Love Came with Good News/ L’amour arrive avec nouvelles superbe

2013-01-20 08.51.02The gospel of Luke begins with two miraculous conceptions.  In the fullness of days, Gabriel appeared to Zachariah, Elizabeth’s husband, in the temple.  Gabriel joyfully announced the great news that they were to have a son, a special, set apart son,who would be filled with the Holy Spirit from the womb to turn Israel back to God, to prepare the way for the Messiah.

 

The couple was way past child-bearing age.  Elizabeth, of the line of Aaron, with her husband, of the line of Abijah, would have endured decades of scorn. Muttered words like “cursed”, “sinner”, “useless” would have seared them, as the wedding was celebrated, and then to their grief, decades passed without the child arriving.

Far from cursed, Luke described this couple as completely righteous before God, walking in all the commands of God, as blameless, they waited and then finally accepted, that barrenness was their portion.

Hope deferred makes the heart sick. After decades of praying and hoping, Zachariah, priest of God, refused to believe Gabriel.  He challenged Gabriel to remember their age, basically saying “that door had been nailed shut decades ago” and was struck dumb, God’s mercy to Zachariah, that he could process his broken heart in silence.

Mute, Zachariah returned home to his aged wife, loved her, and soon she was pregnant.  For five months Elizabeth hid at home, waiting, rejoicing, holding steady her secret joy while her belly blossomed and her body made ready to have this beloved unexpected long prayed for child.

In Nazareth of Galilee, young Mary also encountered Gabriel and heard a shocking promise:  she, the virgin, would become pregnant by the power of the Most High God and bear the Messiah.  Accepting Gabriel’s words, she acknowledged she was a handmaiden of the Lord and He could do whatever He wished. Immediately, Mary headed to Judah to tend to her cousin Elizabeth, which Gabriel had announced to Mary as solid proof of God’s power.

2013-10-20 17.18.33By the time she reached Judah, the Christ Child was already growing within her.  Elizabeth, upon hearing Mary’s voice, felt her son leap within, and rejoiced at the wonder of all God was doing for their families and their nation:

Blessed are you among women, and blessed is the fruit of your womb! But why is this granted to me, that the mother of my Lord should come to me? For indeed, as soon as the voice of your greeting sounded in my ears, the babe leaped in my womb for joy. Blessed is she who believed, for there will be a fulfillment of those things which were told her from the Lord (Luke 1:42-45, NKJV)

Mary responded in turn, professing her fierce trust in God even as she carried the Son of the Most High:

My soul magnifies the Lord, and my spirit has rejoiced in God my Savior. For He has regarded the lowly state of His maidservant; for behold, henceforth all generations will call me blessed. For He who is mighty has done great things for me, and holy is His name. And His mercy is on those who fear Him from generation to generation. He has shown strength with His arm; He has scattered the proud in the imagination of their hearts. He has put down the mighty from their thrones, and exalted the lowly. He has filled the hungry with good things, and the rich He has sent away empty. He has helped His servant Israel, in remembrance of His mercy, as He spoke to our fathers, To Abraham and to his seed forever. (Luke 1:45-55, NKJV)

Mary expected God’s goodness as she faithfully endured both the pain and joy of His sovereignty.  While Elizabeth’s neighbours rejoiced that the Lord had shown her great mercy with John’s birth, Mary would have returned to Nazareth to face her family’s outrage at her pregnancy.  Despite the threat of divorce or worse, stoned for sexual promiscuity, Mary returned to Nazareth with God as her only defense.

Thankfully, Joseph, Mary’s betrothed, feared God enough to trust the angelic counsel he received in his dreams and obeyed the Lord.

Faithfully, Joseph escorted Mary to Bethlehem, tended to her and the Babe, then protected his family as they were forced to flee to Egypt, as yet another dream warned of danger. The family returned to Nazareth once evil King Herod was dead. What a hard beginning for the King of nations.

