Love Comes Down in the Storms/L’amour est descendu sous les orages

sunset-991941_1280The book of  Acts clearly illustrate the valiant believers in the early Church, as critical events demonstrated their God-sized courage, determination and an incredible willingness to die for Christ that the gospel may be proclaimed.

Paul the Apostle is our chief example of courage under crisis. After many years spent preaching the gospel in the gentile nations north of Judah, the brave missionary arrived to worship at his beloved Jerusalem, despite warnings not to go in city after city.

There Paul, standing bald before a bearded crowd, with four other young Nazarites who had consecrated themselves to holiness, worshiped God.

When the scribes and Pharisees spotted Paul in the crowd of worshipers, all hell broke loose. Immediately a mob of outraged religious seized the apostle. Cries of outrage filled the temple as the people protested against this man who had been commissioned to persecute believers and instead had spent years declaring Jesus Christ as Messiah to Jews and Gentiles alike.

Quickly, Roman guards captured Paul to quell the riot, intending to beat him but were stopped by Paul’s surprising announcement of his Roman citizenship. Uneasy at mishandling a political mess, Paul was moved to seek judicial counsel in Caesarea, the only place deemed safe enough, since Jewish zealots had vowed not to eat nor drink until Paul was dead.

For three long years, Paul remained in prison, as he witnessed to the roman Governor Felix, King Agrippa and Queen Beatrice and finally to Governor Festus, before Paul appealed to speak to Caesar in his pursuit for justice.

2014-08-09 19.43.38When Paul was finally granted permission to speak to Ceasar, he journeyed as a political prisoner, under guard by a centurion named Julius, to Rome.  Since sailing was quicker than land travel, they boarded a ship from Adramyttium. In Lycia, Julius, the captain of the Imperial Regiment and commander of the mission, chose a cargo ship from Alexandria, but sailed with great difficulty, as the wind pushed the ship off course, forcing the crew to port at Fair Havens.

In Fair Havens, Paul warned the crew that the time to sail was over, saying, “This voyage is going to be disastrous and bring great loss to ship and cargo and to our own lives, also” (Acts 27:10) but the centurion heard only the assurances of the pilot and owner of the ship. They set sail trying to reach Phoenix, a port in Crete, to harbor there for the winter instead.

Soon a hurricane force wind began to blow the ship hard, past the island of Crete.  The lifeboat had to be pulled in and secured to the ship.  Cables were girded to the ship to keep it from breaking apart under the force of the fierce wind and waves.  The crew lowered anchors to try and slow the driven ship down, but by the next day, the ship was so damaged, the crew had to start throwing off cargo to keep it from sinking.

By the third day, the ship’s tackle was thrown overboard to further lighten the storm-driven ship which was ravaged by tempest winds.  In those days, the stars acted as a guide for navigation, but the storm was so dark, the crew couldn’t see the sun or stars for many days.  Driven far from land into the open sea, Luke reflects “as the storm continued raging, we gave up all hope of being saved” (acts 27:20). Unlike the Perfect Storm, which lasted only hours, long days passed without sunlight, hope or rest. No one was able to eat, and tossed by the seas, of course and helpless, the crew desperately worked to keep afloat.

Finally Paul announced crucial news to the desperate sailors,

Men, you should have listened to me, and not have sailed from Crete and incurred this disaster and loss. And now I urge you to take heart, for there will be no loss of life among you, but only of the ship. For there stood by me this night an angel of the God to whom I belong and whom I serve, saying, ‘Do not be afraid, Paul; you must be brought before Caesar; and indeed God has granted you all those who sail with you.’ Therefore take heart, men, for I believe God that it will be just as it was told me. However, we must run aground on a certain island.”[i]

By the fourteenth night, the sailors sensed they were nearing land.  They took soundings and discovered that the water was only a hundred and twenty feet deep, then ninety feet deep. Fearing shipwreck against rocks of a land they could not see, the crew dropped four anchors off the boat to try and slow down as they prayed for daylight.

Some sailors tried to escape with the lifeboat, but Paul stopped them, saying to Julius, “Unless these men stay with the ship, you cannot be saved.”  So the soldiers went to work and cut the lifeboat off the ship leaving death or life with the ship the only option.

