Love Came Down with the Vineyard/L’amour est descendu dans le vignoble

For the kingdom of heaven is like the owner of an estate who went out in the morning at dawn to hire workmen for his vineyard. When he had agreed with the laborers for a denarius for the day, he sent them into his vineyard. And he went out about the third hour (9:00 a.m.) and saw others standing idle in the market place;  and he said to them, ‘You also go into the vineyard, and I will pay you whatever is right (an appropriate wage).’ And they went. He went out about the sixth hour (noon) and the ninth hour (3:00 p.m.), and did the same thing. And about the eleventh hour (5:00 p.m.) he went out and found others standing around, and he said to them, ‘Why have you been standing here idle all day?’ They answered him, ‘Because no one hired us.’ He told them, ‘You go into the vineyard also.’ (Matthew 20: 1-7)

2013-05-16 16.35.48If you have ever worked a hard job with someone who didn’t pull their load, this story will probably make you groan.

Like an arrow splitting William Tell’s apple on his son’s head, this story strikes hard at the core, splitting straight-square between our call to serve the Lord and our rights/demands/longings to be fairly rewarded.  Christ confronts the plaintive cry, “what about me?”, with the messy mercy of God, as Jesus teaches kingdom economy through this parable, that God can bless whomever and however He chooses. We are not authorized to judge His mercy.

The first part of the parable is the invitation. (Glory to God, we have been invited to participate in the harvest of the Lord’s vineyard!)  Yet those who were hired early in the day (the Jews?)  were outraged when the owner of the vineyard paid those who were hired at the end of the day the same wage (the Gentiles..you, me, those after us?).

When evening came, the owner of the vineyard said to his manager, ‘Call the workers and pay them their wages, beginning with the last [to be hired] and ending with the first [to be hired].’ Those who had been hired at the eleventh hour (5:00 p.m.) came and received a denarius each [a day’s wage]. Now when the first [to be hired] came, they thought they would get more; but each of them also received a denarius.  When they received it, they protested and grumbled at the owner of the estate, saying, ‘These men who came last worked [only]one hour, and yet you have made them equal [in wages] to us who have carried [most of] the burden and [worked in] the scorching heat of the day.’(Matthew 20: 8-12)

Now for anyone who has ever worked, from McDonalds to Bay Street, from oil rigs to farmyards, you know how wage equity can make or break the morale of the team.  If Joe is paid more than Frank for the same work, resentment will spill out, loudly. The cry of “That’s not fair” has been echoed in union halls and lunch rooms more than once.

Is it fair that the owner of the vineyard paid everyone the same wage when everyone didn’t do the same amount of work? Faced with their response, the owner replied:

But the owner of the estate replied to one of them, ‘Friend, I am doing you no injustice. Did you not agree with me for a denarius? Take what belongs to you and go, but I choose to give to this last man [hired]the same as I give to you.  Am I not lawfully permitted to do what I choose with what is mine? Or is your eye envious because I am generous?’  So those who are last shall be first, and those who are first, last.”(Matthew 20: 13-16)

Like a lumberjack wielding the axe of reality, Jesus swings, blow by blow, at our hidden entitlement, as He showcases His Father’s generous heart of mercy through this parable.

From this parable of the vineyard, we can glean important understanding about kingdom economics:

