesse de la terre. Esprit Saint, nous entendons Votre cri de marcher d’un commun accord, de vivre l’Évangile dans une révolution d’amour radicale. Nous demandons votre pouvoir et votre grâce pour changer le monde à travers notre communauté unie et aimante. Changer nos coeurs, Seigneur Jésus, afin que nous ayons votre esprit et que nous vivions une vie d’amour sacré intentionnel pour Votre Gloire. Nous le demandons en Votre Nom, Seigneur Jésus. Nous te rendons grâce, Père, pour ton beau «Oui» au cri que nous serions un avec Toi, comme Tu es l’un avec l’autre. Nous sommes pour toujours aimés par Toi, ô Dieu et nous vivons humiliés dans une profonde louange pour ta grâce à nous tous. Amen

[I] Thayer et Smith. “Grec lexique entrée pour Homothumadon”. “Le Lexique Grec du Nouveau Testament”.

Lecture biblique de cette semaine: Actes 15-28

Lecture de la Bible la semaine prochaine: Actes 1 à 28 (Une semaine de plus dans ce texte fondamental avant que nous continuions à avancer dans la Bible, ok?)

Questions d’étude:

  1. Que pensez-vous du partage commun des biens? Pensez-vous qu’il a un contexte pour aujourd’hui?
  2. Que pensez-vous de la collecte quotidienne avec les croyants? Comment ça vous étirait? Pensez-vous que le rassemblement est directement proportionnel à la croissance de l’église?
  3. Comment les deux idées de propriété partagée et de communion partagée se réalisent-elles dans votre communauté chrétienne? Si elles ne sont pas une réalité, pourquoi ou pourquoi pas?
  4. L’Esprit Saint a libéré le don de l’unité à l’église. Prière pour ce même cadeau pour votre famille, pour votre mariage, pour vos relations. Cela vous importe-t-il, que vous marchiez dans l’unité avec ces derniers? Pourquoi ou pourquoi pas?
  5. Paul considérait l’unité comme l’élément essentiel de la croissance spirituelle dans une communauté. Comment avancez-vous ou bloquez-vous l’unité dans votre communauté de foi? Pourquoi croyez-vous que vous avez besoin de l’esprit du Christ pour comprendre cette vision du monde de l’homothumadon?

 

Love Came Down to Saturate Us All/L’amour est venu pour nous saturer tous

2013-09-16 16.42.31Forty days after His resurrection, Jesus prepared to enter head home, back to heaven, back to His Father. Before He left, Jesus commanded the disciples to stay in Jerusalem and to wait for the Promise of the Father, which He said, “you have heard from Me; for John truly baptized with water, but you shall be baptized with the Holy Spirit not many days from now.”[i]

In the most tumultuous season of their lives, after seeing their beloved Messiah crucified, then being taught by the resurrected Savior, now they were told, your next step is to wait.  “Wait for the Promise of the Father”, their Jesus had said. Wait to be baptized in the Holy Spirit.Just Wait.

Jesus died with great intention, to usher in everlasting life for those who believed in Him, but the disciples needed something they didn’t have to move forward with the gospel.

In Ephesians 1:2-6 Paul explains the Great Plan God had created before the earth was made for His very large family:

Blessed be the God and Father of our Lord Jesus Christ, who has blessed us with every spiritual blessing in the heavenly places in Christ, just as He chose us in Him before the foundation of the world, that we should be holy and without blame before Him in love, having predestined us to adoption as sons by Jesus Christ to Himself, according to the good pleasure of His will, to the praise of the glory of His grace, by which He made us accepted in the Beloved.
Heavenly adoption required one main ingredient:  the Holy Spirit.God’s plan was to bless all who believed in His Son with the Holy Spirit, to saturate His newly adopted with Himself, God the Holy Spirit, to fully drench, to soak, even overfill those who were willing to receive this seal of adoption from their heavenly Father.

Promises of the Holy Spirit are throughout the Bible.  King Solomon stated in Proverbs 1:23, “Turn at my rebuke; surely I will pour out My spirit on you; I will make my words known to you.”

Isaiah declared in Isaiah 44:3 “For I will pour water on him who is thirsty, And floods on the dry ground; I will pour My Spirit on your descendants, And My blessing on your offspring.”

Ezekiel shared God’s promise of a new covenant in 39:29: “And I will not hide My face from them anymore; for I shall have poured out My Spirit on the house of Israel.”

Joel declared a Day when men, women and children would suddenly, radically be blessed with the outpouring of God’s Spirit:

“And it shall come to pass afterward That I will pour out My Spirit on all flesh; Your sons and your daughters shall prophesy, Your old men shall dream dreams, Your young men shall see visions.And also on My menservants and on My maidservants I will pour out My Spirit in those days.”[ii]

Zechariah named the location of this spectacular outpouring:

“And I will pour on the house of David and on the inhabitants of Jerusalem the Spirit of grace and supplication; then they will look on Me whom they pierced. Yes, they will mourn for Him as one mourns for his only son, and grieve for Him as one grieves for a firstborn.[iii]

Acts 3 describes this fulfillment, when the crowds, stricken with anguish that they had crucified their Messiah,cried out, “Men and brethren, what must be do?” and Peter proclaimed:

“Repent, and let every one of you be baptized in the name of Jesus Christ for the remission of sins; and you shall receive the gift of the Holy Spirit. For the promise is to you and to your children, and to all who are afar off, as many as the Lord our God will call.”[iv]

Jesus came for this very reason, to draw all men to Himself, that they would be restored to relationship with the Father, filled with God Himself.  On the last day of the feast of Tabernacles, the great day celebrating the promise of abiding in the eternity with God, Jesus the Messiah had passionately declared to all who would listen:

 “If anyone thirsts, let him come to Me and drink.He who believes in Me, as the Scripture has said, out of his heart will flow rivers of living water.”But this He spoke concerning the Spirit, whom those believing in Him would receive; for the Holy Spirit was not yet given, because Jesus was not yet glorified.[v]

Niagara Rainbow FallsJesus promised the Holy Spirit for all who would believe, knowing it would mean the same intimacy He had with His Father. Hours before the cross, the only request Jesus made to the Father was for us, His believers:

I do not pray for these alone, but also for those who will believe in Me through their word; that they all may be one, as You, Father, are in Me, and I in You; that they also may be one in Us, that the world may believe that You sent Me. And the glory which You gave Me I have given them, that they may be one just as We are one: I in them, and You in Me; that they may be made perfect in one, and that the world may know that You have sent Me, and have loved them as You have loved Me.(John 17:20-23)
Jesus asked His Father that we would have the same closeness, the same fellowship with the Father which Jesus enjoyed.  As He chose the cross to atone for all our sins, Jesus asked that His reward for obedience unto the cross was that we would have the joy of being in relationship with the Father as the Son, Jesus Christ experienced.
1 John 4:15 states “Whoever shall confess that Jesus is the Son of God, God dwells in him and he in God.”
How could that ever be possible?
What did the Holy Spirit have to do with this?
Paul states in Galatians 4;6, “And because you are sons, God has sent forth the Spirit of His Son into your hearts, crying, Abba, Father.”

Everything Jesus asked from His Father  required the infilling of the Holy Spirit.

Therefore, in obedience to Jesus’ command to stay put and wait in Jerusalem, for days, 120 120 of His friends gathered, all with one heart seeking God, and day after day they prayed and waited in Jerusalem.

Then suddenly, a mighty wind roared into their prayer meeting.

Tongues of Holy Spirit fire ascended upon the faithful, burnt up fear, quenched worry, and released immeasurable joy.  Loud words of praise poured forth in every language as a new sounds of heaven burst forth from the lips of Jesus’ disciples, men and women and children.

Prophecy poured out in a clamorous scene in Jerusalem as the Holy Spirit was released in power upon the earth.

God had come to stay.

Love filled Christ’s believers and intimacy with Father began through the Holy Spirit’s baptism that day.

By nightfall, 3000 more were saved and baptized.  Crowds of people in Jerusalem, God’s pilgrims, reached hard for understanding as the sound of praises erupted in the streets, in every tongue imaginable. Jesus’ disciples  declared the truth, that the Son of God in love had walked the earth, been crucified and was resurrected.  As they believed, the incredible mercy of God was poured out through the Holy Spirit. Deep relief marked their faces as they encountered heaven’s forgiveness, as grace saturated the dry, the thirsty, the seeking.  Love came down, the Holy Spirit of God, and God’s children could now live in fellowship with the Father and His Son.

Rainbow FallsLet’s Pray:  Holy Spirit, we wait for You.  We long You to saturate our lives, to invade our senses, and bring us much needed understanding, that we may live as God’s children in the same intimacy with the Father that Jesus had, along with joyful fellowship with the Son. Father God, we ask, as those disciples asked, send us Your Promise.  Release the Holy Breath of Heaven upon our lives. Saturate us with Your Spirit!  Drench us with Your Fire!  Lord Jesus, Messiah and Saviour of us all, how we love you!  We worship Your Name this day!  Come, Holy Spirit, come!  Love Come Down!  Amen.

This Week’s Bible Study:  Acts 1-15

Next Week’s Bible Study:  Acts 16 -28

Study Questions:

 

  • What are you waiting for?
  • What is the wait costing you?
  • Can you believe that God wants you to have exactly what He offered to these first beautiful believers?
  • Do you know about the Holy Spirit? Do you know He is the Third Person of the Trinity, the one in charge of making you a child of God, teaching you how to be conformed unto the image of Christ
  • How are you connecting to God?  What does the Holy Spirit have to do with this connection?
[i] Acts 1:4-5, NKJV.
[ii] Joel 2:28-29 NKJV.
[iii] Zechariah 12:10-11, NJKV.
[iv] Acts 2:38-39 NKJV.
[v] John 7:37-39 NKJV.

2014-10-10 07.44.26Quarante jours après sa résurrection, Jésus se prépara à rentrer chez lui, retourner au ciel, retourner à son Père. Avant de partir, Jésus ordonna aux disciples de rester à Jérusalem et d’attendre la Promesse du Père, qu’il a dit: «Vous avez entendu de moi, car Jean a vraiment baptisé avec de l’eau, mais vous serez baptisés du Saint-Esprit, Plusieurs jours à partir de maintenant. “[I]

Dans la saison la plus tumultueuse de leur vie, après avoir vu leur bien-aimé Messie crucifié, puis enseigné par le Sauveur ressuscité, maintenant on leur a dit, votre prochaine étape est d’attendre. «Attends la Promesse du Père», avait dit leur Jésus. Attendez d’être baptisés dans le Saint-Esprit.

Jésus est mort avec une grande intention, afin d’introduire la vie éternelle pour ceux qui croient en Lui, mais les disciples ont besoin de quelque chose qu’ils n’ont pas eu à avancer avec l’évangile.

Dans Ephésiens 1: 2-6, Paul explique le grand plan que Dieu avait créé avant que la terre ait été faite pour sa très grande famille:

Béni soit le Dieu et le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes du Christ, comme il nous a choisis en lui avant la fondation du monde, afin que nous soyons saints et sans reproche avant Lui dans l’amour, nous ayant prédestinés à l’adoption comme fils par Jésus-Christ à Lui, selon le bon plaisir de Sa volonté, à la louange de la gloire de Sa grâce, par laquelle Il nous a fait accepter dans le Bien-Aimé.
Le plan de Dieu était de bénir tous ceux qui croyaient en son Fils avec le Saint-Esprit, de saturer Son nouvellement adopté avec Lui-même, Dieu le Saint-Esprit, de plonger, d’imbiber, Qui étaient disposés à recevoir ce sceau d’adoption de leur Père céleste.

Les promesses du Saint-Esprit sont dans toute la Bible. Le roi Salomon a déclaré dans Proverbes 1:23: «Tournez-vous à ma réprimande: je répandrai mon esprit sur vous, je vous ferai connaître mes paroles.

Ésaïe a déclaré dans Ésaïe 44: 3 «Car je répandrai de l’eau sur celui qui a soif, et je croulerai sur la terre sèche, je répandrai mon Esprit sur ta postérité, et ma bénédiction sur ta postérité.

Ezéchiel a partagé la promesse de Dieu d’une nouvelle alliance en 39:29: “Et je ne cacherai plus Ma face d’eux; Car je répandrai mon Esprit sur la maison d’Israël.

Joël a déclaré un jour où les hommes, les femmes et les enfants seraient soudain, radicalement bénis avec l’effusion de l’Esprit de Dieu:

“Et il arrivera ensuite que je répandrai mon Esprit sur toute chair, Tes fils et tes filles prophétiseront, tes vieux auront des songes, tes jeunes gens verront des visions. Et sur mes serviteurs et sur mes servantes, je répandrai mon Esprit en ces jours-là.
Zacharie a nommé l’emplacement de cette effusion spectaculaire:

“Et je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem l’Esprit de grâce et de supplication; Alors ils regarderont sur Moi qui ils ont percé. Oui, ils pleureront pour Lui, comme on pleure pour son unique fils, et comme il pleure pour un premier-né.
Actes 3 décrit cet accomplissement, quand la foule, affligée d’angoisse qu’ils avaient crucifié leur Messie, s’écria: «Hommes et frères, que faut-il faire?»

Et Pierre proclama:

«Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ pour la rémission des péchés; Et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est à vous, à vos enfants et à tous ceux qui sont éloignés, autant que l’Éternel, notre Dieu, appellera. »[Iv]

Jésus est venu pour cette raison même, pour attirer tous les hommes vers Lui, afin qu’ils soient restaurés à la relation avec le Père, rempli de Dieu Lui-même. Le dernier jour de la fête des Tabernacles, le grand jour célébrant la promesse de demeurer dans l’éternité avec Dieu, Jésus le Messie avait déclaré avec passion à tous ceux qui voulaient écouter:

2013-09-16 16.42.31 «Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à Moi et boive. Celui qui croit en Moi, comme l’Écriture l’a dit, de son cœur couleront des fleuves d’eau vive.» Mais il a parlé de l’Esprit que ceux qui croient en Lui Recevraient; Car le Saint-Esprit n’était pas encore donné, parce que Jésus n’était pas encore glorifié. [V]

Jésus a promis l’Esprit Saint à tous ceux qui croiraient, sachant que cela signifierait la même intimité qu’il avait avec son Père. Des heures avant la croix, la seule demande que Jésus a faite au Père était pour nous, Ses croyants:

Jésus a demandé à son Père que nous aurions la même proximité, la même communion avec le Père dont Jésus jouissait. Comme il a choisi la croix pour expier tous nos péchés, Jésus a demandé que sa récompense pour l’obéissance à la croix était que nous aurions la joie d’être en relation avec le Père comme le Fils, Jésus-Christ expérimenté.

1 Jean 4:15 déclare: «Quiconque confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui et lui en Dieu».

Comment cela pourrait-il jamais être possible?

Qu’est-ce que le Saint-Esprit a à voir avec cela?

Paul déclare dans Galates 4: 6, «Et parce que vous êtes des fils, Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils dans vos cœurs en criant: Abba, Père.

Tout ce que Jésus a demandé de son Père a exigé le remplissage du Saint-Esprit.

C’est pourquoi, dans l’obéissance au commandement de Jésus de demeurer à Jérusalem pendant des jours, 120 120 de ses amis se rassemblèrent, tous d’un seul cœur cherchant Dieu, et jour après jour ils priaient et attendaient à Jérusalem.

Puis soudainement, un vent puissant rugit dans leur réunion de prière.

Les langues du feu de l’Esprit Saint sont montées sur les fidèles, brûlent la peur, éteignent l’inquiétude et libèrent une joie incommensurable. De grandes paroles de louange se répandirent dans toutes les langues quand un nouveau son du ciel éclata de la bouche des disciples de Jésus, des hommes, des femmes et des enfants.