Just before dawn, Paul urged the crew and passengers to eat, imploring them to prepare for the next part of their journey, “Therefore I urge you to take nourishment, for this is for your survival, since not a hair will fall from the head of any of you.[ii]”  Paul took bread and broke it, giving thanks to God and ate. The rest of the 276 passengers were encouraged and ate.  Then the passengers, sailors and soldiers threw the grain into the sea to lighten the ship, in the hopes that it would not get stuck on shallow rocks and be broken apart by the gale forces and the pounding of the waves.

2014-09-11-17-44-32When daylight came, the crew discovered land before them.  Hoping to run aground a sandy beach in a bay, they tried to make a run for it.  The crew let loose the anchors, cut loose the rudders and hoisted a sail for the first time in fourteen days, hoping to sail quick and hard into the shelter of the bay.  Unfortunately, the ship hit a sandbar and as the front of the ship stuck, the back of the ship began to break apart in the tremendous storm.

The soldiers drew their swords, planning to kill all prisoners in case they escaped, but Julian forbid his troops, since he wanted to spare Paul’s life.  Julius ordered all who could swim to jump overboard and those who couldn’t swim, grabbed planks and pieces of the ship and used them as flotation devices as they paddled inland to safety.

Once inland, the islanders of Malta built a huge fire to dry up and warm off.  Paul helped with the firewood and as he threw some brushwood on the fire, a viper, driven out by the heat fastened itself on Paul’s hand.  Paul shook off the snake into the fire and suffered no illness from the poisonous snake.

The islanders were very superstitious.  They went from thinking that the gods were punishing Paul by sending a snake to kill him off since the seas didn’t do its job, to thinking Paul was a god since he seemed impervious to harm.  Neither was the case, as the islanders soon discovered.

Paul prayed for all the sick, beginning with the chief’s father and all on the island were healed in the Name of Jesus.  After three months enjoying the kind hospitality of the Maltese, Paul set sail once again for Rome and arrived safely, just as the angel had promised in the thick of that horrifying storm.

Storm free living only occurs in heaven.  Paul, in facing the storm, was diligent to warn the crew that they were out of sync with the season, that the journey would end in severe hardship, but he wasn’t heard.  At the command of Julius, the group of captives, soldiers and sailors foraged ahead to disastrous results.

Rather than sit back and wait for heaven, Paul prayed and sought God,  Once he heard God’s perspective on their crisis, Paul shared the encouraging news with the ship’s passengers, giving hope and leadership in a terrifying set of circumstances.

 

Paul knew His Father in the midst of many storms.  He told the church at Corinth:

Five times I received at the hands of the Jews the forty lashes less one. Three times I was beaten with rods. Once I was stoned. Three times I was shipwrecked; a night and a day I was adrift at sea; on frequent journeys, in danger from rivers, danger from robbers, danger from my own people, danger from Gentiles, danger in the city, danger in the wilderness, danger at sea, danger from false brothers; in toil and hardship, through many a sleepless night, in hunger and thirst, often without food, in cold and exposure.(2 Cor 11:25-27)

sunsetGod will never leave us or forsake us.  Paul, having been shipwrecked three times, stoned, whipped, caned, persecuted, hungry and sleepless knew  God’s grace was enough for every experience he had endured.  My question is, what will God allow us to experience to show us His mighty Hand in our life?

Let us pray:  Father, thank You for every trial we have endured by Your Grace. We each have a long history of your kindness and protection and provision when the storms have come.  Help us, Holy Spirit to hear Your voice, that we may shine as light in the darkness as a witness to those who have not yet encountered Your Love.  Lord Jesus, for every part of the journey, we, like Paul, cry, “You are worth it!”  Thank You for being our Rock, our Fortress, our Strength and for always being with us. Love, You always come down in the storms of life.  We believe in You, Almighty God, and we count on You every day, no matter what it holds.  Amen.