  1. God likes to bless us and His mercy is often unfair, over the top, beautiful and unexpected, like when He paid the workers who came late in the day the same as if they had worked all day.  We all know the  joy of time and a half wages, don’t we? How about being forgiven?  Can any of us ever work to earn that wage?
  2. God does not have to explain or defend His choices to bless. When we look at other’s blessings and resent or get jealous, we open the door to envy, which is a huge problem of the heart.  Envy says to God:  You aren’t good.  You blew it.  You should have given me more.  Gratitude says to God:  Everything I have is yours.  Thank you for the secure love You pour out upon me.  I trust Your big beautiful hands of generosity, God. Thanks.
  3. All of us who work in His vineyard are rewarded. Christ was facing His death as He told this parable, so that you and I could be invited to come alongside the Father in the work of the kingdom.  Our reward is God Himself, which gets missed in the clamor of “what about me” or “that’s not fair”.  If we focus on the joy of the Father, how He rewards is far surpassed by the delight of being part of His team.
  4. We don’t work hourly for the King. Christ’s blood was shed for this privilège of being invited to the work of the Kingdom.  The wages of death is sin but the gift of God is eternal life through Christ. Kingdom economy is not based on effort or sweat equity but on grace.
  5. God’s blessing has little to do with our work hours, how much we sacrifice, how long we endure and much more to do with His heart of kindness. The Jews then and Christians today are often caught up in a works mentality, that “if I do this, then God will do that”.  The problem with the ever sliding works scale is that it is hard wired with arrogance and we end up constantly disappointed in God or ourselves.
  6. We have all been overpaid, times a billion, by the generous love of God through Christ. Even if we poured out our lives to our last breath, nothing could merit the blood of Christ shed for our salvation.  A legalistic works mentality is a racket of demands and expectations that negates the truth of our own sin.  A works mentality creates a proud heart that judges Almighty God.
  7. Our resentment of others slams poisons our relationship with God.  Just as the owner told the worker, “Take your wages and go.”, so the Father can’t tolerate our wicked heart of jealousy, as we look at other’s wages, or ministry profile or friends or houses or cars and judge God for not giving us the same.  Entitlement, resentment, jealousy…these sins shut down our heart to God’s goodness and keep us outside of relationship with God.  It’s time repent for demanding wages owed and instead, trust God with His generousity and His choice to reward when and whom He chooses.
  8. God has offered us the joy of sonship, to be called His very own darling kids.  When we step into the truth of our beloved relationship with God,the over the top generous Father, the security of His love will wash away this worldy fear of being missed, not rewarded or passed by. We can break the internal scale, quit demanding wages owed as we trust God and rest in the truth of our status as His beloved kids.

2013-05-16 16.37.55Let’s Pray:  O Father, too many times we have raised our fist and cried, “what about us?”.  Forgive our angry resentful hearts, forgive our jealousy and envy of others, forgive us Father, for judging You and Your choices to bless.  Lord Jesus, thank You that Your blood brought us into the vineyard to work with the Father.  Holy Spirit, search our hearts today and bring us into all truth  through this story.  We love you Father.  Thank you for Your great big beautiful heart of love for us all.  Amen.

This Week’s Reading:  Matthew 15 -28

Next Week’s Reading:  Mark 1-10

Study Questions:

  1. How do you feel when someone gets more than you?
  2. Do you see God’s justice?
  3. Do you feel like God is fair?
  4. Have you experienced God’s unexpected mercy?
  5. Have you given unexpected mercy to another?

Francais Ici!

Car le royaume des cieux est comme le propriétaire d’un domaine qui est sorti le matin à l’aube d’embaucher des ouvriers pour sa vigne. Quand il avait convenu avec les ouvriers pour un denier pour la journée, il les envoya à sa vigne. Et il sortit vers la troisième heure (9h00) et vit d’autres qui ralenti à la place du marché; et il leur dit: Allez aussi à ma vigne, et je vous payez tout ce qui est à droite (un salaire approprié). »Et ils sont allés. Il sortit vers la sixième heure (midi) et la neuvième heure (15h00), et fait la même chose. Et vers la onzième heure (17h00), il sortit et trouva d’autres autour, et il leur dit: «Pourquoi vous tenez-vous ici toute la journée de repos?» Ils lui répondirent: «Parce que personne ne nous a embauchés. ‘ Il leur a dit: «Vous allez dans la vigne aussi.» (Matthieu 20: 1-7)

Si vous avez déjà travaillé un travail difficile avec quelqu’un qui n’a pas tirer leur charge, cette histoire fait probablement vous gémissez.

