Love Came Down with Blessing/ L’amour arrive avec les bénédictions

This Week’s Reading:  Genesis 27 to 37

2014-10-10 08.20.02Isaac: My son.

Esau:  Yes, Dad?

Isaac:  Esau, I am old.  I do not know the day of my death. Now, please take your weapons and go out to the field and hunt game for me. And make me savory food, such as I love, and bring it to me that I may eat, that my soul may bless you before I die. (Genesis 27: 1-4)

Esau:  Sure, Dad.  Happy to.  (Out he heads.)

(Rebeka overhears her husband and quickly calls her son, Jacob into action.)

Rebekah:  Jacob, get over here, NOW!

Jacob: Yah, Ma?

Rebekah:  I just heard your father send Esau to the fields to catch some game.  He is going to give him the blessing, the Big One!

Jacob:  But, Ma!

Rebekah:  Now you listen to me.  Go kill two of the best goats and I will cook that man a stew he will never forget!  Then you take the stew and bring it to your father, and he will give you the blessing he’s planning for Esau.

Jacob:  Ma, Esau is a hairy guy!  Dad will know the minute he touches me that I’m not him. Then instead of blessings, he’ll chuck curses at me for tricking him!

Rebekah: Never you mind about that!  Any curses coming your way, I will take.  Now go get that goat meat!

(Jacob did as he was told.  His mother took Esau’s best clothes and put them on Jacob.  She tied the goat skin around Jacob’s arms and neck, put her stew and fresh bread into his hands and pushed him out the door.)

CUT!

You know the story.  Family dysfunction plays out in the movies, on televisions and in homes everywhere in our world, or at least, that would be the general perception of life in North America.

Thus the scene continues…

Jacob, with a low voice, softly answered his father’query, saying, “I am Esau, your firstborn.”

Blind Isaac, son of Abraham,  patriarch of the Jews, again questioned the voice, saying, “Are you really my son, Esau?”

Again, Jacob lied and said he was.  Isaac devoured his wife’s stew. With blue viened hands, he reached for his son to kiss him.  Smelling Esau’s scent, Jacob began to prophesy:

Surely, the smell of my son is like the smell of a field Which the LORD has blessed. Therefore may God give you of the dew of heaven, of the fatness of the earth, and plenty of grain and wine. Let peoples serve you, and nations bow down to you. Be master over your brethren, and let your mother’s sons bow down to you. Cursed be everyone who curses you, and blessed be those who bless you!”(27:27-29)

Before his last word was uttered, Esau arrived back to camp.

Jacob had barely made his exit when Esau came into the tent, stew in hand.

The old man trembled as his son exploded in grief. The blessing he had anticipated for years had been handed to his twin.  Esau cried bitterly for his father to bless him so Isaac complied, blessing Esau with servitude to his brother, prophesying that one day his tribe would rise up against Jacob’s. ( This happened in the days of King Joram, centuries later).

Esau was furious with Jacob and vowed to kill him as soon as Isaac died.

Rebekah, hearing of Esau’s wrath, urged Jacob to head out of town on the guise of finding a wife from her family. Heartsick, Isaac still blessed Jacob and decreed:

May God Almighty bless you, and make you fruitful and multiply you, that you may be an assembly of peoples; and give you the blessing of Abraham, to you and your  with you, that you may inherit the land in which you are a stranger, which God gave to Abraham.

Isaac charged Jacob to remember who he was and Whose he was, reminding his son, “ You are of Abraham, and you carry my father’s blessing, for you and your descendants.  May God’s blessing make you fruitful and give you the land he gave to Abraham. “

2014-08-22 18.12.09Jacob headed out from Beersheba towards Haran, retracing the path his mother had taken as a young betrothed.  No heavily laden camels carried this young man, and caught in sudden darkness on the plains, Jacob took a stone for a pillow and camped on the ground for the night:

Jacob dreamed and behold, a ladder was set up on the earth. The ladder reached to heaven and there the angels of God were ascending and descending on it.