Prophétie répandue dans une scène clameuse à Jérusalem comme le Saint-Esprit a été libéré en puissance sur la terre.

Dieu était venu pour rester.

Comme l’Amour remplit les croyants du Christ, l’intimité avec le Père a commencé par le baptême du Saint-Esprit ce jour-là.

À la tombée de la nuit, 3000 autres ont été sauvés et baptisés. Les foules de gens de Jérusalem, les pèlerins de Dieu, s’efforçaient de comprendre comme le bruit des louanges éclatait dans les rues, dans toutes les langues imaginables. Les disciples de Jésus ont déclaré la vérité que le Fils de Dieu en amour avait marché sur la terre, avait été crucifié et ressuscité.

Comme ils croyaient, l’incroyable miséricorde de Dieu a été versé par le Saint-Esprit. Un profond relief marquait leurs visages alors qu’ils rencontraient le pardon du ciel, car la grâce saturait le sec, l’assoiffé, le cherchant. L’Amour est descendu, le Saint-Esprit de Dieu, et les enfants de Dieu peuvent maintenant vivre en communion avec le Père et Son Fils.

61fb8-largewaterfalllocatedinzimbabwePrions: Esprit Saint, nous vous attendons. Nous vous demandons de saturer nos vies, d’envahir nos sens et de nous apporter la compréhension nécessaire pour que nous puissions vivre comme les enfants de Dieu dans la même intimité avec le Père que Jésus avait, ainsi que la fraternité joyeuse avec le Fils. Père Dieu, nous demandons, comme disaient les disciples, de nous envoyer Votre Promesse. Relâchez le Souffle Sacré du Ciel sur nos vies. Saturatez-nous avec votre Esprit! Drench nous avec votre feu! Seigneur Jésus, Messie et Sauveur de nous tous, comment nous vous aimons! Nous adorons Ton Nom ce jour! Venez, Esprit Saint, venez! L’amour descend! Amen.

Étude biblique de cette semaine: Actes 1-15

Étude biblique de la semaine suivante: Actes 16 -28

Questions d’étude:

  • Qu’est-ce que tu attends?
  • Qu’est-ce que l’attente vous coûte?
  • Pouvez-vous croire que Dieu veut que vous ayez exactement ce qu’Il a offert à ces premiers beaux croyants?
  • Connaissez-vous le Saint-Esprit?
  • Savez-vous qu’il est la troisième personne de la Trinité, celle qui est chargée de vous faire enfant de Dieu, vous enseignant comment être conformés à l’image du Christ?
  • Comment allez-vous vous connecter à Dieu? Qu’est-ce que le Saint-Esprit a à voir avec ce lien?
[I] Actes 1: 4-5, LSG.
[Ii] Joël 2: 28-29 NKJV.
[Iii] Zacharie 12: 10-11, NJKV.
[Iv] Actes 2: 38-39 NKJV.
[V] Jean 7: 37-39 NKJV.

Love Came Down to Nourish/L’amour est venu pour nourrir

But when the morning had now come, Jesus stood on the shore; yet the disciples did not know that it was Jesus. Then Jesus said to them, “Children, have you any food?”… Then, as soon as they had come to land, they saw a fire of coals there, and fish laid on it, and bread. Jesus said to them, “Bring some of the fish which you have just caught.” Simon Peter went up and dragged the net to land, full of large fish, one hundred and fifty-three; and although there were so many, the net was not broken.  Jesus said to them, “Come and eat breakfast.” (John 21:5, 9-12)

MatinendaTalk about a breakfast of champions!

As you read the gospels, a pattern of show and tell emerges, as Jesus, master teacher, demonstrates and then teaches again and again.  This last story of the gospels is no different.  Here, we find the disciples fishing together in Galilee after the resurrection.  After a night of fishing, without a single catch, as they wearily approached the shore, there stood Jesus, who asked just one question, “Children, have you any food?”

They answered Him, “No.” And He said to them, “Cast the net on the right side of the boat, and you will find some.” So they cast, and were not able to draw it in because of the multitude of fish. The disciple whom Jesus loved said to Peter, “It is the Lord!” Now when Simon Peter heard that it was the Lord, he put on his outer garment (for he had removed it), and plunged into the sea. But the other disciples came in the little boat (for they were not far from land, but about two hundred cubits), dragging the net with fish.(John 21:5-8)

I expect the disciples were in a rough place.  The resurrected Christ wasn’t sleeping beside them every night.  In the land of “in between”, that place before Pentecost and after Resurrection, no one knew what to do. Despite their longing for the supernatural life they had just lived alongside the Christ, the men had returned to fishing, to their old life, without success.

John recognized Jesus by the astounding turn of events, as did Peter, who overjoyed, throws on his coat and starts wading the 300 feet to shore.  The rest of the disciples came slowly to shore by boat, unable to pull the large sudden catch in without capsizing their small boat.

On shore, Jesus had prepared a fire, with hot coals warming bread and fish for his beloved friends. Though He didn’t need the fish, He instructed the men to bring over some fish. Peter hauled the net to land, bulging with 153 huge fish.

Without greeting or introduction, Jesus invited his friends to eat some breakfast.  Then, with the same language of their last meal together, “Jesus then came and took the bread and gave it to them, and likewise the fish. This is now the third time Jesus showed Himself to His disciples after He was raised from the dead.” (John 21:13, 14)

Can you imagine the relief these men felt to be with Jesus again?  Can you see the theme of breaking bread, the reminder of the cross, the joy of that first meal of fish together after His resurrection, all swirling back to the men as they munched a joyful meal with their Jesus?

The men would have been suffering in back in Galilee, where any follower of Jesus would have been ostracized by their community, and especially the well-known Eleven. Friendships, trade opportunities and worship in the synagogues would all have been denied to these men who were officially ex-communicated by the Sanhedrin for following Jesus (1).

IMG_0917Uncertain, fearful and not knowing what to do next, these disciples must have felt very confused.  Despite all expectations, Rome still ruled over Israel.  The Messiah had come and died and risen, but the Kingdom seemed to be nowhere.  The big question was “What next?”

Unable to resolve any searching, Peter had gone fishing with his friends and caught zip, nada,nothing. Then suddenly, Jesus appeared.  After breakfast, Jesus, having shown, now told:

So when they had eaten breakfast, Jesus said to Simon Peter, “Simon, son of Jonah, do you love Me more than these?” He said to Him, “Yes, Lord; You know that I love You.” He said to him, “Feed My lambs.” He said to him again a second time, “Simon, son of Jonah, do you love Me?” He said to Him, “Yes, Lord; You know that I love You.” He said to him, “Tend My sheep.”He said to him the third time, “Simon, son of Jonah, do you love Me?” Peter was grieved because He said to him the third time, “Do you love Me?” And he said to Him, “Lord, You know all things; You know that I love You.” Jesus said to him, “Feed My sheep. Most assuredly, I say to you, when you were younger, you girded yourself and walked where you wished; but when you are old, you will stretch out your hands, and another will gird you and carry you where you do not wish.” This He spoke, signifying by what death he would glorify God. And when He had spoken this, He said to him, “Follow Me. (John 21:15-19)

When Jesus first met Simon Peter, He had promised, “Come follow Me and I will make you fishers of men.”2  Despite Peter’s betrayal, Jesus hadn’t retracted His offer. Patiently, Jesus explained to Peter that divine love was active.  Love feeds.  Love encourages.  Love comforts, just as Jesus had fed, encouraged and comforted His friends.

Jesus asks Peter a question which, phrased in the Greek, was “Peter, do you love me as God loves?”, agape love, the unconditional love of Christ.

Peter replied, “Jesus, I love you as family”, phileo love, brotherly love that never quits because we’re family.

Jesus then commanded, “Feed my lambs”.  The Greek suggests that Jesus is saying, “Peter, next steps are this:  show your love to me by feeding those who follow Me.”

Love has feet, heart, sweat and tears.  Love acts.  Love cares.

Jesus asked again,”Simon, do you love me unconditionally, with that holy God-love that I have shown you?”

Peter responded, “Yes, Lord, You know that I love you as family.”

Jesus then commanded Peter, “Nurture, watch over, protect and shepherd My Sheep, as I have done.”

A third time, Jesus asked Peter, “Do you really love me as family, Simon?”  Now Peter, hurt, grieved at the challenge, replies, “Lord, you know everything!  You know I love you as my own brother.”

Jesus then challenged Peter, “Feed My sheep”.

2014-10-15 09.38.20Love came down to nourish us all. Nurture flows from the heart of Jesus, from our Father, from the Holy Spirit. Just as Jesus watched over, fed, taught, protected, encouraged and inspired his disciples, now Jesus commissioned Peter to do the same.

Whatever Jesus did, His disciples are called to do.  Paul summed this up as he told Timothy, “Follow me as I follow Christ.”

As Jesus showed up in the disciples’ dark night of confusion and brought them clarity to move forward, so we are called to show up with the love of God to this world’s present darkness, to bring the Light of Christ as the only solution to a broken world full of questions.

Peter learned his lesson well. Years later, after leading the Church for decades, Peter exhorted the Church:

The elders who are among you I exhort, I who am a fellow elder and a witness of the sufferings of Christ, and also a partaker of the glory that will be revealed: Shepherd the flock of God which is among you, serving as overseers, not by compulsion but willingly, not for dishonest gain but eagerly; nor as being lords over those entrusted to you, but being examples to the flock; and when the Chief Shepherd appears, you will receive the crown of glory that does not fade away. (1 Peter 5:1-4)

We love because He first loved us.

Can you hear Lord Jesus asking, “Do you love Me?” What is your answer?2015-03-21 13.50.19

Let’s pray: Father God, may we love by the power and grace of the Holy Spirit as Christ loved.  Come to our darkness and break into our lives with the dawn of truth, hope and provision as You did for Peter that early morning, Jesus and lead us to love all as You have loved.Amen.

  1 His parents said this because they were afraid of the Jewish leaders, who already had decided that anyone who acknowledged that Jesus was the Messiah would be put out of the synagogue.(John 9:22 NKJV)
  2 Matthew 4:19, NKJV.

This Week’s Reading:  John 15-21

Next Week’s Reading:  Acts 1-15

No questions this week.  Just get out there and love somebody well!

Français Ici

L’amour est venu pour nourrir

Mais quand le matin était venu, Jésus se tenait sur le rivage; Mais les disciples ne savaient pas que c’était Jésus. Alors Jésus leur dit: “Les enfants, avez-vous quelque chose à manger?” … Puis, dès qu’ils sont venus à la terre, ils y ont vu un feu de charbons, des poissons et du pain. Jésus leur dit: «Apportez du poisson que vous venez de prendre. Simon Pierre monta et traîna le filet à terre, plein de gros poissons, cent cinquante-trois; Et bien qu’il y en eût tant, le filet n’était pas brisé. Jésus leur dit: “Viens manger le petit déjeuner.” (Jean 21: 5, 9-12)

2014-09-11-17-44-32Parlez d’un petit déjeuner de champions!

Au fur et à mesure que vous lisez les évangiles, un modèle de spectacle et de discours émerge, comme Jésus, maître maître, démontre et enseigne encore et encore. Cette dernière histoire des évangiles n’est pas différente. Ici nous trouvons les disciples pêchant ensemble en Galilée après la résurrection. Après une nuit de pêche, ils n’avaient rien attrapé, et comme ils s’approchaient lentement de la rive, Jésus se tenait debout, qui ne posait qu’une question: «Enfants, avez-vous quelque chose à manger?

Ils lui répondirent: «Non. Et il leur dit: “Jetez le filet à droite du bateau, et vous en trouverez un.” Alors ils jetèrent, et maintenant ils n’étaient pas capables de l’attirer à cause de la multitude de poissons. C’est pourquoi le disciple que Jésus aimait dit à Pierre: «C’est le Seigneur! Lorsque Simon Pierre apprit que c’était le Seigneur, il revêtit son vêtement extérieur (car il l’avait enlevé) et s’enfonça dans la mer. Mais les autres disciples vinrent dans la petite barque (car ils n’étaient pas loin de la terre, mais environ deux cents coudées), traînant le filet avec des poissons (Jean 21: 5-8).

Connaissant leurs besoins, Jésus suggère qu’ils pêchent de l’autre côté et instantanément les filets remplissent la capacité passée. Jean reconnaît Jésus par l’étonnante tournure des événements et Peter, heureux, jette son manteau et commence à voguer les trois longueurs de la piscine (300 pieds) au rivage. Le reste des disciples arrivaient lentement à la côte par bateau, incapables de tirer le gros coup sans chavirer leur petit bateau. (Quelle image de la Pentecôte, à quelques jours d’avance, quand la puissance de l’Esprit Saint est déversée et que des milliers embrassent la vérité de Jésus au témoignage de Pierre, en un seul jour!)

Sur la rive, Jésus avait préparé un feu, avec des charbons chauds réchauffant le pain et le poisson pour ses amis bien-aimés. Bien qu’Il n’ait pas besoin du poisson, Il a ordonné aux hommes d’apporter un peu de poisson et Pierre a tiré le filet à la terre, plein de poissons énormes. Remarquablement, le filet ne s’est pas cassé. Sans salut ni introduction, Jésus invita ses amis à déjeuner. Avec la même langue de leur dernier repas ensemble, “Jésus est venu et a pris le pain et il a donné à eux, et de même le poisson. C’est maintenant la troisième fois que Jésus s’est montré à Ses disciples après qu’Il est ressuscité d’entre les morts. “(Jean 21:13, 14)

Pouvez-vous imaginer le soulagement que ces hommes ressentaient de nouveau avec Jésus? De retour en Galilée, tout disciple de Jésus aurait été ostracisé par leur communauté, mais surtout les onze bien connus. Les amitiés, les occasions commerciales et le culte dans les synagogues auraient été refusés à ces hommes qui ont été officiellement ex-communiqués par le Sanhédrin pour suivre Jésus1. Incertain, craintif et ne sachant pas quoi faire ensuite, ces disciples devaient se sentir très confus. Contrairement à leur attente, Rome opprimait toujours la nation. Le Messie est venu et est mort et ressuscité, mais le Royaume longtemps prophétisé ne semblait nulle part. Que signifiait cette résurrection pour ceux qui le suivaient maintenant?

Incapable de répondre à toutes ces questions, Peter est allé pêcher avec ses amis et n’a rien attrapé. Après cette “longue journée de voyage dans la nuit”, Jésus apparaît. Il nourrit ses amis bien-aimés, rétablissant leur foi et leurs finances avec une prise miraculeuse, l’espoir trouvé dans sa présence soudaine et soudaine à l’aube d’un nouveau jour.

Après le déjeuner, Jésus, après avoir montré, raconte maintenant:

Alors, ayant mangé le petit déjeuner, Jésus dit à Simon Pierre: «Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu plus que ceux-ci? Il lui dit: Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Il lui dit: «Alimente mes agneaux. Il lui dit encore une fois: Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu? Il lui dit: Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Il lui dit: «Mangez mes brebis.» Il lui dit pour la troisième fois: «Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu? Pierre fut attristé parce qu’Il lui dit une troisième fois: “Tu m’aimes?” Et il lui dit: Seigneur, tu sais tout, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit: “Alimentez mes brebis, je vous le dis en vérité, quand vous étiez plus jeune, vous vous ceigniez et vous marchiez où vous voudriez, mais quand vous êtes vieux, vous étirez vos mains, Et vous emmènent où vous ne voulez pas. Il parlait, signifiant par quelle mort il glorifierait Dieu. Et quand il eut dit cela, il lui dit: Suivez-moi. (Jean 21: 15-19)

IMG_0798Quand Jésus rencontra Simon Pierre, Il avait promis: «Viens, suis-moi, et je te ferai pêcheurs d’hommes.» 2 Malgré la trahison de Pierre, Jésus n’a pas rétracté Son offre. Patiemment, Jésus expliqua à Pierre que l’amour divin était actif. L’amour se nourrit. L’amour encourage. Amour, comme Jésus l’avait nourri, encouragé et réconforté Ses amis.