[i] Acts 27:21-26, NKJV
[ii] Acts 27: 34, NKJV

This Week’s Reading:  Acts 15-28

Next Week’s Reading:  Romans 1-16

Study Questions:

  1. In these turbulent times, sometimes we are caught in circumstances beyond on control.  As we face storms, do we pray and hear God’s perspective and speak it as a word of truth in the midst of crisis?  Or will we, like those Luke, give up all hope to be saved?
  2. Can we demonstrate peace in crisis?
  3. Can we be the calm voice to the fearful cries, even give thanks unto God, and encourage others to do the same, when our lives are battling furious waves and tempestuous winds?
  4. Who encourages you when you can’t see the stars for days?
  5. What loads are you carrying that you need to toss overboard, to face the storm and lighten the load?

Le livre des Actes illustre clairement les vaillants croyants de l’Église primitive, car les événements critiques ont démontré leur courage, leur détermination et leur incroyable volonté de mourir pour le Christ pour que l’Évangile puisse être proclamé.

crossPaul l’Apôtre est notre principal exemple de courage dans la crise. Après de nombreuses années passées à prêcher l’évangile dans les nations païennes au nord de Juda, le brave missionnaire est arrivé pour adorer à sa bien-aimée Jérusalem, malgré les avertissements de ne pas aller en ville après ville.

Là, Paul, debout devant une foule barbu, avec quatre autres jeunes Nazaréens qui s’étaient consacrés à la sainteté, adoraient Dieu.

Lorsque les scribes et les pharisiens aperçurent Paul dans la foule des adorateurs, tout l’enfer se déchaîna. Immédiatement une foule de religieux outragés saisit l’apôtre. Des cris d’indignation ont rempli le temple alors que le peuple protestait contre cet homme qui avait été chargé de persécuter les croyants et avait plutôt passé des années à déclarer Jésus-Christ comme Messie aux Juifs et aux Gentils.

Rapidement, les gardes romains ont capturé Paul pour calmer l’émeute, ayant l’intention de le battre mais ont été arrêtés par l’annonce surprenante de Paul de sa citoyenneté romaine. Inquiet de manier un désordre politique, Paul fut poussé à demander conseil à Césarée, le seul endroit jugé assez sûr, puisque les zélotes juifs avaient juré de ne pas manger ni boire tant que Paul n’était pas mort.

Pendant trois longues années, Paul est resté en prison, comme il a été témoin du gouverneur romain Félix, du roi Agrippa et de la reine Béatrice et enfin du gouverneur Festus, avant que Paul ait appelé à parler à César dans sa poursuite pour la justice.

Lorsque Paul reçut enfin la permission de parler à César, il partit comme prisonnier politique, sous la garde d’un centurion nommé Jules, à Rome. Puisque la navigation était plus rapide que le voyage terrestre, ils ont embarqué dans un navire d’Adramyttium. En Lycie, Julius, capitaine du régiment impérial et commandant de la mission, choisit un navire de charge d’Alexandrie, mais il navigua très difficilement, lorsque le vent poussa le navire hors de course, obligeant l’équipage à se rendre à Fair Havens.

Dans Fair Havens, Paul a averti l’équipage que le temps de la voile était terminé, en disant: «Ce voyage va être désastreux et apporter une grande perte pour le navire et le fret et à nos propres vies, aussi» (Actes 27:10), mais le Centurion n’entendit que les assurances du pilote et du propriétaire du navire. Ils se mirent à la voile pour rejoindre Phoenix, un port de Crète, pour s’y réfugier pour l’hiver.

IMG_1601Bientôt un vent de force d’ouragan a commencé à souffler le bateau dur, après l’île de Crète. L’embarcation de sauvetage a dû être tirée et sécurisée au navire. Des câbles étaient attachés au vaisseau pour l’empêcher de se briser sous la force du vent féroce et des vagues. L’équipage a abaissé les ancrages pour essayer de ralentir le navire, mais le lendemain, le navire a été tellement endommagé, l’équipage a dû commencer à jeter le fret pour l’empêcher de couler.