And behold, the LORD stood above it and said: “I am the LORD God of Abraham your father and the God of Isaac; the land on which you lie I will give to you and your descendants. Also your descendants shall be as the dust of the earth; you shall spread abroad to the west and the east, to the north and the south; and in you and in your seed all the families of the earth shall be blessed. Behold, I am with you and will keep you wherever you go, and will bring you back to this land; for I will not leave you until I have done what I have spoken to you.” (28:12-15)

Oh,  consider the compensation package of being one of God’s kids!

There, in familial poverty and broken relationships, penniless and poor in heart, God encountered Jacob with abundant blessing.  He promised Jacob the best news, that God Himself would be with him and protect Jacob wherever he was, and God Himself would bring him back home to this land.  That word keep, shawmar, means to hedge, protect, preserve.[i]  God promised not just blessing but a future, protection, children and land for Jacob and his generations after, a genuine blessing from Father God to a most desperate son.

When Jacob awoke from his sleep and said, “Surely the LORD is in this place, and I did not know it.” And he was afraid and said, “How awesome is this place! This is none other than the house of God, and this is the gate of heaven!” (28:16-17)

Just as Abraham and his father, Isaac, had done before him, Jacob consecrated the land where he had encountered God.  He took the stone he had used as a pillow, erected it as a pillar and poured oil, naming the land Bethel, meaning God’s house.  Then Jacob the Supplanter, he who had stolen his own brother’s blessing vowed before God:

If God stands by me and protects me on this journey on which I’m setting out, keeps me in food and clothing, and brings me back in one piece to my father’s house, this GOD will be my God. This stone that have set up as a memorial pillar will mark this as a place where God lives. And everything you give me, I’ll return a tenth to you.” (28:20-22, MSG).

Perhaps you know the love story.

Jacob met Rachel and loved her at first sight.  The bride price was seven years wages, which passed quickly for the lovestruck couple, but on their wedding night, Laban played the cruelest trick.  Just as Jacob has disguised himself as Esau, Laban disguised his older daughter, Leah as his bride.

Poor Leah.  One can’t imagine the shame and disgrace she felt, when after the wedding night, Jacob stormed up to Laban’s house and demanded the sister he really wanted.

I still cringe as the men discuss Jacob’s obligation to complete the bride week with her, and then Jacob wedded Rachel also, for another seven years wages.

What terrible times for that family!  Rachel and Leah entered a fierce contest for their husbands’ affections, even giving their maids to Jacob as concubines in an all-out baby war.

In those fourteen years, Jacob had been swindled and denied wages by his scheming father-in-law, plenty. There was tension between Jacob and Laban’s sons, and between Laban’s daughters and babies. Both concubines bore sons. Leah birthed seven sons and a daughter. Finally, God heard Rachel and opened her womb. Rachel gave birth to Joseph.

2013-01-16 09.14.28Jacob was done with Haran.  He went to Laban to say his goodbyes but Laban negotiated another work contract with Jacob based on sheep production.  Jacob was blessed by God with divine strategy and labored hard to build a strong flock.

Jacob’s efforts boomeranged, as jealousy consumed Laban’s house.

After six long years, God confirmed to Jacob to head home.

While Laban was away shearing the sheep, Jacob packed up and pulled out.  Rachel stole the household gods, perhaps in spite or idolatry.  When Laban returned, he and his sons set out in hot pursuit, intent on avenging the robbery of their prize possessions.  God again intervened, and came to Laban the Syrian in a dream by night, warning, “Be careful that you speak to Jacob neither good nor bad.”(Gen 31:24).

The avengers met up with Jacob in the mountains of Gilead.

Laban rebuked Jacob for fleeing in the night, saying his daughters were not to be treated as spoils of war, that Jacob had erred in his cowardly escape from Laban’s house, by not giving Laban a chance to say goodbye to his children and grandchildren.

Jacob admitted fear had drove his decisions and rashly promised that whomever had stolen Laban’s property would die.  Laban searched for the idols in each of the women’s tent and came up empty.  (Rachel had stashed the gods in her camel saddle and pretended she couldn’t get up due to a heavy menstrual cycle.)

When Laban returned empty-handed, Jacob lost his cool.

With a forceful rant, Jacob accused Laban of changing his wages ten times in the past twenty years, concluding, “Unless the God of my father, the God of Abraham and the Fear of Isaac, had been with me, surely now you would have sent me away empty-handed. God has seen my affliction and the labor of my hands, and rebuked you last night.”(Gen 31: 42).