Jésus pose à Pierre une question qui, exprimée dans le grec, était «Pierre, m’aimes-tu comme Dieu aime?», L’amour agape, l’amour inconditionnel du Christ.

Pierre répondit: «Jésus, je t’aime comme une famille», phileo amour, amour fraternel qui ne quitte jamais parce que nous sommes la famille.

Jésus ordonna alors: «Alimentez mes agneaux». Le grec suggère que Jésus dit: «Pierre, les prochaines étapes sont ceci: montre-moi ton amour en nourrissant ceux qui me suivent.

L’amour a des pieds, du cœur, de la sueur et des larmes. L’amour agit. L’amour se soucie.

Jésus demanda de nouveau: «Simon, m’aimes-tu inconditionnellement, avec ce saint amour de Dieu que je t’ai montré?

Pierre répondit: “Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime comme une famille.”

Jésus ordonna alors à Pierre: «Nourrissez, veillez, protégez et berger Mes brebis, comme je l’ai fait.

Une troisième fois, Jésus demanda à Pierre: «Tu m’aimes vraiment comme famille, Simon?» Pierre, blessé, affligé du défi, répond: «Seigneur, tu sais tout! Tu sais que je t’aime comme mon propre frère.

Jésus a alors mis au défi Pierre, «nourris mes brebis».

L’amour est venu pour nous nourrir tous. Nourriture coule du coeur de Jésus, de notre Père, du Saint-Esprit. Tout comme Jésus a veillé, nourri, enseigné, protégé, encouragé et inspiré ses disciples, maintenant Jésus a commandé à Pierre de faire de même.

Tout ce que Jésus a fait, ses disciples sont appelés à faire. Paul le résume alors qu’il dit à Timothée: «Suis-moi comme je suis le Christ».

Alors que Jésus apparaissait dans la nuit sombre de la confusion des disciples et leur apportait de la clarté pour avancer, nous sommes appelés à nous montrer avec l’amour de Dieu dans les ténèbres actuelles de ce monde, à apporter la Lumière du Christ comme la seule solution à un Brisé le monde plein de questions.

MatinendaPierre avait apprenu bien. Des années plus tard, après avoir dirigé l’Église pendant des décennies, Pierre a exhorté l’Église:

Les anciens qui sont parmi vous, je vous exhorte, moi qui suis un aîné et un témoin des souffrances de Christ, et aussi un participant de la gloire qui sera révélée: Bénissez le troupeau de Dieu qui est au milieu de vous, Non pas par contrainte, mais volontiers, non pour gain malhonnête, mais avidement; Ni comme seigneurs sur ceux qui vous sont confiés, mais en étant des exemples pour le troupeau; Et quand le berger en chef apparaîtra, vous recevrez la couronne de gloire qui ne s’efface pas. (1 Pierre 5: 1-4)
Nous aimons parce qu’Il nous a aimés pour la première fois.

Pouvez-vous entendre le Seigneur Jésus vous demander: «Est-ce que vous m’aimez?» Quelle est votre réponse?

Prions: Père Dieu, que nous aimions par la puissance et la grâce du Saint-Esprit comme Christ a aimé. Venez à nos ténèbres et pénétrez dans nos vies avec l’aube de la vérité, de l’espoir et de la provision comme vous l’avez fait pour Pierre ce matin-là, Jésus et nous amener à aimer tout comme vous avez aimé.

1 Ses parents disaient cela parce qu’ils avaient peur des dirigeants juifs, qui avaient déjà décidé que quiconque reconnaissait que Jésus était le Messie serait sorti de la synagogue (Jean 9:22 LSG)

2 Matthieu 4:19, LSG.

Cette semaine: Jean 15-21

Lecture de la semaine prochaine: Acts 1-15

Pas de questions cette semaine. Il suffit de sortir et d’aimer quelqu’un bien!

 

Love Came Down with Heaven’s Bread/L’amour arrive de pain de Dieu

2014-08-22 18.12.09When I was a young girl, I remember on a family vacation traveling along Hwy 17 to Kingston, where the seven of us spent the day enjoying historic Fort Henry, replete with scarlet-clad infantry, cannon blasts, and the very best fresh homemade bread, butter and honey a person could ever encounter, pulled fresh the fort’s stone oven with butter churned by hand that morning. Late that afternoon, my parents took us up to a tree-laden park overlooking the St. Lawrence River. We sat down on the warm grass and ate an ancient feast: homemade brown bread with fresh butter, coated thick with chin-dripping honey, a treat which thrills me just in the remembrance.  To this day, when I smell fresh bread, I am reminded of those blue skies, the choppy waters of the St. Lawrence, the joy of that thick warm crusty bread, with even enough for seconds; it was a glorious picnic with my family, that summer day four decades ago.

Bread is a huge theme in the Bible.  When Jesus had the crowds sit down on that grassy hill to feed the thousands,all the children there would have known Gideon’s story, how the enemy soldier had dreamt of the large bread crashing into their camp, giving Gideon courage to charge the thousands with just 300 men.  The women sitting with their families could easily have told you the history of the Israelites, how manna rained from heaven every day for forty years in the wilderness. The men could have recounted how King David ate the show bread fleeing from Saul’s wrath or told you how showbread, twelves loaves for the twelve tribes of Israel were laid out in the temple, beside the altar of incense, as a testimony of God’s daily provision, something they desperately needed during the fierce days of Roman oppression.

Like today, bread was a main staple of the home, prepared daily.  Jesus had fed five thousand men plus their wives and children in one setting with just a handful of loaves and fish. The people were so excited with his instant provision, they planned to make him king by force.

Jesus headed up the mountain, alone.

Days later, when the people found Jesus in the synagogue of Capernaum, they were still looking for more. Jesus challenged the seekers with a bold claim:

“It is not Moses who has given you the bread from heaven, but it is my Father who gives you the true bread from heaven. For the bread of God is the bread that comes down from heaven and gives life to the world.” “Sir,” they said, “always give us this bread.” Then Jesus declared, “I am the bread of life. Whoever comes to me will never go hungry, and whoever believes in me will never be thirsty. (John 6: 32-35)

Jesus, seeing the opportunists crowd in for more, laid out the plan of His Father with clear provocation:

“All those the Father gives me will come to me, and whoever comes to me I will never drive away. For I have come down from heaven not to do my will but to do the will of him who sent me. And this is the will of him who sent me, that I shall lose none of all those he has given me, but raise them up at the last day. For my Father’s will is that everyone who looks to the Son and believes in him shall have eternal life, and I will raise them up at the last day.”( John 6: 37-40)

To the Jews, Jesus had just gone where no man dared go. He plainly and clearly told His people, “Listen, I am the One. I am the Messiah. You come to me and you will live. I speak on God’s behalf and if you believe in Me, you will live forever”.

Consider the context. In all of history, no man had dared say, “if you trust me, I can guarantee your eternal life”. Israel, laid low by religious and political oppression, was hearing a free offer to access the Almighty and when offered a different freedom, many bitterly rejected the Man’s plan as ludicrous.

The Jews began to grumble about him. “They said, “Is this not Jesus, the son of Joseph, whose father and mother we know? How can he now say, ‘I came down from heaven’?” (John 6:42). You can almost hear the people’s whispers as crazed conversations coursed through the crowd. “We know his address!” “I know his parents!” “ He claims to be from heaven, but we bought a table from his carpentry shop!” “Is the guy crazy? He thinks he is from heaven?” “Is He God? How is that possible?”

IMG_1925Jesus, standing before the ones He would die for, refused to back up:

“Stop grumbling among yourselves,” Jesus answered. “No one can come to me unless the Father who sent me draws them, and I will raise them up at the last day. It is written in the Prophets: ‘They will all be taught by God.’Everyone who has heard the Father and learned from him comes to me. No one has seen the Father except the one who is from God; only he has seen the Father. Very truly I tell you, the one who believes has eternal life.”

Without compromise, Jesus laid out the truth to His people:

“I am the bread of life. Your fathers ate the manna in the wilderness, and are dead. This is the bread which comes down from heaven, that one may eat of it and not die. I am the living bread which came down from heaven. If anyone eats of this bread, he will live forever; and the bread that I shall give is My flesh, which I shall give for the life of the world.” (John 6:48-51)

Many Jews were revolted. They quarreled among themselves, saying, “How can this Man give us His flesh to eat?”

Finally, Jesus grabbed religion by the throat as He said to them,

“Unless you eat the flesh of the Son of Man and drink His blood, you have no life in you. Whoever eats My flesh and drinks My blood has eternal life, and I will raise him up at the last day. For My flesh is food indeed, and My blood is drink indeed. He who eats My flesh and drinks My blood abides in Me, and I in him. As the living Father sent Me, and I live because of the Father, so he who feeds on Me will live because of Me. This is the bread which came down from heaven–not as your fathers ate the manna, and are dead. He who eats this bread will live forever.

What?  Can you imagine how the people would feel, as their expected King Messiah suddenly announced, “eat My flesh and drink My blood to abide in Me?”

Are you feeling uncomfortable yet?

sunriseLater, at another Passover, Luke records how Jesus took the Passover Bread and offered it to His disciples, gave thanks and broke it, and gave it to them, saying, “This is My body which is given for you; do this in remembrance of Me.” Likewise He also took the cup after supper, saying, “This cup is the new covenant in My blood, which is shed for you. (Luke 22:19-20, NKJV)

Using the ordinary as a reminder of the extraordinary, bread was offered by Jesus as Himself once more, a bread of the new grace-saturated covenant which He would establish by His broken body. Jesus offered a covenant from heaven which, if consumed, brought eternal life.

The key here is consumption.  In that provoking outrageous speech to His beloved nation, Jesus compels all to understand there is no returning to a prior Old Testament agreement once you have agreed to eat His Body and drink His blood.  Jesus, as Prophet long spoken of by Moses, calls His nation to choose a new reality:  Jesus alone was the Bread of Life for all who would consume His truth.

Jesus, as Truth, could not delay the catastrophic collision of worldviews which must take place to accept that He is the only offer, the only atonement, the only Bread from heaven, the only way, the only truth, the only life, God’s unbudging plan of mercy, which must be consumed, not considered.

Knowing about Jesus’ life is never enough.  A true disciple must humble themselves and reckon their desperate hunger for righteousness. A true believer knows only Jesus, our Bread of Life, will satisfy. Better than manna, Jesus offered Himself as sacrifice for all sin of the world, to those who would accept and humbly consume His Bread, His cross, His sacrifice. This was a startling confrontation for the Jews in His day.  John quietly states: From that time many of His disciples went back and walked with Him no more. (John 6:66, NKJV).  What are you doing with these words of Christ? Is He your Bread this day?

Let’s Pray: Lord, You are all that is needed!  You are the Bread that satisfies!  You are life, our breath, our deepest delight!  You are the greatest gift to us all.  May we encounter You more deeply this day, O Gift of Finest Wheat.  Father, thank You for Your love, that You sent Your Son as food for us all. O Father, give us this day your daily Bread.  Holy Spirit, lead us ever deeper into the mystery and glory of Your Word.  Amen.

This Week’s Reading: John 1-15

Next Week’s Reading: John 16 -21

Study Questions:

1. Bread is a huge part of the world’s diet, unless you are fasting carbs! Why do you think Jesus asked us to pray, “Give us this day our daily bread?”

2. Jesus confronts the religious system with his demand that we consume Him. How do you feel about this challenge?

3. Holy Spirit is needed to understand the Word. Ask Him to reveal more of this passage to you.

Français Ici!

crossQuand j’étais une jeune fille, je me souviens de vacances en famille voyageant le long de l’autoroute 17 à Kingston, où les sept d’entre nous avons passé la journée en profitant historique Fort Henry, rempli d’infanterie de couleur écarlate, des coups de canon, et le meilleur pain frais maison , Du beurre et du miel qu’une personne pouvait rencontrer, tirait le four de pierre du fort avec du beurre agité à la main ce matin-là. En fin d’après-midi, mes parents nous ont emmenés dans un parc arboré dominant le fleuve Saint-Laurent. Nous nous sommes assis sur l’herbe chaude et avons mangé une fête antique: pain brun fait maison avec le beurre frais, enduit épais avec le menton-gouttant le miel, un festin qui me frémit juste dans le souvenir. Jusqu’à ce jour, quand je sens le pain frais, je me rappelle ces cieux bleus, les eaux houleuses du Saint-Laurent, la joie de ce pain épais et croustillant, même assez pour des secondes; C’était un pique-nique glorieux avec ma famille, ce jour d’été il y a quatre décennies.

Le pain est un thème énorme dans la Bible. Quand Jésus a fait asseoir la foule sur cette colline herbeuse pour nourrir les milliers, tous les enfants auraient connu l’histoire de Gédéon, comment le soldat ennemi avait rêvé que le gros pain tombait dans leur camp, ce qui donnait à Gédéon le courage de charger les milliers avec juste 300 hommes. Les femmes assises avec leurs familles auraient pu facilement vous raconter l’histoire des Israélites, comment la manne a plu tous les jours depuis quarante ans dans le désert. Les hommes auraient pu raconter comment le roi David a mangé le pain de spectacle fuyant la colère de Saül ou vous a expliqué comment les pains de pain de veille pour les douze tribus d’Israël étaient déposés dans le temple, à côté de l’autel de l’encens, , Quelque chose qu’ils avaient désespérément besoin pendant les jours féroces de l’oppression romaine.

Comme aujourd’hui, le pain était un aliment principal de la maison, préparé quotidiennement. Jésus avait nourri cinq mille hommes plus leurs femmes et leurs enfants dans un seul endroit avec juste une poignée de pains et de poissons. Les gens étaient tellement excités avec sa disposition instantanée, ils avaient l’intention de le faire roi par la force.

Jésus se dirigea vers la montagne, seul.

Quelques jours plus tard, quand les gens trouvèrent Jésus dans la synagogue de Capharnaüm, ils cherchaient encore plus. Jésus a contesté les demandeurs avec une prétention audacieuse: «Ce n’est pas Moïse qui vous a donné le pain du ciel, mais c’est mon Père qui vous donne le vrai pain du ciel. Car le pain de Dieu est le pain qui descend du ciel et donne la vie au monde. – Monsieur, disaient-ils, donnez-nous toujours ce pain. »Jésus déclara:« Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. (Jean 6: 32-35)

2014-09-11-17-44-32Jésus, voyant les opportunistes se rassembler pour plus, a exposé le plan de son Père avec provocation claire: «Tous ceux que le Père me donne viendront à moi, et celui qui vient à moi je ne chasserai jamais. Car je suis descendu du ciel pour ne pas faire ma volonté, mais pour faire la volonté de celui qui m’a envoyé. Et voici la volonté de celui qui m’a envoyé, afin que je ne perde rien de ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour. Car la volonté de mon Père est que quiconque regarde le Fils et croit en lui aura la vie éternelle, et je les ressusciterai au dernier jour “(Jean 6: 37-40).