In this story of birth announcements, Luke displays Mary and Elizabeth as faithful women, certain in the goodness of their God, though they endured much pain and hardship as his chosen servants.  The men, Zachariah and Joseph,  each first reasoned out their circumstances, and needed some help to arrive at God’s conclusions.  In the end, both families proved faithful, blessed by God.  Still, suffering was woven throughout the tapestry of their lives. It’s a large part of our journey before our heavenly Father.

What would do if God asked you to do something that may cost you everything?

dawn portJesus faced this as a boy of twelve, when he assumed his parents would enroll him in Jerusalem to become a rabbi, given his clear wisdom and understanding of God.

Not quite.  Instead, after frantically searching for three days, Jesus’ parents demanded He return to Galilee to assume the family carpentry business.  They were a family of carpenters, not priests.  His giftedness with the Scriptures would not convince them otherwise, nor did His protests that “He was to be about His father’s business” convince them to change the plan for His life.

The Scripture records that “Jesus increased in wisdom and stature, and in favor with God and men” (Luke 2:52NKJV).  Eighteen years passed before Jesus embraced Israel as their Teacher, Healer, Rabbi and Messiah.  Jesus endured decades of experiencing every temptation, every trial known to humanity that He could be our recompense, our safety, our consolation as we face trials today:

Therefore, in all things He had to be made like His brethren, that He might be a merciful and faithful High Priest in things pertaining to God, to make propitiation for the sins of the people.  For in that He Himself has suffered, being tempted, He is able to aid those who are tempted. (Hebrews 2:17-18 NKJV)

Do you love God enough to follow Him, to obey His voice though it may cost every dream that He isn’t dreaming for you? Can you keep following the Lord, even when the road takes you through to Egypt or into a workshop when you long to do something greater? Mary, Elizabeth, Zachariah, Joseph and Jesus each chose to trust the heart of God enough to obey.

History was changed forever by their yes to the Almighty.

Let’s Pray:  Lord, when we read of the grace and bravery of these men and women, our trials and delays seem small indeed. Thank You that You love us so much!  May Your love overwhelm the pain of these temporary sorrows.  May we praise You for who You are, Love come down, and bravely accept the cost of following You.  By Your grace, may we love You tenaciously as we hear and obey Your commands.  Holy Spirit, shine Your light upon all our hearts, that we  may confess our fearful resistance and live instead, by your grace and power, in fearless courage, for Your Glory.  Amen.

This Week’s Reading:  Luke 1-15

Next Week’s Reading:  Luke 15-25

  1. Are you a history maker? What does that look like?
  2. How do you process disappointment with God?
  3. Do you believe suffering is part of walking with God?  How do you handle this in your relationship with your loving Father?
  4. Have you had hope deferred?  Can you find someone to share your sorrow or, like Zachariah, are you processing this in silence?
  5. Angels played a large role in these stories.  Do you have a story which includes the angelic or dreams or visitations?  Do you share these tales? Why or why not?

Français ici!

dawnL’évangile de Luc commence avec deux conceptions miraculeuses. Dans la plénitude des jours, Gabriel apparut à Zacharie, le mari d’Elizabeth, dans le temple. Gabriel joyeusement annoncé les bonnes nouvelles qu’ils devaient avoir un fils, un, mis à part le fils spécial, qui serait rempli du Saint-Esprit dès le ventre de tourner Israël à Dieu, pour préparer le chemin pour le Messie.

Le couple était l’âge de procréer chemin passé. Elizabeth, de la ligne d’Aaron, avec son mari, de la ligne d’Abia, aurait enduré des décennies de mépris. Mots marmonna comme «maudit», «pécheur», «inutile» les auraient poêlé, que le mariage a été célébré, puis à leur douleur, des décennies écoulées sans l’enfant arrivant.

Loin de maudit, Luc décrit ce couple aussi complètement justes devant Dieu, marchant dans tous les commandements de Dieu, comme irréprochable, ils ont attendu, puis ont finalement accepté que la stérilité était leur portion.