The men agreed to part ways and made a covenant not to return to each other ever again.

Twenty years earlier, Jacob had left his home in disgrace.  As he neared the borders of Canaan, the angels of God met him, which in Hebrew is described as the armies of heavenly hosts.  Jacob named it Mahanaim, “two camps”[ii], God’s and Jacob’s.

As Jacob neared Edom, he heard that Esau was coming with three or four hundred men.  Fearing great retribution, Jacob divided his camp into two, and again, fervently begged for God’s help.

“O God of my father Abraham and God of my father Isaac, the LORD who said to me, ‘Return to your country and to your family, and I will deal well with you’: I am not worthy of the least of all the mercies and of all the truth which You have shown Your servant; for I crossed over this Jordan with my staff, and now I have become two companies. Deliver me, I pray, from the hand of my brother, from the hand of Esau; for I fear him, lest he come and attack me and the mother with the children. For You said, ‘I will surely treat you well, and make your descendants as the sand of the sea, which cannot be numbered for multitude.’”( 32:9-13)

2014-10-09 13.20.47Jacob had changed.  No longer was he bargaining with God, that if you bless me and keep me, you can be my God.

Humbled, Jacob acknowledged he was not worthy of the mercies and truth by which God had guarded Jacob, and begged God to protect him from Esau.

Jacob in crisis was a mess of distress.  First he sent hundreds of goat, sheep and gifts of camels and donkeys in installments to slow down and appease his brother.  Then he divided took his family across the stream and camped alone at Penial, desperate for God to deliver him.

A supernatural wrestling match of mammoth proportions ensued:

Then Jacob was left alone; and a Man wrestled with him until the breaking of day. Now when He saw that He did not prevail against him, He touched the socket of his hip; and the socket of Jacob’s hip was out of joint as He wrestled with him.  And He said, “Let Me go, for the day breaks.” But he said, “I will not let You go unless You bless me!” So He said to him, “What is your name?” He said, “Jacob.” And He said, “Your name shall no longer be called Jacob, but Israel; for you have struggled with God and with men, and have prevailed.” Then Jacob asked, saying, “Tell me Your name, I pray.” And He said, “Why is it that you ask about My name?” And He blessed him there. So Jacob called the name of the place Peniel: “For I have seen God face to face, and my life is preserved.”( 32:24-30)

Thus Israel was named. The Blessed One, “May God prevail”.

Let’s pray:  Father, you know our hearts.  You know our stories.  You know our future.  As we wrestle with difficult circumstances, Father change us!  Lord Jesus, may your blessing, the gift of sonship, purchased by your blood ransom, change us forever.  May we live certain of our inheritance, as co-heirs with You. May we cease our swindling, clutching and pawing for legitimacy, when we are crowned as Yours, fully loved, fully forgiven, fully named as children of God.  Holy Spirit, as we walk out our journey, be with us as You were with Jacob.  Watch over us and hedge us in.  May we be quick, like Jacob, to recognize when God is in this place.  May we walk holy and live righteous as true daughters and sons, blessed by loving Father, Lord of heaven and earth.  Amen.

Study Questions:

  1. Have you tried manipulating people, like Jacob, to get your way? How did that work out for you?  Did you reap broken relationships like Jacob?  Have you made peace?
  2. Jacob longed to be blessed by his father, even tricking his dad into giving him his legitimacy. How did God reach Jacob’s deepest need?  Can you see God’s blessing in your life?
  3. Jacob left emotionally wounded from home and returned physically wounded to Canaan. Are you limping from your walk with God?  Do you feel Jacob walked in strength or weakness as he returned to face Esaus?
  4. How did Jacob emerge as Israel? Did it happen in just one night of wrestling with God?
  5. God met Jacob at his terms and then walked with Jacob until Jacob could meet God at His terms. Have you encountered God, like Jacob? Are you still dictating your terms of worship to God?

Next Week’s Reading:  Genesis 38 – 47

[i] Strong, James.  Strong’s Hebrew and Greek Dictionaries, 1890, #H8104

[ii] Ibdi, #H4266

La lecture de cette semaine: Genèse 27 à 37

flowers and panorama clearIsaac: mon fils.

Esau: Oui, papa?