Aux Juifs, Jésus venait d’aller où aucun homme n’osait aller. Il a clairement et clairement dit à son peuple: «Écoutez, je suis l’Unique. Je suis le Messie. Vous venez à moi et vous vivrez. Je parle au nom de Dieu et si vous croyez en Moi, vous vivrez éternellement ».

Considérez le contexte. Dans toute l’histoire, aucun homme n’avait osé dire: «si vous me faites confiance, je peux vous garantir votre vie éternelle». Israël, étouffé par l’oppression religieuse et politique, entendait une offre gratuite d’accéder au Tout-Puissant et, lorsqu’on lui offrait une liberté différente, beaucoup rejetèrent amèrement le plan de l’Homme comme ridicule.

Les Juifs commencèrent à grogner autour de lui. Ils dirent: N’est-ce pas Jésus, le fils de Joseph, dont nous connaissons le père et la mère? Comment peut-il dire maintenant: «Je suis descendu du ciel?» (Jean 6:42). Vous pouvez presque entendre les murmures du peuple comme des conversations folles parcouraient la foule. «Nous connaissons son adresse!» «Je connais ses parents!» «Il prétend être du ciel, mais nous avons acheté une table de son magasin de charpenterie!» «Est-ce que le gars est fou? Il pense qu’il est du ciel? “” Est-il Dieu? Comment est-ce possible?”

Personne n’a vu le Père si ce n’est celui qui vient de Dieu; Seulement il a vu le Père. En vérité, je vous le dis, celui qui croit a la vie éternelle.

sunsetSans compromis, Jésus exposa la vérité à son peuple:

«Je suis le pain de la vie. Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et sont morts. C’est le pain qui descend du ciel, afin que l’on en mange et ne meure pas. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement; Et le pain que je donnerai, c’est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde “(Jean 6: 48-51).

Beaucoup de Juifs furent révoltés. Ils se disputèrent entre eux, disant: Comment cet homme peut-il nous donner sa chair à manger?

Finalement, Jésus a attrapé la religion par la gorge, comme Il leur a dit: «Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme et que vous ne buvez pas son sang, vous n’avez aucune vie en vous. Quiconque mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle. Je le ressusciterai au dernier jour, car ma chair est en effet de la nourriture, et mon sang est en boisson, celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi en lui. Je vis à cause du Père, ainsi celui qui se nourrit de Moi vivra à cause de Moi. C’est le pain qui est descendu du ciel, non pas comme vos pères ont mangé la manne, et sont morts, celui qui mange ce pain vivra éternellement .

Quelle? Pouvez-vous imaginer comment les gens se sentiraient, comme leur attendait le roi Messie annoncé soudainement, «manger ma chair et boire mon sang pour demeurer en moi?

Êtes-vous mal à l’aise?

Plus tard, lors d’une autre Pâque, Luc raconte comment Jésus a pris le pain de la Pâque et l’a offert à ses disciples, a rendu grâce et l’a brisé, et il l’a donné, en disant: «Ceci est mon corps qui est donné pour vous; De Moi. ” De même il prit aussi la coupe après le souper, en disant: “Cette coupe est la nouvelle alliance dans mon sang, qui est répandu pour vous.” (Luc 22: 19-20)

En utilisant l’ordinaire comme un rappel de l’extraordinaire, le pain a été offert par Jésus comme Lui-même une fois de plus, un pain de la nouvelle grâce-alliance saturée qu’il établirait par Son corps cassé. Jésus a offert une alliance du ciel qui, s’il est consommé, a apporté la vie éternelle.

La clé ici est la consommation. En suscitant un discours outrageant à sa nation bien-aimée, Jésus oblige tous à comprendre qu’il n’y a aucun retour à un accord antérieur de l’Ancien Testament une fois que vous avez accepté de manger son corps et de boire son sang. Jésus, comme prophète depuis longtemps parlé par Moïse, appelle sa nation à choisir une nouvelle réalité: Jésus seul était le pain de vie pour tous ceux qui consommeraient sa vérité.

Jésus, en tant que Vérité, ne pouvait pas retarder la collision catastrophique des visions du monde qui doit avoir lieu pour accepter qu’Il est la seule offre, la seule expiation, le seul Pain du ciel, le seul chemin, la seule vérité, la seule vie, Plan de miséricorde, qui doit être consommé, non considéré.
Fall Field
Connaître la vie de Jésus n’est jamais suffisant. Un vrai disciple doit s’humilier et compter sa soif désespérée de la justice. Un vrai croyant ne sait que Jésus, notre Pain de Vie, satisfera. Mieux que la manne, Jésus s’est offert comme sacrifice pour tous les péchés du monde, pour ceux qui accepteraient et humblement consommer son pain, sa croix, son sacrifice. Ce fut une confrontation étonnante pour les Juifs en son temps. Jean dit tranquillement: Depuis ce temps, beaucoup de ses disciples sont retournés et ne marchent plus avec lui. (Jean 6:66, LSG). Que faites-vous de ces paroles de Christ? Est-il votre pain aujourd’hui?

Prions: Seigneur, Tu es tout ce qui est nécessaire! Vous êtes le pain qui satisfait! Vous êtes la vie, notre souffle, notre plus grand plaisir! Vous êtes le plus grand cadeau pour nous tous. Pouvons-nous vous rencontrer plus profondément ce jour, O Don du plus beau blé. Père, merci pour ton amour, que tu aies envoyé ton Fils comme nourriture pour nous tous. O Père, donnez-nous ce jour votre pain quotidien. Esprit Saint, nous amènent toujours plus profondément dans le mystère et la gloire de Ta Parole. Amen.

Cette semaine: John 1-15
Lecture de la semaine suivante: Jean 16 -21

Questions d’étude:
1. Le pain est une énorme partie de l’alimentation du monde, à moins que vous ayez des glucides à jeun! Pourquoi pensez-vous que Jésus nous a demandé de prier: «Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien?
2. Jésus confronte le système religieux avec sa demande que nous le consumions. Que pensez-vous de ce défi?
3. Le Saint-Esprit est nécessaire pour comprendre la Parole. Demandez-lui de vous révéler plus de ce passage.

Love Came Down with Suddenlies/L’amour arrive soudain

Luke 13:11-13 And behold, there was a woman who had a spirit of infirmity eighteen years, and was bent over and could in no way raise herself up.  But when Jesus saw her, He called her to Him and said to her, “Woman you are loosed from your infirmity.”  And he laid hands on her, and immediately she was made straight, and glorified God2013-10-15-11-07-15

Luke 19:2 – 6 Now behold, there was a man named Zacchaeus who was a chief tax collector, and he was rich.  And he sought to see who Jesus was, but could not, for he was of short stature.  So he ran ahead and climbed up into a sycamore tree to see Him, for He was going to pass that way.  And when Jesus came to the place, He looked up and saw him, and said to him, “Zacchaeus, make haste and come down, for today I must stay at your house.”  So he made haste and came down, and He received Him joyfully.

Life is full of surprises.  For anyone who has gone through trauma or trials, sudden relief can be shocking.  After the launch of our agriculture business, two years in, we were in desperate financial straits. Prayers of  “Please God, help us” filled our devotional life. We could not avoid the massive business debt which was crushing us.  Sick at heart, reeling from disappointment and often blaming each other, Paul and I kept moving forward, believing God to bring us through, striving desperately to manage an impossible solution until His help came.

Like Zacchaeus, we would have climbed anything to find relief. We searched for our Deliverer even as we slogged through piles of bills and searched for work. The pressing needs of our young family and the heartbreak of a business in the red broke hard into our lives, rough trouble crashing with waves of shame, crushing our marriage, stealing our joy.

A few years later, our finances changed overnight. My husband received an inheritance, which was suddenly loosed with an unexpected sale of property.  As we absorbed the news, astonished, we gathered our kids into the kitchen to celebrate.  While the children jumped and shouted thanks to Father, it was Paul and I who breathed deep sighs of worship, amazingly free from a prison we couldn’t evade.

Here in Luke’s gospel are two accounts of two children of Abraham freed suddenly from a problem they couldn’t possibly fix. Their stories are similar and teach us a lot about the Christ who heals.

First, both the woman and Zaccheus found a way to Jesus.

The unnamed woman attended synagogue despite the looks of scorn she would have endured for coming to God when “He obviously didn’t care!”for she had laboured with her infirmity for eighteen years.

Zacchaeus climbed a tree to see Jesus, not exactly something you would see the average millionaire attempt.  This man was Mr. Important.  Rome had conferred great power to this weasel.  He had paid thugs to enforce his tax collections and mercy was not a tax collector’s modus operandi.  Mr Big, actually Mr. Small because of his height,  was not the kind of guy you would expect to hike up his shorts and strain to climb up into a tree. Yet Zaccheus was desperate for Jesus. His scrambling up the tree proved that the man needed something more than the money he had accrued.

Second, Jesus saw both and discerned their need.  It says in the Greek text, “He saw,discerned, understood her need”.  Jesus saw the woman in the crowded synagogue.  Jesus looked right up at Zaccheaus in that tree. The Master arrived to ton with great intention and delight to set free a man despised, yet desperate for Christ.

When Jesus entered town, all of life changed.  As the Healer touched the woman, immediately, she became straight. No more head bent down, staring at dirt roads and straining to do life.  No more shame at her infliction, pain night and day, wondering why and how and when the trial would end. Jesus stepped into her situation and suddenly, she was healed.

Both of them laboured under the crushing weight of public contempt.

When Jesus invited Himself to Zacchaeus’ house, He promptly restored honor to a man who was shunned by all.  The people, many whom had been ripped off or bullied by Zaccheaus, loudly protested.

When Jesus healed the woman before her entire community, the synagogue ruler rebuked her and Jesus both for breaking the sabbath, as cold to her plight, the rabbi rebuked Jesus for invading his turf with a power demonstration.

Both responded to Jesus with worship and shifted forward.  When the woman was suddenly loosed from her infirmity, she boldly worshiped God before her whole town, something she had been blocked from doing for eighteen long years.  When Zacchaeus was restored to his God, he publicly vowed to restore all wrongs and give half of his income to the poor. I bet that party at his house was one amazing event!

The two were changed forever and responded to Jesus with great joy.

Both were rejected by their community but called children of God by Jesus.

In the eyes of the synagogue leaders’, this “cursed” woman wasn’t worth their time or healing.  Jesus disagreed.

In the eyes of the Jewish people, Zacchaeus was the worst of all Jews, a traitor who profited from his merchant relationship with the Roman oppressors.  Again, Jesus disagreed.

Jesus reminds us of one clear truth:  both Zacchaeus and the woman were God’s children, declared by Christ as “a daughter of Abraham” and “a son of Abraham”. Their sin, their pains, their problems, none of this erased their true identity in the eyes of God.

Healing flows from a merciful God to whomever He pleases. Both the woman and Zaccheaus expected God’s mercy  and both found the healing they needed.

Neither Paul or I or this woman or Zaccheaus earned our suddenly. None could claim to be righteous or holy in these stories. All who were healed were deeply loved by a deeply loving God.

 

Rainbow and FireLet’s Pray: Lord Jesus, we give you our my aching prayers, all those tear-stained dreams and hopes that have been hiding deep in our hearts and we tell You again, we will boldly climb the proverbial tree, and push our way into any place where You are, because we expect Your suddenlies. Holy Spirit, please help us to give over all our grubby criticisms and judgments and resentments when you bless or heal those around us that we didn’t expect as likely candidates.  Forgive us for our hardhearted stupidity in thinking anyone is beyond Your touch, Your love and Your restoration, including us!  May we rejoice when those around us are restored by You, Father.  May we celebrate You Lord, when our suddenlies come to our town.  In Your Name we pray, Jesus.  Amen.

This Week’s Reading:  Luke 15 – 24

Next Week’s Reading:  John 1-15

Study Questions:

Perhaps, from these stories, we find ourselves.

  1.  Are we the critics, asking God why He would heal them and not us?
  2. Are we the one bent over, sick of looking at dirt, and hoping today is the day or the man clinging to branches, heartsick and desperate for Jesus?
  3. Perhaps our wounds, like Zaccheus, are private and on the outside, we present as a success story, but the ache within shouts a different label.
  4. Perhaps we are the crowd, rejoicing at the miracles and wondering who this Jesus really is, content to watch, but not willing to climb a tree or stand before the crowd to get what we really need from the Saviour.
  5. Where do you see yourself in these stories and what is the Holy Spirit teaching you about healing, suddenlies and the mercy of God?

Francais Ici!

Luc 13: 11-13 Et voici, il y avait une femme qui avait un esprit d’infirmité dix-huit ans, et a été repliées et pourraient soulever en aucun cas elle-même vers le haut. Mais quand Jésus la vit, Il l’appela à lui et lui dit: «Femme vous êtes déliée de ton infirmité.” Et il posa la main sur elle, et aussitôt elle se redressa, et glorifia God.

Luc 19: 2 – 6 Or, voici, il y avait un homme nommé Zachée qui était un collecteur d’impôts en chef, et il était riche. Et il cherchait à voir qui était Jésus, mais ne pouvait pas, car il était de petite taille. Il courut donc en avant et monta sur un sycomore pour le voir, car il allait passer par là. Et quand Jésus est venu à l’endroit, il leva les yeux et le vit, et lui dit: «Zachée, hâte-toi de descendre, car aujourd’hui je dois rester à la maison.” Alors, il se hâta et il est descendu, et il a reçu Lui avec joie.

2013-10-20 17.18.33
La vie est pleine de surprises. Pour toute personne qui a vécu un traumatisme ou d’essais, le soulagement soudain peut être choquant. Après le lancement de notre activité agricole, deux ans, nous étions dans une situation financière désespérée. Prières de “S’il vous plaît Dieu, aidez-nous” rempli notre vie de dévotion. Nous ne pouvions pas éviter la dette de l’entreprise massive qui nous écrasait. Malade à cœur, sous le choc de la déception et souvent blâmer les uns les autres, Paul et moi avons continué à avancer, croyant que Dieu nous mènera à travers, cherchant désespérément à gérer une solution impossible jusqu’à ce que son aide est venue.

Comme Zachée, nous aurions grimpé quoi que ce soit pour trouver un soulagement. Nous avons cherché notre Libérateur même que nous slogged dans des piles de factures et la recherche de travail. Les besoins pressants de notre jeune famille et le déchirement d’une entreprise dans le rouge cassé dur dans nos vies, la difficulté rugueuse écraser avec des vagues de honte, écrasant notre mariage, voler notre joie.

Quelques années plus tard, nos finances changé du jour au lendemain. Mon mari a reçu un héritage, qui a été soudainement déliée avec une vente inattendue de la propriété. Comme nous avons absorbé les nouvelles, étonné, nous avons rassemblé nos enfants dans la cuisine pour célébrer. Pendant que les enfants ont sauté et crié grâce au Père, ce fut Paul et moi qui souffla profonds soupirs de culte, étonnamment libre d’une prison, nous ne pouvions pas échapper.

Ici, dans l’évangile de Luc sont deux comptes de deux enfants d’Abraham libérés soudainement d’un problème qu’ils ne pouvaient résoudre. Leurs histoires sont similaires et nous apprennent beaucoup de choses sur le Christ qui guérit.

Tout d’abord, la femme et Zachée trouvé un moyen de Jésus.

La femme anonyme a assisté à la synagogue, malgré les regards de mépris qu’elle aurait enduré pour arriver à Dieu quand “Il est évident qu’il ne se souciait pas!” Car elle avait travaillé avec son infirmité depuis dix-huit ans.