2013-05-16 16.35.34Comme une flèche division William Tell pomme sur la tête de son fils, cette histoire frappe fort au cœur, division droite-carré entre notre appel à servir le Seigneur et nos droits / demandes / nostalgies d’être justement récompensée. Christ confronte le cri plaintif, avec la miséricorde de Dieu en désordre, avec cette histoire qui enseigne l’économie de royaume “moi?”: Dieu peut bénir et quiconque mais il choisit et nous ne sommes pas autorisés à juger sa miséricorde.

La première partie de la parabole est l’invitation. Gloire à Dieu, nous avons été invités à participer à la récolte de la vigne du Seigneur. Pourtant, ceux qui ont été embauchés tôt dans la journée (les Juifs?) Ont été scandalisés lorsque le propriétaire de la vigne a payé ceux qui ont été embauchés à la fin de la journée le même salaire (le Gentiles..you, moi, ceux qui après nous?) .

Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant: Appelle les ouvriers et les payer leur salaire, en commençant par le dernier [pour être embauché] et se terminant avec le premier [pour être embauché]. Ceux qui avaient été embauchés à la onzième heure (17h00) est venu et a reçu un denier chacun [de salaire une journée]. Maintenant, lorsque le premier [à être embauché] est venu, ils pensaient obtenir plus; mais chacun d’eux a également reçu un denier. Quand ils l’ont reçu, ils ont protesté et murmuraient au propriétaire du domaine, en disant: «Ces hommes qui sont venus dernière travaillaient [seulement] une heure, et pourtant vous avez faits égaux [des salaires] pour nous qui ont porté [la plupart des ] le fardeau et [travaillé dans] la chaleur torride du jour »(Matthieu 20: 8-12).

Maintenant, quiconque a déjà travaillé, de McDonalds à Bay Street, de plates-formes pétrolières à fermes, sait comment l’équité salariale peut faire ou défaire le moral de l’équipe. Si Joe est payé plus que Frank pour le même travail, le ressentiment va déborder. Le cri de «C’est pas juste” a été repris dans les salles syndicales et les salles à manger plus d’une fois.

Est-il juste que le propriétaire de la vigne a payé tout le monde le même salaire quand tout le monde n’a pas fait la même quantité de travail? Face à leur réponse, le propriétaire a répondu:

Mais le propriétaire de la succession a répondu à l’un d’eux, «ami, je ne te fais pas d’injustice. Avez-vous pas d’accord avec moi pour un denier? Prenez ce qui vous appartient et aller, mais je choisis de donner à ce dernier l’homme [embauché] la même chose que je vous donne. Suis-je pas légalement permis de faire ce que je choisis avec ce qui est à moi? ?. Ou est votre oeil envieux parce que je suis généreux »Ainsi, ceux qui sont les derniers seront les premiers, et ceux qui sont en premier lieu, la dernière” (Matthieu 20: 13-16)

Comme un bûcheron brandissant la hache de la réalité, Jésus a balancé, coup par coup, à notre droit caché, comme il l’a présenté cœur généreux de son Père de miséricorde par cette parabole. De cette parabole, nous pouvons glaner la compréhension importante:

Dieu aime nous bénir et Sa miséricorde est souvent injuste, sur le dessus, belle et inattendue, comme quand il a payé les travailleurs qui sont venus en fin de journée le même que si elles avaient travaillé toute la journée. Nous savons tous la joie du temps et un salaire et demi, ne pas nous? Que diriez-vous être pardonné? Qui de nous jamais travailler pour gagner ce salaire?

Dieu n’a pas à expliquer ou défendre ses choix pour bénir. Quand on regarde les bénédictions des autres et déplorons ou jaloux, nous ouvrons la porte à envier, qui est un énorme problème. Envy dit à Dieu: Vous n’êtes pas bon. Vous êtes grillés. Vous auriez dû me donner plus. Gratitude dit à Dieu: Tout ce que j’ai est le vôtre. Nous vous remercions de l’amour sécurisé Vous versez sur moi. Je fais confiance Vos grandes belles mains de générosité, Dieu. Merci.