Isaac: Esau, je suis vieux. Je ne connais pas le jour de ma mort. Maintenant, prenez vos armes et partez sur le terrain et chassez le jeu pour moi. Et fais-moi de la nourriture savoureuse, comme j’aime, et apporte-moi que je peux manger, afin que mon âme te bénisse avant de mourir. (Genèse 27: 1-4)

Esaü: bien sûr, papa. Heureux de. (Il se dirige.)

(Rebeka entend son mari et appelle rapidement son fils, Jacob en action).

Rebekah: Jacob, viens ici, MAINTENANT!

Jacob: Yah, Ma?

Rebekah: Je viens d’entendre ton père envoyer Esau aux champs pour attraper un jeu. Il va lui donner la bénédiction, le grand!

Jacob: Mais, Ma!

Rebekah: Maintenant, vous m’écoutez. Allez tuer deux des meilleurs chèvres et je vais cuisiner cet homme un ragoût qu’il n’oubliera jamais! Ensuite, vous prenez le ragoût et amenez-le à votre père, et il vous donnera la bénédiction qu’il planifie pour Esaú.

Jacob: Ma, Esau est un homme poilu! Papa connaîtra la minute où il me touche que je ne le suis pas. Alors, au lieu de bénédictions, il me lâche pour le tromper!

Rebekah: Jamais tu ne tiens à l’esprit! Toutes les malédictions sont à votre façon, je vais prendre. Maintenant, allez chercher cette viande de chèvre!

(Jacob a fait comme on lui l’a dit. Sa mère a pris les meilleurs vêtements d’Esaü et les a mis sur Jacob. Elle a attaché la peau de chèvre autour des bras et du cou de Jacob, a mis son ragoût et son pain frais dans ses mains et l’a poussé par la porte.)

COUPER!

Vous connaissez l’histoire. La dysfonctionnement familial se joue dans les films, les téléviseurs et les maisons partout dans notre monde, ou du moins, ce serait la perception générale de la vie en Amérique du Nord.

Ainsi, la scène continue …

Jacob, à voix basse, répond doucement à son père, en disant: «Je suis Esaü, ton premier-né.

L’aveugle Isaac, fils d’Abraham, patriarche des Juifs, a de nouveau interrogé la voix en disant: “Êtes-vous vraiment mon fils Esaú?”

Encore une fois, Jacob a menti et a dit qu’il était. Isaac dévoré le ragoût de sa femme. Avec les mains vénitiennes, il a cherché son fils à l’embrasser. Sentir l’odeur d’Esau, Jacob commença à prophétiser:

Certes, l’odeur de mon fils est comme l’odeur d’un champ que l’Éternel a béni. Par conséquent, Dieu vous donne la rosée du ciel, de la graisse de la terre, et beaucoup de céréales et de vin. Laissez les gens vous servir, et les nations s’inclinent devant vous. Soyez maître de vos frères, et laissez les fils de votre mère s’incliner devant vous. Maudits soyez tous ceux qui vous maudissent, et bénis soit ceux qui vous bénissent! “(27: 27-29)

Avant que son dernier mot ne soit prononcé, Esau est rentré au camp.

Jacob avait à peine fait sa sortie quand Esau entra dans la tente, ragoût en main.

Le vieillard tremblait alors que son fils éclatait de douleur. La bénédiction qu’il avait anticipée pendant des années avait été remis à son jumeau. Esaü criait amèrement à son père pour le bénir, alors Isaac s’acquitta, bénissant Esaü avec servitude envers son frère, prophétisant qu’un jour sa tribu s’élèverait contre Jacob. (Cela s’est passé aux jours du roi Joram, des siècles plus tard).

Esaú était furieux avec Jacob et a promis de le tuer dès la mort d’Isaac.

Rebekah, en entendant la colère d’Esaü, exhortait Jacob à sortir de la ville pour trouver une femme de sa famille. Heartsick, Isaac a toujours béni Jacob et a décrété:

Que Dieu Tout-Puissant vous bénisse, et que vous fassiez fruit et vous multipliez, afin que vous soyez une assemblée de peuples; Et vous donner la bénédiction d’Abraham, pour vous et pour vous avec vous, afin que vous hérites de la terre dans laquelle vous êtes étranger, que Dieu a donné à Abraham.