Zachée grimpé dans un arbre pour voir Jésus, pas exactement quelque chose que vous verriez la tentative de millionnaire moyenne. Cet homme était M. Important. Rome avait conféré une grande puissance à cette belette. Il avait payé des voyous pour faire respecter ses collections d’impôts et de la miséricorde était pas le mode de fonctionnement d’un collecteur d’impôts. Mr Big, en fait M. Small en raison de sa taille, ne fut pas le genre de gars que vous attendez à escalader son short et un effort pour grimper dans un arbre. Pourtant, Zachée était désespérée pour Jésus. Son brouillage l’arbre a prouvé que l’homme avait besoin quelque chose de plus que l’argent qu’il avait courus.

Deuxièmement, Jésus a vu les deux et discerner leur besoin. Il est dit dans le texte grec, “Il a vu, discerné, compris son besoin”. Jésus a vu la femme dans la synagogue bondée. Jésus leva les yeux jusqu’à à Zachée dans cet arbre. Le Maître est arrivé à ton avec une grande intention et la joie de libérer un homme méprisé, mais désespérée pour le Christ.

Lorsque Jésus est entré dans la ville, toute la vie a changé. Comme le Guérisseur a touché la femme, immédiatement, elle est devenue droite. Pas plus tête baissée, regardant les chemins de terre et de forcer à faire la vie. Pas plus de honte à son infliction, la nuit de la douleur et le jour, se demandant pourquoi et comment et quand le procès se terminerait. Jésus entra dans sa situation et tout à coup, elle a été guérie.

Tous deux travaillèrent sous le poids écrasant de mépris public.

Lorsque Jésus lui-même invité à la maison de Zachée, Il rétablit rapidement l’honneur d’un homme qui a été évité par tous. Les personnes, dont beaucoup qui avaient été arrachés ou intimidés par Zaccheaus, bruyamment protesté.

Lorsque Jésus a guéri la femme avant toute sa communauté, le chef de la synagogue elle et Jésus à la fois réprimandé pour avoir enfreint le sabbat, le froid à son sort, le rabbin a réprimandé Jésus pour envahir son gazon avec une démonstration de puissance.

Tous deux ont répondu à Jésus avec le culte et déplacé vers l’avant. Lorsque la femme a été soudainement relâché de son infirmité, elle adorait Dieu hardiment devant toute sa ville, quelque chose qu’elle avait été bloqué de faire depuis dix-huit ans. Lorsque Zachée a été restauré à son Dieu, il a juré publiquement de rétablir tous les torts et donner la moitié de ses revenus aux pauvres. Je parie que ce parti dans sa maison a été un événement extraordinaire!

Les deux ont été changés à jamais et a répondu à Jésus avec une grande joie.

Les deux ont été rejetées par leur communauté, mais appelés enfants de Dieu par Jésus.

Dans les yeux des dirigeants de la synagogue », cette femme” maudit “ne valait pas leur temps ou de guérison. Jésus était en désaccord.

Aux yeux du peuple juif, Zachée était le pire de tous les Juifs, un traître qui a profité de sa relation marchande avec les oppresseurs romains. Encore une fois, Jésus a exprimé son désaccord.

Jésus nous rappelle une vérité claire: les deux Zachée et la femme étaient des enfants de Dieu, déclarés par le Christ comme “une fille d’Abraham» et «un fils d’Abraham”. Leur péché, leurs douleurs, leurs problèmes, rien de tout cela effacé leur véritable identité aux yeux de Dieu.

La guérison coule d’un Dieu miséricordieux à qui Il veut. La femme et Zaccheaus attend la miséricorde de Dieu et tous les deux ont trouvé la guérison dont ils avaient besoin.

Ni Paul ni moi ou cette femme ou Zaccheaus gagné notre coup. Personne ne pouvait prétendre être juste ou saint dans ces histoires. Tous ceux qui étaient guéris ont été profondément aimé par un profond amour de Dieu.

Prions: Seigneur Jésus, nous vous donnons nos mes prières endoloris, tous ces rêves et les espoirs larmes colorées qui ont été cachés au fond de nos coeurs et nous vous disons à nouveau, nous allons hardiment grimper à l’arbre proverbiale, et pousser notre chemin dans toute endroit où vous êtes, parce que nous attendons vos soudains. Saint-Esprit, s’il vous plaît nous aider à livrer toutes nos critiques et les jugements crasseux et ressentiments quand vous bénir ou guérir ceux qui nous entourent que nous ne nous attendions pas candidats probables. Pardonnez-nous pour notre stupidité cœur dur de penser tout le monde est au-delà de votre contact, votre amour et votre restauration, y compris nous! Pouvons-nous nous réjouir quand ceux qui nous entourent sont restaurés par Toi, Père. Pouvons-nous célébrer Vous Seigneur, quand nos soudains viennent à notre ville. Votre nom nous prions, Jésus. Amen.

Rainbow over BowmanvilleLa lecture de cette semaine: Luc 15-24

Reading Semaine suivante: John 1-15

Questions d’étude:

Peut-être, à partir de ces histoires, nous nous trouvons.

Sommes-nous les critiques, demandant à Dieu pourquoi Il les guérir et pas nous?
Sommes-nous une courbé, malade de regarder la saleté, et en espérant aujourd’hui est le jour ou l’homme accroché à des branches, heartsick et désespéré pour Jésus?
Peut-être que nos blessures, comme Zachée, sont privés et à l’extérieur, nous présentons comme une histoire de succès, mais la douleur des cris dans une étiquette différente.
Peut-être que nous sommes la foule, se réjouissant des miracles et se demandant qui ce Jésus est vraiment, le contenu à regarder, mais pas prêts à grimper sur un arbre ou se tenir debout devant la foule pour obtenir ce que nous avons vraiment besoin du Sauveur.
Où vous voyez-vous dans ces histoires et ce qui est le Saint-Esprit vous enseigner sur la guérison, soudains et la miséricorde de Dieu?

 

Love Came with Good News/ L’amour arrive avec nouvelles superbe

2013-01-20 08.51.02The gospel of Luke begins with two miraculous conceptions.  In the fullness of days, Gabriel appeared to Zachariah, Elizabeth’s husband, in the temple.  Gabriel joyfully announced the great news that they were to have a son, a special, set apart son,who would be filled with the Holy Spirit from the womb to turn Israel back to God, to prepare the way for the Messiah.

 

The couple was way past child-bearing age.  Elizabeth, of the line of Aaron, with her husband, of the line of Abijah, would have endured decades of scorn. Muttered words like “cursed”, “sinner”, “useless” would have seared them, as the wedding was celebrated, and then to their grief, decades passed without the child arriving.

Far from cursed, Luke described this couple as completely righteous before God, walking in all the commands of God, as blameless, they waited and then finally accepted, that barrenness was their portion.

Hope deferred makes the heart sick. After decades of praying and hoping, Zachariah, priest of God, refused to believe Gabriel.  He challenged Gabriel to remember their age, basically saying “that door had been nailed shut decades ago” and was struck dumb, God’s mercy to Zachariah, that he could process his broken heart in silence.

Mute, Zachariah returned home to his aged wife, loved her, and soon she was pregnant.  For five months Elizabeth hid at home, waiting, rejoicing, holding steady her secret joy while her belly blossomed and her body made ready to have this beloved unexpected long prayed for child.

In Nazareth of Galilee, young Mary also encountered Gabriel and heard a shocking promise:  she, the virgin, would become pregnant by the power of the Most High God and bear the Messiah.  Accepting Gabriel’s words, she acknowledged she was a handmaiden of the Lord and He could do whatever He wished. Immediately, Mary headed to Judah to tend to her cousin Elizabeth, which Gabriel had announced to Mary as solid proof of God’s power.

2013-10-20 17.18.33By the time she reached Judah, the Christ Child was already growing within her.  Elizabeth, upon hearing Mary’s voice, felt her son leap within, and rejoiced at the wonder of all God was doing for their families and their nation:

Blessed are you among women, and blessed is the fruit of your womb! But why is this granted to me, that the mother of my Lord should come to me? For indeed, as soon as the voice of your greeting sounded in my ears, the babe leaped in my womb for joy. Blessed is she who believed, for there will be a fulfillment of those things which were told her from the Lord (Luke 1:42-45, NKJV)

Mary responded in turn, professing her fierce trust in God even as she carried the Son of the Most High:

My soul magnifies the Lord, and my spirit has rejoiced in God my Savior. For He has regarded the lowly state of His maidservant; for behold, henceforth all generations will call me blessed. For He who is mighty has done great things for me, and holy is His name. And His mercy is on those who fear Him from generation to generation. He has shown strength with His arm; He has scattered the proud in the imagination of their hearts. He has put down the mighty from their thrones, and exalted the lowly. He has filled the hungry with good things, and the rich He has sent away empty. He has helped His servant Israel, in remembrance of His mercy, as He spoke to our fathers, To Abraham and to his seed forever. (Luke 1:45-55, NKJV)

Mary expected God’s goodness as she faithfully endured both the pain and joy of His sovereignty.  While Elizabeth’s neighbours rejoiced that the Lord had shown her great mercy with John’s birth, Mary would have returned to Nazareth to face her family’s outrage at her pregnancy.  Despite the threat of divorce or worse, stoned for sexual promiscuity, Mary returned to Nazareth with God as her only defense.

Thankfully, Joseph, Mary’s betrothed, feared God enough to trust the angelic counsel he received in his dreams and obeyed the Lord.

Faithfully, Joseph escorted Mary to Bethlehem, tended to her and the Babe, then protected his family as they were forced to flee to Egypt, as yet another dream warned of danger. The family returned to Nazareth once evil King Herod was dead. What a hard beginning for the King of nations.

In this story of birth announcements, Luke displays Mary and Elizabeth as faithful women, certain in the goodness of their God, though they endured much pain and hardship as his chosen servants.  The men, Zachariah and Joseph,  each first reasoned out their circumstances, and needed some help to arrive at God’s conclusions.  In the end, both families proved faithful, blessed by God.  Still, suffering was woven throughout the tapestry of their lives. It’s a large part of our journey before our heavenly Father.

What would do if God asked you to do something that may cost you everything?

dawn portJesus faced this as a boy of twelve, when he assumed his parents would enroll him in Jerusalem to become a rabbi, given his clear wisdom and understanding of God.

Not quite.  Instead, after frantically searching for three days, Jesus’ parents demanded He return to Galilee to assume the family carpentry business.  They were a family of carpenters, not priests.  His giftedness with the Scriptures would not convince them otherwise, nor did His protests that “He was to be about His father’s business” convince them to change the plan for His life.

The Scripture records that “Jesus increased in wisdom and stature, and in favor with God and men” (Luke 2:52NKJV).  Eighteen years passed before Jesus embraced Israel as their Teacher, Healer, Rabbi and Messiah.  Jesus endured decades of experiencing every temptation, every trial known to humanity that He could be our recompense, our safety, our consolation as we face trials today:

Therefore, in all things He had to be made like His brethren, that He might be a merciful and faithful High Priest in things pertaining to God, to make propitiation for the sins of the people.  For in that He Himself has suffered, being tempted, He is able to aid those who are tempted. (Hebrews 2:17-18 NKJV)

Do you love God enough to follow Him, to obey His voice though it may cost every dream that He isn’t dreaming for you? Can you keep following the Lord, even when the road takes you through to Egypt or into a workshop when you long to do something greater? Mary, Elizabeth, Zachariah, Joseph and Jesus each chose to trust the heart of God enough to obey.

History was changed forever by their yes to the Almighty.

Let’s Pray:  Lord, when we read of the grace and bravery of these men and women, our trials and delays seem small indeed. Thank You that You love us so much!  May Your love overwhelm the pain of these temporary sorrows.  May we praise You for who You are, Love come down, and bravely accept the cost of following You.  By Your grace, may we love You tenaciously as we hear and obey Your commands.  Holy Spirit, shine Your light upon all our hearts, that we  may confess our fearful resistance and live instead, by your grace and power, in fearless courage, for Your Glory.  Amen.

This Week’s Reading:  Luke 1-15

Next Week’s Reading:  Luke 15-25

  1. Are you a history maker? What does that look like?
  2. How do you process disappointment with God?
  3. Do you believe suffering is part of walking with God?  How do you handle this in your relationship with your loving Father?
  4. Have you had hope deferred?  Can you find someone to share your sorrow or, like Zachariah, are you processing this in silence?
  5. Angels played a large role in these stories.  Do you have a story which includes the angelic or dreams or visitations?  Do you share these tales? Why or why not?

Français ici!

dawnL’évangile de Luc commence avec deux conceptions miraculeuses. Dans la plénitude des jours, Gabriel apparut à Zacharie, le mari d’Elizabeth, dans le temple. Gabriel joyeusement annoncé les bonnes nouvelles qu’ils devaient avoir un fils, un, mis à part le fils spécial, qui serait rempli du Saint-Esprit dès le ventre de tourner Israël à Dieu, pour préparer le chemin pour le Messie.

Le couple était l’âge de procréer chemin passé. Elizabeth, de la ligne d’Aaron, avec son mari, de la ligne d’Abia, aurait enduré des décennies de mépris. Mots marmonna comme «maudit», «pécheur», «inutile» les auraient poêlé, que le mariage a été célébré, puis à leur douleur, des décennies écoulées sans l’enfant arrivant.

Loin de maudit, Luc décrit ce couple aussi complètement justes devant Dieu, marchant dans tous les commandements de Dieu, comme irréprochable, ils ont attendu, puis ont finalement accepté que la stérilité était leur portion.

L’espoir différé rend le cœur malade. Après des décennies de prier et d’espérer, Zacharie, prêtre de Dieu, a refusé de croire Gabriel. Il a contesté Gabriel de se rappeler leur âge, essentiellement en disant “cette porte avait été cloué il y a des décennies fermés” et a été frappé de mutisme, de la miséricorde de Dieu à Zacharie, qu’il pouvait traiter son cœur brisé en silence.

Muet, Zachariah est rentré à sa femme âgée, l’aimait, et bientôt elle était enceinte. Pendant cinq mois, Elizabeth caché à la maison, en attendant, se réjouissant, la tenue régulière sa joie secrète tandis que son ventre épanoui et son corps fait prêt à avoir cette bien-aimée inattendue longtemps prié pour enfant.

A Nazareth en Galilée, jeune Marie a également rencontré Gabriel et entendu une promesse choquante: elle, la vierge, deviendrait enceinte par la puissance de Dieu le plus haut et porter le Messie. Accepter les mots de Gabriel, elle a reconnu qu’elle était une servante du Seigneur et il pouvait faire tout ce qu’il voulait. Immédiatement, Mary se dirigea vers Juda pour tendre à sa cousine Elisabeth, que Gabriel avait annoncé à Marie comme une preuve solide de la puissance de Dieu.

2014-10-22 16.17.17Au moment où elle a atteint Judah, l’Enfant Jésus était déjà de plus en plus en elle. Elizabeth, en entendant la voix de Marie, sentait son fils sauter dedans, et se réjouit de la merveille de tout ce que Dieu a fait pour leur famille et leur nation:

Tu es bénie entre les femmes, et béni est le fruit de ton sein! Mais pourquoi est-il donné à moi, que la mère de mon Seigneur vienne à moi? Car en effet, dès que la voix de ta salutation a frappé mon oreille, l’enfant a tressailli dans mon ventre de joie. Heureuse celle qui a cru, il y aura un accomplissement de ces choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur (Luc 1: 42-45, LSG)

Mary a répondu à son tour, professant sa confiance féroce en Dieu même si elle a porté le Fils du Très-Haut:

Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur. Car il a considéré l’état humble de sa servante; car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse. Pour celui qui est puissant a fait de grandes choses pour moi, et Son nom est saint. Et sa miséricorde est sur ceux qui le craignent de génération en génération. Il a déployé la force de son bras; Il a dispersé les orgueilleux dans la pensée de leur cœur. Il a renversé les puissants de leurs trônes et élevé les humbles. Il a comblé de biens les affamés de bonnes choses, et les riches, il a renvoyé à vide. Il a aidé Israël, son serviteur en souvenir de sa miséricorde, comme il a parlé à nos pères, à Abraham et à sa postérité pour toujours. (Luc 1: 45-55, LSG)

Mary attend la bonté de Dieu, comme elle a enduré fidèlement à la fois la douleur et la joie de sa souveraineté. Alors que les voisins de Elizabeth se réjouissaient que le Seigneur lui avait montré une grande miséricorde avec la naissance de John, Mary aurait retourné à Nazareth pour faire face à l’indignation de sa famille à sa grossesse. Malgré la menace de divorce ou pire, lapidé pour la promiscuité sexuelle, Marie revint à Nazareth avec Dieu comme son seul moyen de défense.