L’espoir différé rend le cœur malade. Après des décennies de prier et d’espérer, Zacharie, prêtre de Dieu, a refusé de croire Gabriel. Il a contesté Gabriel de se rappeler leur âge, essentiellement en disant “cette porte avait été cloué il y a des décennies fermés” et a été frappé de mutisme, de la miséricorde de Dieu à Zacharie, qu’il pouvait traiter son cœur brisé en silence.

Muet, Zachariah est rentré à sa femme âgée, l’aimait, et bientôt elle était enceinte. Pendant cinq mois, Elizabeth caché à la maison, en attendant, se réjouissant, la tenue régulière sa joie secrète tandis que son ventre épanoui et son corps fait prêt à avoir cette bien-aimée inattendue longtemps prié pour enfant.

A Nazareth en Galilée, jeune Marie a également rencontré Gabriel et entendu une promesse choquante: elle, la vierge, deviendrait enceinte par la puissance de Dieu le plus haut et porter le Messie. Accepter les mots de Gabriel, elle a reconnu qu’elle était une servante du Seigneur et il pouvait faire tout ce qu’il voulait. Immédiatement, Mary se dirigea vers Juda pour tendre à sa cousine Elisabeth, que Gabriel avait annoncé à Marie comme une preuve solide de la puissance de Dieu.

2014-10-22 16.17.17Au moment où elle a atteint Judah, l’Enfant Jésus était déjà de plus en plus en elle. Elizabeth, en entendant la voix de Marie, sentait son fils sauter dedans, et se réjouit de la merveille de tout ce que Dieu a fait pour leur famille et leur nation:

Tu es bénie entre les femmes, et béni est le fruit de ton sein! Mais pourquoi est-il donné à moi, que la mère de mon Seigneur vienne à moi? Car en effet, dès que la voix de ta salutation a frappé mon oreille, l’enfant a tressailli dans mon ventre de joie. Heureuse celle qui a cru, il y aura un accomplissement de ces choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur (Luc 1: 42-45, LSG)

Mary a répondu à son tour, professant sa confiance féroce en Dieu même si elle a porté le Fils du Très-Haut:

Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur. Car il a considéré l’état humble de sa servante; car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse. Pour celui qui est puissant a fait de grandes choses pour moi, et Son nom est saint. Et sa miséricorde est sur ceux qui le craignent de génération en génération. Il a déployé la force de son bras; Il a dispersé les orgueilleux dans la pensée de leur cœur. Il a renversé les puissants de leurs trônes et élevé les humbles. Il a comblé de biens les affamés de bonnes choses, et les riches, il a renvoyé à vide. Il a aidé Israël, son serviteur en souvenir de sa miséricorde, comme il a parlé à nos pères, à Abraham et à sa postérité pour toujours. (Luc 1: 45-55, LSG)

Mary attend la bonté de Dieu, comme elle a enduré fidèlement à la fois la douleur et la joie de sa souveraineté. Alors que les voisins de Elizabeth se réjouissaient que le Seigneur lui avait montré une grande miséricorde avec la naissance de John, Mary aurait retourné à Nazareth pour faire face à l’indignation de sa famille à sa grossesse. Malgré la menace de divorce ou pire, lapidé pour la promiscuité sexuelle, Marie revint à Nazareth avec Dieu comme son seul moyen de défense.

Heureusement, Joseph, de Marie fiancée, craignait Dieu suffit de faire confiance au conseil angélique, il a reçu dans ses rêves et obéit au Seigneur.

Fidèlement, Joseph escorté Marie à Bethléem, tendait à elle et l’Enfant, puis protégé sa famille comme ils ont été forcés de fuir en Egypte, comme un autre rêve averti du danger. La famille de retour à Nazareth, une fois le mal roi Hérode était mort. Quel début difficile pour le roi des nations.