Isaac a chargé Jacob de se souvenir de qui il était et de qui il était, en rappelant à son fils: “Vous êtes d’Abraham, et vous avez la bénédiction de mon père pour vous et vos descendants. Que la bénédiction de Dieu vous fasse fructifier et vous donne la terre qu’il a donnée à Abraham. ”

Jacob a quitté Beersheba vers Haran, retraçant le chemin que sa mère avait pris en tant que jeune fiancée. Aucun chameau lourdement chargé ne portait ce jeune homme, et pris dans l’obscurité soudaine sur les plaines, Jacob prit une pierre pour un oreiller et campa sur le sol pour la nuit:

Jacob a rêvé et voici, une échelle était installée sur la terre. L’échelle atteignait le ciel et les anges de Dieu montaient et descendaient dessus.

Et voici, l’Éternel se tenait au-dessus et disait: “Je suis l’Éternel, le dieu d’Abraham, ton père, et le dieu d’Isaac; La terre sur laquelle vous mentez je vous donnerai à vous et à vos descendants. Vos descendants seront aussi comme la poussière de la terre; Vous vous étendrez à l’ouest et à l’est, au nord et au sud; Et en toi et dans ta semence, toutes les familles de la terre seront bénies. Voici, je suis avec vous et je vous garderai où que vous alliez, et vous ramènera à cette terre; Car je ne vous laisserai pas jusqu’à ce que j’ai fait ce que je vous ai parlé. “(28: 12-15)

Oh, considérez le paquet de compensation d’être l’un des enfants de Dieu!

Là, dans la pauvreté familiale et les relations brisées, sans souci et pauvres en cœur, Dieu a rencontré Jacob avec une abondante bénédiction. Il a promis à Jacob la meilleure nouvelle, que Dieu lui-même serait avec lui et protégeait Jacob partout où il était, et Dieu lui-même le ramènerait à cette terre. Ce mot garde, shawmar, signifie se couvrir, protéger, préserver. [I] Dieu a promis non seulement une bénédiction, mais un avenir, une protection, des enfants et des terres pour Jacob et ses générations après, une véritable bénédiction du Père Dieu à un fils désespéré.

tree of life in desertQuand Jacob se réveilla de son sommeil et dit: «Certes, l’Éternel est en ce lieu, et je ne le connais pas.» Et il avait peur et dit: «C’est génial! Ceci n’est autre que la maison de Dieu, et c’est la porte du ciel! “(28: 16-17)

Tout comme Abraham et son père, Isaac, avaient fait devant lui, Jacob a consacré le pays où il avait rencontré Dieu. Il a pris la pierre qu’il a utilisée comme un oreiller, l’a érigé comme une colonne et a versé de l’huile, en nommant le pays Bethel, ce qui signifie la maison de Dieu. Alors Jacob le Supplanter, celui qui avait volé la bénédiction de son frère a juré devant Dieu:

Si Dieu se tient près de moi et me protège sur ce voyage sur lequel je me lève, me garde dans la nourriture et les vêtements et me ramène d’un seul coup à la maison de mon père, ce dieu sera mon dieu. Cette pierre qui a mis en place comme un pilier commémoratif marquera cela comme un lieu où Dieu vit. Et tout ce que vous me donnez, je vous rendrai un dixième. “(28: 20-22, MSG).

Peut-être connaissez-vous l’histoire d’amour.

Jacob a rencontré Rachel et l’a aimée à première vue. Le prix de la mariée était de sept ans de salaire, qui passait rapidement pour le couple amoureux de l’amour, mais à leur nuit de noces, Laban a joué le truc le plus cruel. Tout comme Jacob s’est déguisé en Esaú, Laban a déguisé sa fille plus âgée, Léa comme épouse.

Pauvre Léa. On ne peut imaginer la honte et la disgrâce qu’elle ressentait, quand, après la nuit de noces, Jacob s’embarrassa de la maison de Laban et demanda à la soeur qu’il voulait vraiment.

Je crains encore que les hommes discutent de l’obligation de Jacob de compléter la semaine de la mariée avec elle, et Jacob a également marié Rachel pour un nouveau salaire de sept ans.