Heureusement, Joseph, de Marie fiancée, craignait Dieu suffit de faire confiance au conseil angélique, il a reçu dans ses rêves et obéit au Seigneur.

Fidèlement, Joseph escorté Marie à Bethléem, tendait à elle et l’Enfant, puis protégé sa famille comme ils ont été forcés de fuir en Egypte, comme un autre rêve averti du danger. La famille de retour à Nazareth, une fois le mal roi Hérode était mort. Quel début difficile pour le roi des nations.

Dans cette histoire, des annonces de naissance, Luke affiche Marie et Elizabeth en tant que femmes fidèles, certains dans la bonté de leur Dieu, mais ils ont enduré beaucoup de douleur et de difficultés que ses serviteurs élus. Les hommes, Zachariah et Joseph, chaque premier raisonnaient leurs circonstances, et avait besoin d’aide pour arriver à des conclusions de Dieu. En fin de compte, les deux familles se sont révélés fidèles, béni par Dieu. Pourtant, la souffrance a été tissé tout au long de la tapisserie de leur vie. Il est une grande partie de notre voyage avant notre Père céleste.

ice snowQue feriez-vous si Dieu vous a demandé de faire quelque chose qui peut vous coûter tout?

Jésus fait face à cela comme un garçon de douze ans, quand il a pris ses parents serait l’inscrire à Jérusalem pour devenir rabbin, compte tenu de sa sagesse et de la compréhension de Dieu clair.

Pas assez. Au lieu de cela, après cherchant frénétiquement pendant trois jours, les parents de Jésus exigé Il retourne en Galilée, à assumer l’entreprise de menuiserie familiale. Ils étaient une famille de charpentiers, pas prêtres. Ses dons dans les Ecritures ne les convaincre du contraire, ni ses protestations qu’il devait être aux affaires de son père les convaincre de changer leur plan pour sa vie.

L’Écriture rapporte que «Jésus croissait en sagesse, en stature, et en grâce devant Dieu et les hommes» (Luc 2: 52NKJV). Dix-huit ans se sont écoulés avant que Jésus embrassé Israël comme leur Maître, Guérisseur, Rabbi et le Messie. Jésus a enduré des décennies d’expérience à toutes les tentations, toutes les épreuves connues de l’humanité qu’il pourrait être notre récompense, notre sécurité, notre consolation que nous faisons face à des essais aujourd’hui:

Par conséquent, en toutes choses, il a dû être rendu semblable à ses frères, afin qu’il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans les choses qui concernent Dieu, pour faire propitiation pour les péchés du peuple. Pour même dans ce qu’il a souffert, étant tenté, il est en mesure d’aider ceux qui sont tentés. (Hébreux 2: 17-18 LSG)

Aimez-vous assez Dieu pour le suivre, d’obéir à Sa voix si elle peut coûter chaque rêve qu’il ne rêve pas pour vous? Pouvez-vous continuer à suivre le Seigneur, même quand la route vous emmène à travers l’Egypte ou dans un atelier quand vous longtemps pour faire quelque chose de plus? Mary, Elizabeth, Zachariah, Joseph et Jésus chaque choisi de faire confiance au cœur de Dieu assez pour obéir.

L’histoire a été changée à jamais par leur oui au Tout-Puissant.

Prions: Seigneur, quand nous lisons de la grâce et de la bravoure de ces hommes et femmes, nos épreuves et nos retards semble petit effet. Merci que Tu nous aimes tant! Que ton amour submerger la douleur de ces douleurs temporaires. Pouvons-nous te louons pour qui tu es, Amour descendu, et accepter courageusement le coût de vous suivre. Par ta grâce, nous pouvons vous aimer tenacement que nous entendons et obéir à vos ordres. Saint-Esprit, briller votre lumière sur tous nos cœurs, que nous pouvons confesser notre résistance peur et vivre au lieu, par votre grâce et de puissance, dans un courage intrépide, pour ta gloire. Amen.

La lecture de cette semaine: Luc 1-15

Reading Semaine suivante: Luc 15-25

  1. Êtes-vous un fabricant de l’histoire? A quoi cela ressemble-t-il?
    Comment traitez-vous la déception avec Dieu?
  2. Croyez-vous que la souffrance fait partie de la marche avec Dieu? Comment gérez-vous cela dans votre relation avec votre Père aimant?
  3. Avez-vous eu l’espoir différé?
  4. Pouvez-vous trouver quelqu’un pour partager votre chagrin ou, comme Zachariah, vous traitez cela en silence?
  5. Les anges ont joué un rôle important dans ces histoires. Avez-vous une histoire qui inclut l’angélique ou des rêves ou des visites? Partagez-vous ces contes? Pourquoi ou pourquoi pas?

Love Came Down with Hearing

People brought to him a man who was deaf and could hardly talk, and they begged Jesus to place his hand on him. After he took him aside, away from the crowd, Jesus put his fingers into the man’s ears. Then he spit and touched the man’s tongue.  He looked up to heaven and with a deep sigh said to him, “Ephphatha!” (which means “Be opened!”).  At this, the man’s ears were opened, his tongue was loosened and he began to speak plainly. Jesus commanded them not to tell anyone. But the more he did so, the more they kept talking about it. People were overwhelmed with amazement. “He has done everything well,” they said. “He even makes the deaf hear and the mute speak.”Mark 7: 31 – 37

img_2293Mark introduces Jesus by the Sea of Galilee.  Jesus enters Capernaum like a mighty superhero, healing all who crowded into Peter’s house, defeating the demons and demonstrating unlimited power. Jesus, this miracle-bearing rabbi, walked intentional. Led by God His Father, Jesus the Messiah preached astounding news to desperate Jews everywhere: “The time has come,” he said. “The kingdom of God has come near. Repent and believe the good news!”(Mark 1:15).

Israel was in a terrible state. They had wax in their ears, the type that drips from candles lit in the hope of a God who might hear; His breath warms our face, even as we strike that first match of plea.  Blocked, stuck  in a faithtrap of religious thoughts and religious deeds, Israel’s leaders rejected Jesus the Christ as unqualified and misled, deaf to the cry of God’s heart, “This is My Beloved Son!” as they chose convention over revelation.

The desperate, the broken and the sick followed Jesus from city to city, shore to shore, eager to hear, desperate for a King who would deliver His promises. The Jews, who had endured God’s silence for over four hundred years, were shocked by a Rabbi who healed, forgave and delivered.  Active theology at its best, with Jesus, power talked.

This miracle making Teacher healed everyone, of everything.  He spoke in parables, carefully framing stories about the Kingdom of God. Jesus told of the farmer who spread seed on four types of ground: wayside, rocky, thorny and fertile and how crops grew in only one condition.  He taught about life in God through pictures, using farmland, seeds, vineyards, fig trees and business managers to connect His people back to the God with whom He was intimately connected.  With mercy,  Jesus patiently offered bread, fish and life to the thousands who would hear, a faithful Son to a faithless people.

sunsetAs Jesus spoke, healed and delivered, the multitude stood on the seashore, crowded the streets, packed out the synagogues and lingered in the wilderness to hear the One who delivered on His Promises. This Rabbi was not a puffed up politician, a religious judge or a circus act.  He was Love in motion and those who were willing, heard:

And when they had come out of the boat, at once knowing Him, they ran all around that neighborhood, and began to carry on cots those who were sick, wherever they heard He was. And wherever He entered, into villages or cities or country, they laid the sick in the streets and begged Him if only they might touch but the fringe of His garment. And as many as touched Him were made whole.(Mark 6:51-53)

Love came down, putting aside the fullness of God in a forever human embrace, a long eternal hug even as His own relatives stood outside, unable to receive to hear His truth.

As we witness this radical teacher crucified, dying for speaking the truth, for declaring He was the One Messiah, the Son of the Blessed (Mark 14:61), we see how the religious deaf condemned Him for His audacity.  The crowds He had healed still cried “Crucify Him.”  Jesus, like a lamb led to slaughter, stayed silent.

Apostle Paul declared in Philippians 2:6-8 “(He) made Himself of no reputation, taking the form of a bond servant, and coming in the likeness of men.  And being found in appearance as a man, He humbled Himself and became obedient even to the point of death, even the death on the cross.”

When I read Mark, I wonder what blocks my hearing, what afflicts my understanding, what chokes my faith.  I feel like I too, am the deaf man, and cry out to my God, “help me to truly hear!” I confess my deafness to the One who healed all, knowing with certainty He hears my cry. I need to hear my God, for Jesus urged us:

If any man has ears to hear, let him hear.And He said to them, Take heed what you hear. With that measure which you measure, it shall be measured to you. And to you who hear, more shall be given. For he who has, more shall be given to him; and he who has not, from him shall be taken even that which he has.(Mark 4:23-24)

Love Comes Down with Hearing.  Jesus Christ is the same today, yesterday and forever (Hebrews 13:8).  Christ opens ears and hearts and understanding to those willing to acknowledge their deafness, just as He did when He walked the land of Israel.  O my God, open our hearts to Your voice this day.

I pray that our King will open our ears and loosen our tongues!  I pray that each of us will follow the Christ from sea to shore to wilderness until our hearts hear You once more!

Let’s pray:  Lord Jesus, we come to You and cry out, loosen ours ears and tongues!  We must hear You! Take us aside, away from the crowds, and touch us, O Lord.  Merciful Messiah, heal us from our deafness, our hardness of our heart, that we may be free to learn and testify of Your Greatness. How we love You, Son of the Blessed.  Thank You for this long embrace You offered us all: forgiveness, healing, adoption, eternity for all who would hear.  Shock us by  Your power today, we pray in Your Name, Almighty Jesus. Amen.

This Week’s Reading:  Mark 1 -16

Next Week’s Reading:  Luke 1-15

Study Questions:

  1.  What is blocking your hearing?  Do you know?
  2. What stops you from pursuing Jesus each day?
  3. What pulls you close to God?
  4. Do you believe God wants you to hear His voice?  What does that mean for you?
  5. What does your love walk look like?  Does your actions speak louder than words?

Francais ici!

Les gens lui amena un homme qui était sourd et pourrait à peine parler, et ils suppliaient Jésus de placer sa main sur lui. Après il le prit à part, loin de la foule, Jésus met ses doigts dans les oreilles de l’homme. Puis il cracha et toucha la langue de l’homme. Il leva les yeux au ciel et avec un profond soupir lui dit: «Effata!” (Qui signifie “être ouvert!»). A cela, les oreilles de l’homme ont été ouverts, sa langue se délia, et il a commencé à parler franchement. Jésus leur avait ordonné de ne pas le dire à personne. Mais plus il l’a fait, plus ils ont gardé d’en parler. Les gens étaient submergés par l’étonnement. “Il a bien fait tout,” ils ont dit. «Il fait entendre les sourds et parler les muets.” Marc 7: 31-37

img_2307Mark introduit Jésus par la mer de Galilée. Jésus entre Capharnaüm comme un super héros puissant, guérissant tous ceux qui se pressaient dans la maison de Pierre, en battant les démons et la démonstration de puissance illimitée. Jésus, ce rabbin miracle portant, marchait intentionnel. Dirigée par Dieu son Père, Jésus le Messie prêchait nouvelles étonnante aux Juifs désespérés partout: «Le temps est venu,” dit-il. «Le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous et croyez à la bonne nouvelles! »(Marc 1:15).

Israël était dans un état terrible. Ils avaient de la cire dans les oreilles, le type qui coule des bougies allumées dans l’espoir d’un Dieu qui pourrait entendre; quand son souffle réchauffe notre visage, alors même que nous frappons ce premier match de plaidoyer. Bloqué, coincé dans une foi de pensées religieuses et les actes religieux, les dirigeants d’Israël ont rejeté Jésus-Christ comme sans réserve et induits en erreur, sourd au cri du cœur de Dieu, «Ceci est mon Fils bien-aimé!” comme ils ont choisi la convention sur la révélation.

Le désespéré, le cassé et les malades ont suivi Jésus de ville en ville, rive à, désireux d’entendre, désespérée d’un roi qui délivrerait ses promesses. Les Juifs, qui avaient enduré le silence de Dieu pendant plus de quatre cents ans, ont été choqués par un rabbin qui a guéri, pardonné et délivré. théologie active à son meilleur, pour Jésus, la puissance a parlé.

Ce professeur de miracle faisant guéri tout le monde, de tout. Il parlait en paraboles, encadrant soigneusement histoires au sujet du Royaume de Dieu. Jésus a dit de l’agriculteur qui répandent des semences sur quatre types de terrain: Wayside, rocheux, épineux et fertiles et comment les cultures ont augmenté dans une seule condition. Il a enseigné sur la vie avec Dieu à travers des images, en utilisant les terres agricoles, des semences, des vignes, des figuiers et des chefs d’entreprise de se connecter à son peuple vers le Dieu avec qui il était intimement lié. Avec la miséricorde, Jésus patiemment offert du pain, du poisson et de la vie à des milliers qui entendent, un fils fidèle à un peuple infidèle.

Comme Jésus parlait, guéri et livré, la foule se tenait sur le bord de mer, bondé les rues, emballé les synagogues et resta dans le désert pour entendre celui qui a livré ses promesses. Ce rabbin était pas un politicien bouffi, un juge religieux ou un acte de cirque. Il était l’Amour en mouvement et ceux qui étaient prêts, entendu.

L’amour est descendu, en mettant de côté la plénitude de Dieu dans une étreinte toujours humaine, une longue étreinte éternelle même que ses propres parents étaient dehors, incapables de recevoir pour entendre sa vérité.

Rain ComingComme nous sommes témoins de ce professeur radical crucifié, mourir pour dire la vérité, pour déclarer qu’il était celui Messie, le Fils du Dieu béni (Marc 14:61), nous voyons comment les sourds religieux lui condamné pour son audace. La foule Il avait guéri encore pleuré “Crucifie.” Jésus, comme un agneau conduit à l’abattoir, est resté silencieux.

Apôtre Paul a déclaré dans Philippiens 2: 6-8 “(Il) se faisait aucune réputation, prenant la forme d’un serviteur d’obligations, et à venir à la ressemblance des hommes. Et ayant paru comme un homme, lui-même humilié et est devenu obéissant jusqu’à la pointe de la mort, même jusqu’à la mort sur la croix. ”

Quand je lis Mark, je me demande ce qui bloque mon audition, ce qui afflige ma compréhension, ce qui étouffe ma foi. Je sens que je suis aussi le sourd, et crie à mon Dieu, “aidez-moi à entendre vraiment!” Je vous avoue ma surdité à Celui qui guérit tous, sachant avec certitude Il entend mon cri.