Dans cette histoire, des annonces de naissance, Luke affiche Marie et Elizabeth en tant que femmes fidèles, certains dans la bonté de leur Dieu, mais ils ont enduré beaucoup de douleur et de difficultés que ses serviteurs élus. Les hommes, Zachariah et Joseph, chaque premier raisonnaient leurs circonstances, et avait besoin d’aide pour arriver à des conclusions de Dieu. En fin de compte, les deux familles se sont révélés fidèles, béni par Dieu. Pourtant, la souffrance a été tissé tout au long de la tapisserie de leur vie. Il est une grande partie de notre voyage avant notre Père céleste.

ice snowQue feriez-vous si Dieu vous a demandé de faire quelque chose qui peut vous coûter tout?

Jésus fait face à cela comme un garçon de douze ans, quand il a pris ses parents serait l’inscrire à Jérusalem pour devenir rabbin, compte tenu de sa sagesse et de la compréhension de Dieu clair.

Pas assez. Au lieu de cela, après cherchant frénétiquement pendant trois jours, les parents de Jésus exigé Il retourne en Galilée, à assumer l’entreprise de menuiserie familiale. Ils étaient une famille de charpentiers, pas prêtres. Ses dons dans les Ecritures ne les convaincre du contraire, ni ses protestations qu’il devait être aux affaires de son père les convaincre de changer leur plan pour sa vie.

L’Écriture rapporte que «Jésus croissait en sagesse, en stature, et en grâce devant Dieu et les hommes» (Luc 2: 52NKJV). Dix-huit ans se sont écoulés avant que Jésus embrassé Israël comme leur Maître, Guérisseur, Rabbi et le Messie. Jésus a enduré des décennies d’expérience à toutes les tentations, toutes les épreuves connues de l’humanité qu’il pourrait être notre récompense, notre sécurité, notre consolation que nous faisons face à des essais aujourd’hui:

Par conséquent, en toutes choses, il a dû être rendu semblable à ses frères, afin qu’il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans les choses qui concernent Dieu, pour faire propitiation pour les péchés du peuple. Pour même dans ce qu’il a souffert, étant tenté, il est en mesure d’aider ceux qui sont tentés. (Hébreux 2: 17-18 LSG)

Aimez-vous assez Dieu pour le suivre, d’obéir à Sa voix si elle peut coûter chaque rêve qu’il ne rêve pas pour vous? Pouvez-vous continuer à suivre le Seigneur, même quand la route vous emmène à travers l’Egypte ou dans un atelier quand vous longtemps pour faire quelque chose de plus? Mary, Elizabeth, Zachariah, Joseph et Jésus chaque choisi de faire confiance au cœur de Dieu assez pour obéir.

L’histoire a été changée à jamais par leur oui au Tout-Puissant.

Prions: Seigneur, quand nous lisons de la grâce et de la bravoure de ces hommes et femmes, nos épreuves et nos retards semble petit effet. Merci que Tu nous aimes tant! Que ton amour submerger la douleur de ces douleurs temporaires. Pouvons-nous te louons pour qui tu es, Amour descendu, et accepter courageusement le coût de vous suivre. Par ta grâce, nous pouvons vous aimer tenacement que nous entendons et obéir à vos ordres. Saint-Esprit, briller votre lumière sur tous nos cœurs, que nous pouvons confesser notre résistance peur et vivre au lieu, par votre grâce et de puissance, dans un courage intrépide, pour ta gloire. Amen.

La lecture de cette semaine: Luc 1-15

Reading Semaine suivante: Luc 15-25

  1. Êtes-vous un fabricant de l’histoire? A quoi cela ressemble-t-il?
    Comment traitez-vous la déception avec Dieu?
  2. Croyez-vous que la souffrance fait partie de la marche avec Dieu? Comment gérez-vous cela dans votre relation avec votre Père aimant?
  3. Avez-vous eu l’espoir différé?
  4. Pouvez-vous trouver quelqu’un pour partager votre chagrin ou, comme Zachariah, vous traitez cela en silence?
  5. Les anges ont joué un rôle important dans ces histoires. Avez-vous une histoire qui inclut l’angélique ou des rêves ou des visites? Partagez-vous ces contes? Pourquoi ou pourquoi pas?