Quels horribles moments pour cette famille! Rachel et Léa sont entrés dans un féroce concours pour l’affectation de leurs maris, même en donnant leurs servantes à Jacob en tant que concubines dans une guerre de bébé.

Au cours de ces quatorze ans, Jacob avait été escroqué et refusé le salaire par son beau-père, l’abondance. Il y avait une tension entre les fils de Jacob et Laban, et entre les filles et les bébés de Laban. Les deux concubines étaient des fils. Léa a tué sept fils et une fille. Enfin, Dieu entend Rachel et ouvrit son sein. Rachel donna naissance à Joseph.

Jacob a été fait avec Haran. Il est allé à Laban pour dire ses adieux, mais Laban a négocié un autre contrat de travail avec Jacob basé sur la production de moutons. Jacob a été béni par Dieu avec une stratégie divine et a travaillé fort pour construire un troupeau fort.

Les efforts de Jacob se mirent en colère, alors que la jalousie consommait la maison de Laban.

Après six longues années, Dieu a confirmé à Jacob de rentrer à la maison.

Pendant que Laban était en train de couper le mouton, Jacob empile et se retire. Rachel a volé les dieux domestiques, peut-être en dépit ou l’idolâtrie. Quand Laban est revenu, il et ses fils se sont lancés dans la poursuite, dans l’intention de voguer le vol de leurs biens de récompense. Dieu est de nouveau intervenu, et est venu à Laban, le Syrien, dans un rêve de nuit, en avertissant: “Veillez à ne pas parler à Jacob, ni bon ni mauvais” (Genèse 31:24).

Les avais se sont rencontrés avec Jacob dans les montagnes de Galaad.

Laban a reproché à Jacob de fuir la nuit, en disant que ses filles n’étaient pas considérées comme des dépouilles de guerre, que Jacob avait commis une erreur dans sa fuite lâche de la maison de Laban en ne donnant pas à Laban une chance de dire au revoir à ses enfants et à ses petits-enfants.

Jacob a admis que la peur avait conduit ses décisions et promis témérairement que quiconque aurait volé la propriété de Laban mourrait. Laban a cherché les idoles dans chaque tente de femmes et est venu vide. (Rachel avait caché les dieux dans sa selle de chameau et a prétendu qu’elle ne pouvait pas se lever en raison d’un lourd cycle menstruel.)

Quand Laban est retourné avec les mains vides, Jacob a perdu son envie.

Avec un renvoi énergique, Jacob a accusé Laban de changer son salaire dix fois au cours des vingt dernières années, en concluant: «Sauf si le dieu de mon père, le Dieu d’Abraham et la Peur d’Isaac, était avec moi, sûrement maintenant, vous auriez M’a envoyé les mains vides. Dieu a vu mon affliction et le travail de mes mains, et vous a réprimandé la nuit dernière. “(Genèse 31: 42).

Les hommes ont accepté de se séparer et ont fait l’engagement de ne plus se retourner.

Vingt ans plus tôt, Jacob avait quitté son domicile avec déshonneur. En s’approchant des frontières de Canaan, les anges de Dieu l’ont rencontré, ce qui en hébreu est décrit comme les armées des hôtes célestes. Jacob l’a nommé Mahanaim, “deux camps” [ii], de Dieu et de Jacob.

Comme Jacob s’approchait d’Edom, il entendit qu’Esau venait avec trois ou quatre cents hommes. Craignant une grande rétribution, Jacob a divisé son camp en deux et, encore une fois, a fervemment prié pour l’aide de Dieu.

“O Dieu de mon père Abraham et Dieu de mon père Isaac, l’Éternel qui m’a dit:” Retourne à ton pays et à ta famille, et je te traiterai bien “: je ne suis pas digne de tout le moins Les miséricordes et de toute la vérité que vous avez montré Votre serviteur; Car j’ai traversé cette Jordanie avec mon personnel, et maintenant je suis devenu deux entreprises. Donnez-moi, je le prie, de la main de mon frère, de la main d’Ésaü; Car je le crains, afin qu’il ne vienne m’attaquer et la mère aux enfants. Car vous avez dit: «Je vous traiterai bien, et je ferai de vos descendants le sable de la mer, qui ne peuvent être comptés pour la multitude.» (32: 9-13)

2014-10-14 16.15.01
Jacob a changé. Plus il ne négociait pas avec Dieu, que si vous me bénissez et me gardez, vous pouvez être mon Dieu.