Au troisième jour, l’attirail du navire a été jeté par-dessus bord pour alléger davantage le navire mené par la tempête qui a été ravagé par les vents de tempête. En ce temps-là, les étoiles servaient de guide pour la navigation, mais la tempête était si sombre, que l’équipage ne pouvait voir le soleil ou les étoiles pendant plusieurs jours. Conduit loin de la terre en pleine mer, Luc se réfléchit «alors que la tempête continuait à ravager, nous avons renoncé à tout espoir d’être sauvés» (Actes 27:20). Contrairement à la tempête parfaite, qui n’a duré que quelques heures, de longues journées ont passé sans soleil, sans espoir ou sans repos. Personne ne pouvait manger, et jeté par les mers, bien sûr et impuissant, l’équipage désespérément travaillé pour rester à flot.

Finalement Paul annonça des nouvelles cruciales aux marins désespérés,

Hommes, vous auriez dû m’écouter et ne pas avoir navigué de Crète et avoir encouru ce désastre et cette perte. Et maintenant je vous exhorte à prendre courage, car il n’y aura pas de perte de vie parmi vous, mais seulement du navire. Car voici que j’étais un ange du Dieu à qui j’appartiens et que je servais, en disant: Ne crains pas, Paul; Vous devez être amené devant César; Et Dieu vous a accordé tous ceux qui naviguent avec vous. Prenez donc courage, hommes, car je crois à Dieu que ce sera comme il m’a été dit. Cependant, nous devons échouer sur une certaine île. “[I]

A la quatorzième nuit, les marins sentirent qu’ils approchaient de la terre. Ils ont pris des sondages et ont découvert que l’eau n’avait que cent vingt pieds de profondeur, puis quatre-vingt-dix pieds de profondeur. Craignant le naufrage contre des rochers d’une terre qu’ils ne pouvaient pas voir, l’équipage a laissé tomber quatre ancres hors du bateau pour essayer de ralentir pendant qu’ils priaient pour la lumière du jour.

Quelques marins ont essayé de s’échapper avec l’embarcation de sauvetage, mais Paul les a arrêtés en disant à Julius, «à moins que ces hommes restent avec le navire, vous ne pouvez pas être sauvés.» Les soldats sont allés travailler et couper la canot de sauvetage du bateau laissant la mort ou la vie Avec le navire la seule option.

Juste avant l’aube, Paul exhorta l’équipage et les passagers à manger, implorant qu’ils se préparent pour la prochaine partie de leur voyage, «Par conséquent, je vous exhorte à prendre la nourriture, car c’est pour votre survie, car pas un poil tombera de la tête De l’un de vous. [Ii] «Paul prit du pain et le brisa, rendant grâces à Dieu et mangeant. Le reste des 276 passagers ont été encouragés et ont mangé. Alors les passagers, les marins et les soldats jetèrent le grain dans la mer pour alléger le navire, dans l’espoir qu’il ne serait pas coincé sur des roches peu profondes et être brisé par les forces de vent et le martèlement des vagues.

Quand le jour est venu, l’équipage a découvert la terre devant eux. En espérant échouer sur une plage de sable dans une baie, ils ont essayé de faire une course pour elle. L’équipage a lâché les ancrages, coupé les gouvernails et a hissé une voile pour la première fois en quatorze jours, en espérant naviguer rapidement et dur dans l’abri de la baie. Malheureusement, le navire a frappé un banc de sable et comme l’avant du navire coincé, l’arrière du navire a commencé à se briser dans l’énorme tempête.

Les soldats tiraient leurs épées, prévoyant de tuer tous les prisonniers au cas où ils échapperaient, mais Julian interdit ses troupes, puisqu’il voulait épargner la vie de Paul. Julius ordonna à tous ceux qui pouvaient nager de sauter par-dessus bord et à ceux qui ne savaient pas nager, attrapaient des planches et des morceaux du navire et les utilisaient comme des dispositifs de flottaison alors qu’ils remuaient à l’intérieur du pays en toute sécurité.

Une fois à l’intérieur, les insulaires de Malte ont construit un immense feu pour se tarir et se réchauffer. Paul a aidé avec le bois de chauffage et comme il a jeté quelques broussailles sur le feu, une vipère, chassée par la chaleur s’est attachée sur la main de Paul. Paul secoua le serpent dans le feu et ne souffrit aucune maladie du serpent venimeux.