Chacun d’entre nous qui travaillent dans sa vigne sont récompensés. Christ faisait face à sa mort comme il dit cette parabole, afin que vous et moi puissions être invités à venir aux côtés du Père dans l’œuvre du royaume. Notre récompense est Dieu, qui obtient manqué dans la clameur de «ce sur moi” ou “qui est pas juste”. Si nous nous concentrons sur la joie du Père, comment il récompense est dépassé par le plus grand plaisir de faire partie de son équipe.

Nous ne travaillons pas toutes les heures pour le roi. le sang du Christ a été versé pour ce privilège d’être invité à l’œuvre du Royaume. Le salaire de la mort est le péché par le don de Dieu est la vie éternelle par le Christ. Uni économie ne repose pas sur l’effort ou l’équité de sueur, mais sur la grâce.

La bénédiction de Dieu n’a rien à voir avec nos heures de travail, combien nous sacrifions, combien de temps nous endurons et beaucoup plus à voir avec son coeur de la bonté. Les Juifs et les Chrétiens d’aujourd’hui sont souvent pris dans une mentalité d’entreprise, que «si je fais cela, alors Dieu le fera”. Le problème avec l’échelle des œuvres jamais glissement est qu’il est difficile câblé avec arrogance et nous nous retrouvons constamment déçu par Dieu ou nous-mêmes.

Nous avons tous été payé en trop, un milliard de fois, par l’amour généreux de Dieu par le Christ. Même si nous avons versé nos vies à notre dernier souffle, rien ne pouvait mériter le sang du Christ versé pour notre salut. Une des œuvres mentalité légaliste est une raquette de demandes et les attentes que travailleur au salaire horaire de Dieu qui nie la vérité de notre péché et crée un cœur orgueilleux qui juge constamment Dieu.

Notre ressentiment des autres slams empoisonne notre relation avec Dieu. Tout comme le propriétaire a dit le travailleur, «Prenez votre salaire et aller.”, De sorte que le Père ne peut pas tolérer notre cœur méchant de la jalousie, comme nous regardons les salaires de autres, ou le profil du ministère ou des amis ou des maisons ou des voitures et Dieu juge pour ne nous donne pas la même chose. Droit, le ressentiment, la jalousie … ces péchés arrêté notre cœur à la bonté de Dieu et nous garder en dehors de la relation avec Dieu. Il est temps de se repentir pour exiger des salaires dus et à la place, faire confiance à Dieu avec Son choix pour récompenser quand et comme il le veut.

Dieu nous a offert la joie de la filiation, à être appelé ses propres enfants chéris. Lorsque nous entrons dans la vérité de notre relation avec Dieu bien-aimé, le plus haut du Père généreux, la sécurité de son amour se laver cette peur d’être manquée, non récompensé ou passé. Nous pouvons briser l’échelle interne, quittez exigeant des salaires dus que nous faisons confiance à Dieu et reste dans la vérité de notre statut en tant que ses enfants bien-aimés.Fall Field

Prions: O Père, trop de fois nous avons soulevées notre poing et cria: «Qu’en est-il de nous?”. Pardonne nos cœurs pleins de ressentiment en colère, pardonnez notre jalousie et l’envie des autres, pardonne-nous le Père, pour juger vous et vos choix de bénir. Seigneur Jésus, je vous remercie que votre sang nous a apporté dans la vigne pour travailler avec le Père. Saint-Esprit, chercher nos cœurs aujourd’hui et nous amener dans toute la vérité à travers cette histoire. Nous vous aimons Père. Nous vous remercions de votre grand grand beau coeur de l’amour pour nous tous. Amen.

La lecture de cette semaine: Matthieu 15 -28

Reading Semaine suivante: Mark 1-10

Questions d’étude:

Comment vous sentez-vous quand quelqu’un obtient plus que vous?
Voyez-vous la justice de Dieu?
Vous sentez-vous comme Dieu est juste?
Avez-vous éprouvé la miséricorde inattendue de Dieu?
Avez-vous donné la miséricorde inattendue à un autre?

 

One thought on “Love Came Down with the Vineyard/L’amour est descendu dans le vignoble

Comments are closed.