Humilé, Jacob reconnaissait qu’il n’était pas digne des miséricordes et de la vérité par laquelle Dieu avait gardé Jacob et prié Dieu de le protéger d’Esaü.

Jacob en crise était un gâchis de détresse. D’abord, il a envoyé des centaines de chèvres, de moutons et de cadeaux de chameaux et d’ânes par tranches pour ralentir et apaiser son frère. Puis il a divisé a pris sa famille à travers le ruisseau et a campé seul à Penial, désespéré pour Dieu de le délivrer.

Une combinaison de luttes surnaturelles de proportions de mammouth s’est produite:

Alors Jacob fut laissé seul; Et un homme a lutté avec lui jusqu’à la fin du jour. Maintenant, quand il a vu qu’il n’a pas prévalu contre lui, il a touché la douille de sa hanche; Et la douille de la hanche de Jacob était hors de commun alors qu’il luttait avec lui. Et il a dit: “Laisse-moi partir, car le jour se casse.” Mais il dit: “Je ne te laisserai pas aller à moins que tu me bénisse!” Alors il lui dit: “Quel est ton nom?” Il dit: “Jacob “Et il a dit:” Votre nom ne sera plus appelé Jacob, mais Israël; Car vous avez lutté avec Dieu et avec les hommes, et avez prévalu. “Alors Jacob a demandé:” Dites-moi votre nom, je prie. “Et il a dit:” Pourquoi est-ce que vous demandez mon nom? “Et il a béni Lui là. Alors Jacob appela le nom de Peniel: «Car j’ai vu Dieu face à face, et ma vie est préservée» (32: 24-30).

Ainsi, Israël a été nommé. Le Bienheureux, que Dieu règne.

Prions: Père, vous connaissez nos cœurs. Vous connaissez nos histoires. Vous connaissez notre avenir. Comme nous luttons avec des circonstances difficiles, Père nous change! Seigneur Jésus, que votre bénédiction, le don de la filiation, acheté par votre rançon de sang, nous change pour toujours. Peut-on vivre certains de nos héritages, en tant que co-héritiers avec vous. Puissions-nous cesser notre fraude, notre embrayage et notre patte pour légitimité, lorsque nous sommes couronnés comme le vôtre, complètement aimés, totalement pardonnés, entièrement nommés comme enfants de Dieu. L’Esprit Saint, en sortant de notre voyage, soyez avec nous comme vous étiez avec Jacob. Surveillez-nous et nous occupez. Peut-on être rapide, comme Jacob, à reconnaître quand Dieu est dans ce lieu. Que nous marchions saints et vivions justes comme vrais filles et fils, bénis par le Père aimant, Seigneur du ciel et de la terre. Amen.

Questions d’étude:

Avez-vous essayé de manipuler les gens, comme Jacob, pour vous aider? Comment cela a-t-il fonctionné pour vous? Avez-vous des relations brisées comme Jacob? Avez-vous fait la paix?
Jacob désirait être béni par son père, même en train de tromper son père pour lui donner sa légitimité. Comment Dieu at-il atteint le plus profond besoin de Jacob? Pouvez-vous voir la bénédiction de Dieu dans votre vie?
Jacob est sorti gravement blessé de la maison et est retourné physiquement blessé à Canaan. Êtes-vous boiteux de votre promenade avec Dieu? Croyez-vous que Jacob est entré dans la force ou la faiblesse lorsqu’il est revenu face à Esaus?
Comment Jacob a-t-il émergé en Israël? Est-ce que cela s’est passé en une seule nuit de lutte avec Dieu?
Dieu a rencontré Jacob selon ses termes et a ensuite marché avec Jacob jusqu’à ce que Jacob puisse rencontrer Dieu à ses termes. Avez-vous rencontré Dieu, comme Jacob? Êtes-vous encore dicter vos conditions de culte à Dieu?

Lecture de la semaine prochaine: Genesis 38 – 47

[I] Fort, James. Strong’s Hebrew and Greek Dictionaries, 1890, # H8104

[Ii] Ibdi, # H4266