Jésus-Christ est le même aujourd’hui, hier et pour toujours (Hébreux 13: 8). Christ ouvre les oreilles et le cœur et la compréhension de ceux qui sont prêts à reconnaître leur surdité, comme il l’a fait quand il marchait sur la terre d’Israël. O mon Dieu, ouvrir nos cœurs à Ta voix ce jour-là.

Je prie pour que notre Roi ouvrira nos oreilles et délie nos langues! Je prie pour que chacun de nous suivre le Christ de la mer sur le rivage à désert jusqu’à ce que nos cœurs Vous entendez une fois de plus!

Prions: Seigneur Jésus, nous venons à vous et crier, desserrez les oreilles et les langues les nôtres! Nous devons vous entendre! Prenez-nous de côté, loin de la foule, et de toucher nous, ô Seigneur. Miséricordieux Messie, nous guérir de notre surdité, notre dureté de notre cœur, que nous pouvons être libres d’apprendre et de témoigner de votre grandeur. Comment nous aimons vous, Fils du Dieu béni. Merci pour cette longue étreinte Vous nous avez offert tous: pardon, la guérison, l’adoption, l’éternité pour tous ceux qui entendraient. nous choquer par l’immédiateté de votre pouvoir aujourd’hui, nous prions Votre nom, Jésus Tout-Puissant. Amen.

La lecture de cette semaine: Mark 1 -16

La lecture de la Semaine suivante: Luc 1-15

Questions d’étude:

Qu’est-ce qui bloque votre audience? Savez-vous?
Qu’est-ce que vous empêche de poursuivre Jésus chaque jour?
Qu’est-ce que vous tire près de Dieu?
Croyez-vous que Dieu veut que vous entendez Sa voix? Qu’est-ce que cela signifie pour vous?
Qu’est-ce que votre amour marche ressemble? Est-ce que vos actions parlent plus fort que les mots?

Love Came Down with the Vineyard/L’amour est descendu dans le vignoble

For the kingdom of heaven is like the owner of an estate who went out in the morning at dawn to hire workmen for his vineyard. When he had agreed with the laborers for a denarius for the day, he sent them into his vineyard. And he went out about the third hour (9:00 a.m.) and saw others standing idle in the market place;  and he said to them, ‘You also go into the vineyard, and I will pay you whatever is right (an appropriate wage).’ And they went. He went out about the sixth hour (noon) and the ninth hour (3:00 p.m.), and did the same thing. And about the eleventh hour (5:00 p.m.) he went out and found others standing around, and he said to them, ‘Why have you been standing here idle all day?’ They answered him, ‘Because no one hired us.’ He told them, ‘You go into the vineyard also.’ (Matthew 20: 1-7)

2013-05-16 16.35.48If you have ever worked a hard job with someone who didn’t pull their load, this story will probably make you groan.

Like an arrow splitting William Tell’s apple on his son’s head, this story strikes hard at the core, splitting straight-square between our call to serve the Lord and our rights/demands/longings to be fairly rewarded.  Christ confronts the plaintive cry, “what about me?”, with the messy mercy of God, as Jesus teaches kingdom economy through this parable, that God can bless whomever and however He chooses. We are not authorized to judge His mercy.

The first part of the parable is the invitation. (Glory to God, we have been invited to participate in the harvest of the Lord’s vineyard!)  Yet those who were hired early in the day (the Jews?)  were outraged when the owner of the vineyard paid those who were hired at the end of the day the same wage (the Gentiles..you, me, those after us?).

When evening came, the owner of the vineyard said to his manager, ‘Call the workers and pay them their wages, beginning with the last [to be hired] and ending with the first [to be hired].’ Those who had been hired at the eleventh hour (5:00 p.m.) came and received a denarius each [a day’s wage]. Now when the first [to be hired] came, they thought they would get more; but each of them also received a denarius.  When they received it, they protested and grumbled at the owner of the estate, saying, ‘These men who came last worked [only]one hour, and yet you have made them equal [in wages] to us who have carried [most of] the burden and [worked in] the scorching heat of the day.’(Matthew 20: 8-12)

Now for anyone who has ever worked, from McDonalds to Bay Street, from oil rigs to farmyards, you know how wage equity can make or break the morale of the team.  If Joe is paid more than Frank for the same work, resentment will spill out, loudly. The cry of “That’s not fair” has been echoed in union halls and lunch rooms more than once.

Is it fair that the owner of the vineyard paid everyone the same wage when everyone didn’t do the same amount of work? Faced with their response, the owner replied:

But the owner of the estate replied to one of them, ‘Friend, I am doing you no injustice. Did you not agree with me for a denarius? Take what belongs to you and go, but I choose to give to this last man [hired]the same as I give to you.  Am I not lawfully permitted to do what I choose with what is mine? Or is your eye envious because I am generous?’  So those who are last shall be first, and those who are first, last.”(Matthew 20: 13-16)

Like a lumberjack wielding the axe of reality, Jesus swings, blow by blow, at our hidden entitlement, as He showcases His Father’s generous heart of mercy through this parable.

From this parable of the vineyard, we can glean important understanding about kingdom economics:

  1. God likes to bless us and His mercy is often unfair, over the top, beautiful and unexpected, like when He paid the workers who came late in the day the same as if they had worked all day.  We all know the  joy of time and a half wages, don’t we? How about being forgiven?  Can any of us ever work to earn that wage?
  2. God does not have to explain or defend His choices to bless. When we look at other’s blessings and resent or get jealous, we open the door to envy, which is a huge problem of the heart.  Envy says to God:  You aren’t good.  You blew it.  You should have given me more.  Gratitude says to God:  Everything I have is yours.  Thank you for the secure love You pour out upon me.  I trust Your big beautiful hands of generosity, God. Thanks.
  3. All of us who work in His vineyard are rewarded. Christ was facing His death as He told this parable, so that you and I could be invited to come alongside the Father in the work of the kingdom.  Our reward is God Himself, which gets missed in the clamor of “what about me” or “that’s not fair”.  If we focus on the joy of the Father, how He rewards is far surpassed by the delight of being part of His team.
  4. We don’t work hourly for the King. Christ’s blood was shed for this privilège of being invited to the work of the Kingdom.  The wages of death is sin but the gift of God is eternal life through Christ. Kingdom economy is not based on effort or sweat equity but on grace.
  5. God’s blessing has little to do with our work hours, how much we sacrifice, how long we endure and much more to do with His heart of kindness. The Jews then and Christians today are often caught up in a works mentality, that “if I do this, then God will do that”.  The problem with the ever sliding works scale is that it is hard wired with arrogance and we end up constantly disappointed in God or ourselves.
  6. We have all been overpaid, times a billion, by the generous love of God through Christ. Even if we poured out our lives to our last breath, nothing could merit the blood of Christ shed for our salvation.  A legalistic works mentality is a racket of demands and expectations that negates the truth of our own sin.  A works mentality creates a proud heart that judges Almighty God.
  7. Our resentment of others slams poisons our relationship with God.  Just as the owner told the worker, “Take your wages and go.”, so the Father can’t tolerate our wicked heart of jealousy, as we look at other’s wages, or ministry profile or friends or houses or cars and judge God for not giving us the same.  Entitlement, resentment, jealousy…these sins shut down our heart to God’s goodness and keep us outside of relationship with God.  It’s time repent for demanding wages owed and instead, trust God with His generousity and His choice to reward when and whom He chooses.
  8. God has offered us the joy of sonship, to be called His very own darling kids.  When we step into the truth of our beloved relationship with God,the over the top generous Father, the security of His love will wash away this worldy fear of being missed, not rewarded or passed by. We can break the internal scale, quit demanding wages owed as we trust God and rest in the truth of our status as His beloved kids.

2013-05-16 16.37.55Let’s Pray:  O Father, too many times we have raised our fist and cried, “what about us?”.  Forgive our angry resentful hearts, forgive our jealousy and envy of others, forgive us Father, for judging You and Your choices to bless.  Lord Jesus, thank You that Your blood brought us into the vineyard to work with the Father.  Holy Spirit, search our hearts today and bring us into all truth  through this story.  We love you Father.  Thank you for Your great big beautiful heart of love for us all.  Amen.

This Week’s Reading:  Matthew 15 -28

Next Week’s Reading:  Mark 1-10

Study Questions:

  1. How do you feel when someone gets more than you?
  2. Do you see God’s justice?
  3. Do you feel like God is fair?
  4. Have you experienced God’s unexpected mercy?
  5. Have you given unexpected mercy to another?

Francais Ici!

Car le royaume des cieux est comme le propriétaire d’un domaine qui est sorti le matin à l’aube d’embaucher des ouvriers pour sa vigne. Quand il avait convenu avec les ouvriers pour un denier pour la journée, il les envoya à sa vigne. Et il sortit vers la troisième heure (9h00) et vit d’autres qui ralenti à la place du marché; et il leur dit: Allez aussi à ma vigne, et je vous payez tout ce qui est à droite (un salaire approprié). »Et ils sont allés. Il sortit vers la sixième heure (midi) et la neuvième heure (15h00), et fait la même chose. Et vers la onzième heure (17h00), il sortit et trouva d’autres autour, et il leur dit: «Pourquoi vous tenez-vous ici toute la journée de repos?» Ils lui répondirent: «Parce que personne ne nous a embauchés. ‘ Il leur a dit: «Vous allez dans la vigne aussi.» (Matthieu 20: 1-7)

Si vous avez déjà travaillé un travail difficile avec quelqu’un qui n’a pas tirer leur charge, cette histoire fait probablement vous gémissez.

2013-05-16 16.35.34Comme une flèche division William Tell pomme sur la tête de son fils, cette histoire frappe fort au cœur, division droite-carré entre notre appel à servir le Seigneur et nos droits / demandes / nostalgies d’être justement récompensée. Christ confronte le cri plaintif, avec la miséricorde de Dieu en désordre, avec cette histoire qui enseigne l’économie de royaume “moi?”: Dieu peut bénir et quiconque mais il choisit et nous ne sommes pas autorisés à juger sa miséricorde.

La première partie de la parabole est l’invitation. Gloire à Dieu, nous avons été invités à participer à la récolte de la vigne du Seigneur. Pourtant, ceux qui ont été embauchés tôt dans la journée (les Juifs?) Ont été scandalisés lorsque le propriétaire de la vigne a payé ceux qui ont été embauchés à la fin de la journée le même salaire (le Gentiles..you, moi, ceux qui après nous?) .

Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant: Appelle les ouvriers et les payer leur salaire, en commençant par le dernier [pour être embauché] et se terminant avec le premier [pour être embauché]. Ceux qui avaient été embauchés à la onzième heure (17h00) est venu et a reçu un denier chacun [de salaire une journée]. Maintenant, lorsque le premier [à être embauché] est venu, ils pensaient obtenir plus; mais chacun d’eux a également reçu un denier. Quand ils l’ont reçu, ils ont protesté et murmuraient au propriétaire du domaine, en disant: «Ces hommes qui sont venus dernière travaillaient [seulement] une heure, et pourtant vous avez faits égaux [des salaires] pour nous qui ont porté [la plupart des ] le fardeau et [travaillé dans] la chaleur torride du jour »(Matthieu 20: 8-12).

Maintenant, quiconque a déjà travaillé, de McDonalds à Bay Street, de plates-formes pétrolières à fermes, sait comment l’équité salariale peut faire ou défaire le moral de l’équipe. Si Joe est payé plus que Frank pour le même travail, le ressentiment va déborder. Le cri de «C’est pas juste” a été repris dans les salles syndicales et les salles à manger plus d’une fois.

Est-il juste que le propriétaire de la vigne a payé tout le monde le même salaire quand tout le monde n’a pas fait la même quantité de travail? Face à leur réponse, le propriétaire a répondu:

Mais le propriétaire de la succession a répondu à l’un d’eux, «ami, je ne te fais pas d’injustice. Avez-vous pas d’accord avec moi pour un denier? Prenez ce qui vous appartient et aller, mais je choisis de donner à ce dernier l’homme [embauché] la même chose que je vous donne. Suis-je pas légalement permis de faire ce que je choisis avec ce qui est à moi? ?. Ou est votre oeil envieux parce que je suis généreux »Ainsi, ceux qui sont les derniers seront les premiers, et ceux qui sont en premier lieu, la dernière” (Matthieu 20: 13-16)

Comme un bûcheron brandissant la hache de la réalité, Jésus a balancé, coup par coup, à notre droit caché, comme il l’a présenté cœur généreux de son Père de miséricorde par cette parabole. De cette parabole, nous pouvons glaner la compréhension importante:

Dieu aime nous bénir et Sa miséricorde est souvent injuste, sur le dessus, belle et inattendue, comme quand il a payé les travailleurs qui sont venus en fin de journée le même que si elles avaient travaillé toute la journée. Nous savons tous la joie du temps et un salaire et demi, ne pas nous? Que diriez-vous être pardonné? Qui de nous jamais travailler pour gagner ce salaire?

Dieu n’a pas à expliquer ou défendre ses choix pour bénir. Quand on regarde les bénédictions des autres et déplorons ou jaloux, nous ouvrons la porte à envier, qui est un énorme problème. Envy dit à Dieu: Vous n’êtes pas bon. Vous êtes grillés. Vous auriez dû me donner plus. Gratitude dit à Dieu: Tout ce que j’ai est le vôtre. Nous vous remercions de l’amour sécurisé Vous versez sur moi. Je fais confiance Vos grandes belles mains de générosité, Dieu. Merci.

Chacun d’entre nous qui travaillent dans sa vigne sont récompensés. Christ faisait face à sa mort comme il dit cette parabole, afin que vous et moi puissions être invités à venir aux côtés du Père dans l’œuvre du royaume. Notre récompense est Dieu, qui obtient manqué dans la clameur de «ce sur moi” ou “qui est pas juste”. Si nous nous concentrons sur la joie du Père, comment il récompense est dépassé par le plus grand plaisir de faire partie de son équipe.

Nous ne travaillons pas toutes les heures pour le roi. le sang du Christ a été versé pour ce privilège d’être invité à l’œuvre du Royaume. Le salaire de la mort est le péché par le don de Dieu est la vie éternelle par le Christ. Uni économie ne repose pas sur l’effort ou l’équité de sueur, mais sur la grâce.

La bénédiction de Dieu n’a rien à voir avec nos heures de travail, combien nous sacrifions, combien de temps nous endurons et beaucoup plus à voir avec son coeur de la bonté. Les Juifs et les Chrétiens d’aujourd’hui sont souvent pris dans une mentalité d’entreprise, que «si je fais cela, alors Dieu le fera”. Le problème avec l’échelle des œuvres jamais glissement est qu’il est difficile câblé avec arrogance et nous nous retrouvons constamment déçu par Dieu ou nous-mêmes.

Nous avons tous été payé en trop, un milliard de fois, par l’amour généreux de Dieu par le Christ. Même si nous avons versé nos vies à notre dernier souffle, rien ne pouvait mériter le sang du Christ versé pour notre salut. Une des œuvres mentalité légaliste est une raquette de demandes et les attentes que travailleur au salaire horaire de Dieu qui nie la vérité de notre péché et crée un cœur orgueilleux qui juge constamment Dieu.

Notre ressentiment des autres slams empoisonne notre relation avec Dieu. Tout comme le propriétaire a dit le travailleur, «Prenez votre salaire et aller.”, De sorte que le Père ne peut pas tolérer notre cœur méchant de la jalousie, comme nous regardons les salaires de autres, ou le profil du ministère ou des amis ou des maisons ou des voitures et Dieu juge pour ne nous donne pas la même chose. Droit, le ressentiment, la jalousie … ces péchés arrêté notre cœur à la bonté de Dieu et nous garder en dehors de la relation avec Dieu. Il est temps de se repentir pour exiger des salaires dus et à la place, faire confiance à Dieu avec Son choix pour récompenser quand et comme il le veut.