Les insulaires étaient très superstitieux. Ils sont allés de penser que les dieux punissaient Paul en envoyant un serpent pour le tuer car les mers ne faisaient pas son travail, à penser que Paul était un dieu puisqu’il semblait imperméable au mal. Ce n’était pas non plus le cas, comme les insulaires l’ont vite découvert.

Paul a prié pour tous les malades, en commençant par le père du chef et tous sur l’île ont été guéris dans le Nom de Jésus. Après trois mois de goûteuse hospitalité maltaise, Paul remit en route pour Rome et arrive en toute sécurité, comme l’ange l’avait promis au milieu de cette horrible tempête.

IMG_0911La vie sans tempête ne se produit que dans le ciel. Paul, en face de la tempête, a été diligent pour avertir l’équipage qu’ils étaient en désaccord avec la saison, que le voyage se terminerait dans de graves difficultés, mais il n’a pas été entendu. Sous le commandement de Jules, le groupe des captifs, des soldats et des marins se dirigea vers des résultats désastreux.

Plutôt que de s’asseoir et attendre le ciel, Paul a prié et a cherché Dieu. Une fois qu’il a entendu la perspective de Dieu sur leur crise, Paul a partagé les nouvelles encourageantes avec les passagers du navire, donnant l’espoir et le leadership dans un ensemble terrifiant de circonstances.

Paul connaissait son Père au milieu de nombreuses tempêtes. Il dit à l’église de Corinthe:

Cinq fois j’ai reçu aux mains des Juifs les quarante coups moins un. Trois fois, j’ai été battu avec des tiges. Une fois j’ai été lapidé. Trois fois, j’étais naufragé; Une nuit et un jour j’étais à la dérive en mer; Le danger de la part des gens, le danger des peuples, le danger dans la ville, le danger dans le désert, le danger en mer, le danger des faux frères; En fatigue et en épreuve, à travers une nuit sans sommeil, dans la faim et la soif, souvent sans nourriture, dans le froid et l’exposition (2 Co 11, 25-27).
Dieu ne nous laissera jamais ni ne nous abandonnera. Paul, ayant été naufragé trois fois, lapidé, fouetté, cané, persécuté, affamé et sans sommeil, savait que la grâce de Dieu suffisait pour chaque expérience qu’il avait endurée. Ma question est: qu’est-ce que Dieu nous permettra d’expérimenter pour nous montrer sa main puissante dans notre vie?

d98e5-farmfeb2012005Prions: Père, merci pour toutes les épreuves que nous avons endurées par Votre Grâce. Nous avons chacun une longue histoire de votre gentillesse et la protection et la fourniture lorsque les tempêtes sont venus. Aide-nous, Esprit Saint à entendre ta voix, afin que nous puissions briller comme lumière dans les ténèbres comme témoin de ceux qui n’ont pas encore rencontré ton Amour. Seigneur Jésus, pour chaque partie du voyage, nous, comme Paul, nous crions: “Tu en vaux la peine!” Merci d’être notre Rocher, notre Forteresse, notre Force et d’être toujours avec nous. Amour, Vous descendez toujours dans les tempêtes de la vie. Nous croyons en Toi, Dieu Tout-Puissant, et nous comptons sur Toi tous les jours, peu importe ce qu’il détient. Amen.

[I] Actes 27: 21-26, NKJV

[Ii] Actes 27: 34, NKJV

Lecture de cette semaine: Actes 15-28

Prochaine lecture de la semaine: Romains 1-16

Questions d’étude:

  1. En ces temps turbulents, parfois nous sommes pris dans des circonstances au-delà de la commande. Lorsque nous faisons face à des tempêtes, prions-nous et entendons-nous la perspective de Dieu et la parlons-nous comme une parole de vérité en pleine crise? Ou allons-nous, comme ceux de Luc, abandonner tout espoir d’être sauvé?
    2. Peut-on démontrer la paix en crise?
    3. Pouvons-nous être la voix calme aux cris de peur, même rendre grâces à Dieu, et encourager les autres à faire de même, lorsque nos vies combattent des vagues furieuses et des vents tempétueux?
    4. Qui vous encourage quand vous ne pouvez pas voir les étoiles pendant des jours?
    5. Quelles sont les charges que vous transportez que vous avez besoin de lancer par-dessus bord, face à la tempête et alléger la charge?