Dieu nous a offert la joie de la filiation, à être appelé ses propres enfants chéris. Lorsque nous entrons dans la vérité de notre relation avec Dieu bien-aimé, le plus haut du Père généreux, la sécurité de son amour se laver cette peur d’être manquée, non récompensé ou passé. Nous pouvons briser l’échelle interne, quittez exigeant des salaires dus que nous faisons confiance à Dieu et reste dans la vérité de notre statut en tant que ses enfants bien-aimés.Fall Field

Prions: O Père, trop de fois nous avons soulevées notre poing et cria: «Qu’en est-il de nous?”. Pardonne nos cœurs pleins de ressentiment en colère, pardonnez notre jalousie et l’envie des autres, pardonne-nous le Père, pour juger vous et vos choix de bénir. Seigneur Jésus, je vous remercie que votre sang nous a apporté dans la vigne pour travailler avec le Père. Saint-Esprit, chercher nos cœurs aujourd’hui et nous amener dans toute la vérité à travers cette histoire. Nous vous aimons Père. Nous vous remercions de votre grand grand beau coeur de l’amour pour nous tous. Amen.

La lecture de cette semaine: Matthieu 15 -28

Reading Semaine suivante: Mark 1-10

Questions d’étude:

Comment vous sentez-vous quand quelqu’un obtient plus que vous?
Voyez-vous la justice de Dieu?
Vous sentez-vous comme Dieu est juste?
Avez-vous éprouvé la miséricorde inattendue de Dieu?
Avez-vous donné la miséricorde inattendue à un autre?

 

Love Came Down to the Multitudes/L’Amour a descendue aux multitudes

crowd-top-sliderWhen you read the gospel of Matthew, you may discover that “multitudes” is a familiar phrase. Forty times familiar.

In ancient days, repetition was like a highlighter tool, used by scribes similar to the use of capitals or bold in texts today. If a phrase is repeated three times, like “ the kingdom of God is like” or “blessed are” or verily I tell you”, the author is trying to get our attention. What must be caught and taught from a phrase used in almost every chapter of Matthew’s gospel?

From chapter five to twenty-seven Matthew repeats how Jesus ministered to the multitudes. Rarely alone, except at night to pray, Jesus was surrounded by needy desperate crowds who reached hard for the Christ. Undoubtedly, Jesus loved the multitudes. He healed every one of their sicknesses and poured out to all:

And when the men of that place recognized Him, they sent out into all that surrounding region, brought to Him all who were sick, and begged Him that they might only touch the hem of His garment. And as many as touched it were made perfectly well.( Matthew 14:36)

The best Teacher, Jesus taught the crowds hard truths, from the high bar raised with the Sermon on the Mount, to explaining the Kingdom of God in parable upon parable, to warning of the end times to his closest friends. Jesus spoke with real time stories, which pushed hard against the religious as the Messiah confronted the hypocrisy of the legalistic leaders without flinching from their outrage.

mass-1355493_640Compassion undergirded Christ’s response as He served the messy and inconvenient multitudes, as relentless and demanding, they reached for more, desperate to slake their thirst for God, and Jesus the Christ often forsook sleep, food, even a home to dwell in, that He might reach the countless people who needed the Messiah to come.

When His cousin John was beheaded, Jesus grieved deep. Instead of finding a place to seek His Father:

When Jesus heard it, He departed from there by boat to a deserted place by Himself. But when the multitudes heard it, they followed Him on foot from the cities. And when Jesus went out He saw a great multitude; and He was moved with compassion for them, and healed their sick.

When it was evening, His disciples came to Him, saying, “This is a deserted place, and the hour is already late. Send the multitudes away, that they may go into the villages and buy themselves food.” But Jesus said to them, “They do not need to go away. You give them something to eat.”…

Then He commanded the multitudes to sit down on the grass. And He took the five loaves and the two fish, and looking up to heaven, He blessed and broke and gave the loaves to the disciples; and the disciples gave to the multitudes. So they all ate and were filled, and they took up twelve baskets full of the fragments that remained…And when He had sent the multitudes away, He went up on the mountain by Himself to pray. (Matthew 14)

Though his disciples desperately hoped that ministry was wrapping up for the evening, Jesus saw the multitude and met their needs. Though many, each mattered, and His posture of stopping for the one, attending to the overlooked inspires me and provokes a response.

Not ambitious, Jesus did not find His significance in the numbers who followed Him. When his house was overcrowded with people and the whole town witnesses healing after healing, Jesus didn’t leverage the chatter. He left. (See Mark 1:33-38) Not seeking fame, luxury, status or power, Jesus sought out ordinary individuals, a tax collector, a woman at the well, a grieving mother, a blind man. Jesus loved people intently even as He ministered to massive crowds.

Long before the internet, Jesus was big news, and this Healer’s 100% accuracy was surely reported along trade routes, in the cities and the countryside. For three solid years, crowds followed Jesus everywhere. They chased Him around the Sea of Galilee. They followed Him deep into the wilderness (Matthew 15). They paraded Him into the capital ( Matthew 21). The multitudes clung to Jesus and Jesus never let them down.

cross.jpgThe came the day Jesus hung between heaven and earth on a cruel lonely cross.No multitudes pressed in sorrow at the bottom of His cross. Only a handful of women and a few stunned friends endured the heartache of His brutal death as He alone faced the furor of Herod, the apathy of Pilate, the hatred of the Sanhedrin, the brutality of Rome’s seasoned soldiers.

Christ’s burial was far from public. Denied a traditional mourning period, in the cover of evening, Joseph of Arimetha and Nicodemus shouldered his battered corpse to lay the King in a fresh tomb nearby. Only the women who had ministered to Him marked where Christ was placed, as sundown forced the faithful home to celebrate Passover. The multitudes were as silent the tomb where He lay.

To His death, Jesus loved the multitude. From children to parents, from tax collectors to lepers to fishermen, Jesus loved all. And He hasn’t changed.

Three days after the crucifixion, Jesus rose from the dead. Jesus appeared to His disciples and said,

All authority has been given to Me in heaven and on earth. Go, therefore and make disciples of all the nations, baptizing them in the name of the Father and of the Son and of the Holy Spirit, teaching them to observe all things that I have commanded you, and lo, I am with you always, even to the end of the age.”(Matthew 28:18-20)

Christ’s last words to His disciples were for the multitudes.We are the joy set before Him while He bled and agonized on a bloody cross, alone. (Hebrews 12:2). Jesus paid dearly for the multitudes to come and know Him and be His disciples.

I pray that each of us catch the passion Christ has for the multitudes and love as He loves for the sake of His glory.

sunsetLet’s pray:  Lord Jesus, I admit the multitudes are a tough one for me. I feel stressed by crowds, overwhelmed by the needs and I often worry that things will go wrong in big settings. Please change me to love as You love, to live full of compassion, to serve as You served. Holy Spirit of God, would You teach us more about the multitudes? Father God, thank You that You love a big family, that Your plan always included large massive gatherings, as seen in the heavenly settings in Revelation. As Canada prepares for the wave of Love which will revive all our hearts, would you prepare us to minister to the multitudes? Selfless Servant, Christ of Nations, we love You and thank You for every second You walked earth. May Your inheritance be larger than each of us can dream. Help us Lord Jesus. In Your Name we pray. Amen.

Reading This Week:  Matthew  15- 28

Reading Next Week: Mark 1-10

Study Questions:

  1. How do you function with crowds?
  2. How does the supply and demand model impact your choices for ministry?
  3. How did Jesus show His love for the multitudes?  For the one?  Where do you fit in?
  4. How often does comfort dictate your ministry choices?
  5. How does being led by the Spirit protect you in ministry with the multitudes?

Si vous avez lu l’évangile de Matthieu, vous découvrirez peut-être que «multitudes» est une expression familière. Quarante fois familier.

Dans les temps anciens, la répétition était comme un outil surligneur, utilisé par les scribes similaires à l’usage des majuscules ou en gras dans les textes aujourd’hui. Si une phrase est répétée trois fois, comme “le royaume de Dieu est comme» ou «béni sont» ou en vérité, je vous le dis “, l’auteur tente d’attirer notre attention. Que faut-il attrapé et a enseigné à partir d’une expression utilisée dans presque tous les chapitres de l’évangile de Matthieu?

À partir du chapitre 5-27 Matthieu répète comment Jésus ministère auprès des multitudes. Rarement seul, sauf la nuit pour prier, Jésus était entouré par des foules désespérées nécessiteux qui ont atteint dur pour le Christ. Sans doute, Jésus aimait les multitudes. Il a guéri chacun de leurs maladies et versé à tous:

Et quand les gens du lieu le reconnurent, ils ont envoyé dans toute cette région environnante, lui amena tous les malades, et le pria de leur permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. Et autant que touché il était fait parfaitement. (Matthieu 14:36)

mass-1355493_640Le meilleur Maître, Jésus a enseigné les foules dures vérités, de la haute barre soulevée avec le Sermon sur la montagne, pour expliquer le Royaume de Dieu dans la parabole sur parabole, à l’alerte de la fin des temps à ses amis les plus proches. Jésus a parlé avec des histoires en temps réel, ce qui a poussé dur contre le religieux comme le Messie confronté l’hypocrisie des leaders légalistes sans broncher de leur indignation.

Compassion sous-tendue la réponse du Christ comme Il a servi les multitudes malpropres et incommodes, aussi implacable et exigeant, ils ont atteint pour plus, désespérée pour étancher leur soif de Dieu, et Jésus le Christ souvent abandonné le sommeil, la nourriture, même une maison pour y habiter, qu’il pourrait atteindre les innombrables personnes qui avaient besoin du Messie à venir.

Lorsque Son cousin John a été décapité, Jésus affligé profonde. Au lieu de trouver un endroit pour chercher son Père:

Quand Jésus entendit, il partit de là par bateau dans un lieu désert par lui-même. Mais quand les multitudes entendu, ils le suivirent à pied des villes. Et quand Jésus sortit Il vit une grande foule; et il fut ému de compassion pour eux, et guérit les malades.

Le soir venu, ses disciples vinrent à lui, disant: «Ce lieu est désert, et l’heure est déjà tard. Envoyez les foule, afin qu’ils aillent dans les villages et s’acheter de la nourriture.” Mais Jésus leur dit: «Ils ne doivent pas aller. Vous leur donnez quelque chose à manger.” …

Puis il ordonna à la foule de s’asseoir sur l’herbe. Il prit les cinq pains et les deux poissons, et levant les yeux au ciel, il bénit et rompit et donna les pains aux disciples; et les disciples ont donné à la foule. Ils mangèrent tous et furent rassasiés, et on emporta douze paniers pleins des morceaux qui restaient … Et quand il eut renvoyé les foules, il monta sur la montagne pour prier. (Matthieu 14)

Bien que ses disciples désespérément espéré que le ministère enveloppait pour le soir, Jésus a vu la multitude et répondait à leurs besoins. Bien que beaucoup, chacun importait, et sa posture d’arrêt pour l’un, assister à la vis me inspire et provoque une réponse.

crowd-top-sliderNon ambitieux, Jésus n’a pas trouvé sa signification dans les chiffres qui le suivaient. Quand sa maison était bondée avec les gens et l’ensemble des témoins de la ville de guérison après la guérison, Jésus n’a pas tirer parti du bavardage. Il est parti. (Voir Marc 1: 33-38) Ne pas chercher la gloire, le luxe, le statut ou le pouvoir, Jésus a cherché des individus ordinaires, un collecteur d’impôts, une femme au puits, une mère en deuil, un homme aveugle. Jésus aimait les gens intensément comme lui-même son ministère à des foules massives.

Bien avant Internet, Jésus était de grandes nouvelles, et 100% l’exactitude de cette Healer a sûrement été signalé le long des routes commerciales, dans les villes et les campagnes. Pendant trois ans, solides, les foules suivaient Jésus partout. Ils l’ont chassé autour de la mer de Galilée. Ils ont suivi Lui profondément dans le désert (Matthieu 15). Ils lui ont défilé dans la capitale (Matthieu 21). Les multitudes se cramponnaient à Jésus et Jésus ne les laissera pas tomber.

Le vint le jour où Jésus accroché entre ciel et terre sur une cruelle multitudes de cross.No solitaires pressées dans la douleur au bas de sa croix. Seule une poignée de femmes et quelques amis étourdis enduré le chagrin de sa mort brutale que Lui seul face à la fureur d’Hérode, l’apathie de Pilate, la haine du Sanhédrin, la brutalité des soldats aguerris de Rome.

L’enterrement du Christ était loin d’être public. Refusé une période de deuil traditionnelle, dans la couverture du soir, Joseph d’Arimetha et Nicodemus épaulé son cadavre meurtri de mettre le roi dans une nouvelle tombe à proximité. Seules les femmes qui avaient marqué le servaient où le Christ a été placé, comme le coucher du soleil forcé la maison fidèles pour célébrer la Pâque. Les multitudes étaient aussi silencieux du tombeau où il se trouvait.

crossPour Sa mort, Jésus aimait la multitude. Des enfants aux parents, des collecteurs d’impôts aux lépreux aux pêcheurs, Jésus aimait tous. Et il n’a pas changé.
Trois jours après la crucifixion, Jésus est ressuscité d’entre les morts. Jésus est apparu à ses disciples et dit:

Tout pouvoir a été donné à moi dans le ciel et sur la terre. Allez donc et faites des disciples de toutes les nations, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai commandé, et voici, je suis avec vous pour toujours, même à la fin de l’âge “(Matthieu 28: 18-20).
dernières paroles du Christ à ses disciples étaient pour la multitudes.We sont la joie devant lui pendant qu’il saignait et agonisé sur une croix sanglante, seul. (Hébreux 12: 2). Jésus a payé cher pour les multitudes de venir le connaître et être ses disciples.

Je prie pour que chacun de nous attraper la passion du Christ pour les multitudes et l’amour comme il aime à cause de sa gloire.

Prions: Seigneur Jésus, je le reconnais les multitudes sont une question difficile pour moi. Je me sens stressé par la foule, submergé par les besoins et je crains souvent que les choses vont aller mal dans les grands paramètres. S’il vous plaît changer moi à aimer comme tu aimes, à vivre plein de compassion, pour servir Vous avez servi. Saint-Esprit de Dieu, pourriez-vous nous en apprendre plus sur les multitudes? Dieu le Père, merci de vous que vous aimez une grande famille, que votre plan toujours inclus les grands rassemblements massifs, comme on le voit dans les paramètres célestes dans l’Apocalypse. Alors que le Canada se prépare à la vague d’amour qui fera revivre tous nos cœurs, pourriez-vous nous préparer à ministre à la foule? Servant Selfless, le Christ des Nations, nous aimons vous et je vous remercie pour chaque seconde Vous marchiez terre. Que ton héritage être plus grand que chacun de nous peut rêver. Aidez-nous Seigneur Jésus. Votre nom nous prions. Amen.

2014-09-11-17-44-32Lire cette semaine: Matthew 15- 28

Semaine de lecture suivante: Mark 1-10

Questions d’étude:

Comment fonctionnez-vous avec des foules?
Comment l’offre et de modèle de demande affectent vos choix pour le ministère?
Comment Jésus at-il montré son amour pour les multitudes? Pour celui-là? Où vous situez-vous dans?
Combien de fois le confort dicter vos choix ministériels?
Comment le fait d’être conduit par l’Esprit vous protégez dans le ministère avec les multitudes?